septembre 28, 2022

Babysitter

De : Monia Chokri

Avec Monia Chokri, Patrick Hivon, Nadia Tereszkiewicz, Steve Laplante

Année : 2022

Pays : France, Canada

Genre : Comédie

Résumé :

Suite à une blague sexiste devenue virale, Cédric, jeune papa, est suspendu par son employeur. Pour se racheter, il va avec l’aide de son frère Jean-Michel, s’interroger sur les fondements de sa misogynie à travers l’écriture d’un livre. De son côté, sa femme Nadine en proie à une dépression décide d’écourter son congé maternité. L’arrivée dans leur vie d’une baby-sitter au charme espiègle et envouteur, va chambouler leur existence.

Avis :

Actrice de théâtre, Monia Chokri fait ses débuts au cinéma devant la caméra du grand Denys Arcand dans « L’âge des ténèbres« . Québécoise, par la suite la comédienne se fait remarquer chez Xavier Dolan, notamment dans « Les amours imaginaires« , où elle tombe amoureuse du même mec que son meilleur ami. Avec ce rôle, Monia Chokri va alors agrandir son horizon de cinéma, tournant aussi bien au Canada qu’en France. En parallèle de sa carrière d’actrice, Monia Chokri nourrit des désirs de réalisation, et elle concrétise cela en 2013 avec un court-métrage qui aura une belle carrière en festival, puis un premier film en 2019, « La femme de mon frère« , qui sera porté par un joli bouche-à-oreille.

C’est en allant voir « Babysitter« , une pièce de Catherine Léger, que Monia Chokri eut l’envie folle de l’adapter au cinéma. Ainsi, à la sortie de ce théâtre, la comédienne et réalisatrice avait trouvé la trame de son deuxième film. Ainsi, avec « Babysitter« , Monia Chokri s’attaque à la misogynie avec une comédie qui se veut décalée, folle, cocasse et piquante. Malheureusement, si on lui reconnaît une certaine audace, notamment dans sa forme, qui est pleine d’idées de mise en scène, « Babysitter » s’égare et s’aventure bien trop loin dans son délire, au point que le film finit par nous perdre, et même en devenir pénible.

Un soir de match de boxe un peu trop arrosé entre copains, Cédric, un jeune papa, embrasse sur le front une journaliste télé, en lui hurlant qu’il l’aime. Très vite, la vidéo devient virale et la vie de Cédric s’en voit bouleversée, avec une mise à pied à son travail, car l’agression qu’il a commise ne représente pas les valeurs de la société pour laquelle il bosse. Pour s’excuser, Cédric, avec l’aide de son frère, entreprend l’écriture d’un roman, dans lequel il va étudier sa misogynie. De son côté, la femme de Cédric, Nadine, est en proie à une dépression post-natale et pour remédier à cela, elle décide d’écourter son congé maternité. Avec ces deux parents qui travaillent, le couple voit l’arrivée d’une babysitter pour s’occuper de leur fille, or cette dernière qui devait aider va finalement bousculer la vie de tout le monde.

Une déception. Une vraie belle déception que ce film signé Monia Chokri. « Babysitter » est un film qui sur le papier avait beaucoup d’arguments pour lui et on imaginait déjà une comédie décalée et caustique, qui s’attaquerait à la misogynie et l’ère Me Too avec drôlerie et « acerberie ». À l’écran, le film de Monia Chokri commence très bien, nous entraînant d’emblée dans un film qui ne ressemble à aucun autre. La réalisatrice impose une mise en scène qui a un sacré style et qui va même surprendre avec tout un tas d’idées intéressantes qui changent radicalement de ce qu’on a l’habitude de voir.

D’ailleurs, de bout en bout « Babysitter » est un film qui foisonne et c’est ce qui va le plus tenir notre intérêt. Que ce soit la photographie, les plans, les cadres, la BO, l’idée d’axe, les costumes, ou encore l’énergie que Monia Chokri a insufflée à ses acteurs dans leurs phrasés, « Babysitter » démontre une énorme envie de faire un cinéma autrement. Et si cette mise en scène peut aussi apparaître comme tape à l’œil, voire même un poil prétentieuse, il n’empêche qu’esthétiquement parlant, et dans le délire de ce film, « Babysitter » tient un univers et sa réalisatrice assume jusqu’au bout son film.

Toujours dans ses bons points, « Babysitter » est un film qui malgré des rôles très agaçants, demeure bien tenu par ses comédiens qui se donnent totalement. Des acteurs qui pour certains sont même de bonnes découvertes, comme Patrick Hivon qui tient le rôle de Cédric, jeune papa par qui tout ce délire arrive. À noter la présence dans le rôle de la babysitter de la magnétique Nadia Tereszkiewicz, actrice qu’on avait découvert dans le « Seules les bêtes » de Dominik Moll, et qui démontre encore une fois l’étendue de son talent, malgré un rôle très particulier, qu’on a bien du mal à cerner.

Et de l’écriture, c’est là que vient le souci qu’on rencontre avec « Babysitter« , car on a bien du mal à comprendre où Monia Chokri veut aller avec cette intrigue ubuesque qui finit par ne rimer à rien du tout. Certes, il y a bien des sujets qui sont plus ou moins abordés de près ou de loin, mais dans l’ensemble, « Babysitter » prend l’apparence d’une comédie fantasmée qui part très loin dans son délire, tapant sur tout et rien à la fois. Il en résulte alors un brouillon pseudo-féministe libéré auquel on finit par ne plus comprendre grand-chose et pire encore, on finit par se ficher de ce que raconte le film, et ce qui peut arriver aux personnages.

Aucune émotion, aucune subtilité, en fait, plus « Babysitter » avance, plus l’ennui s’installe et finalement, au bout du compte, naît le sentiment que cette histoire se fait de plus en plus piquante et vulgaire, juste pour bousculer, choquer et être remarqué. Et ce « supplice », Monia Chokri le prolonge encore et encore avec un film qui ne veut pas se finir, trouvant encore de quoi ajouter des scènes qui alourdissent le tout.

Bref, « Babysitter » est une belle déception. La bande-annonce vendait une comédie décalée, caustique et engagée et finalement, on se retrouve dans un film qui certes a un univers et un cachet, mais derrière ça, c’est surtout un film qui se prend les pieds dans sa trame et se fait de plus en plus pénible. Ce constat est vraiment dommage, car c’est indéniable, sa réalisatrice a vraiment de bonnes idées de mise en scène.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.