avril 17, 2024

Ambulance – Tirez lui Dessus!

De : Michael Bay

Avec Jake Gyllenhall, Yahya Abdul-Mateen II, Eiza Gonzalez, Garret Dillahunt

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller, Action

Résumé :

Will Sharp, un vétéran décoré fait appel à la seule personne indigne de confiance, son frère adoptif Danny pour trouver l’argent afin de couvrir les frais médicaux de sa femme. Ce dernier, un charismatique criminel au long cours, au lieu de lui donner de l’argent, lui propose un coup : le plus grand braquage de banque de l’histoire de Los Angeles : 32 millions de dollars. Will, prêt à tout pour sauver sa femme, accepte. Mais quand leur affaire prend un tour spectaculairement désastreux, les deux frères n’ont pas d’autre choix que de détourner une ambulance avec à son bord un vieux flic mortellement blessé et l’ambulancière Cam Thompson. Pendant la course poursuite infernale qui s’ensuit, Will et Danny vont devoir échapper aux forces de l’ordre surmotivées postées aux 4 coins de la ville, tenter de garder leurs otages en vie et éviter de s’entre tuer tout en exécutant l’évasion la plus spectaculaire que la ville de Los Angeles n’ait jamais vue.

Avis :

Le plus explosif et bourrin des metteurs en scène américains fait son retour sur nos écrans de cinéma. Californien, cela fait presque trente ans maintenant que Michael Bay nous offre un cinéma absolument régressif à souhait. Après avoir fait mumuse pendant des années avec ses petits « Transformers« , Michael Bay s’est tapé l’incruste chez Netflix, pour un gros délire, « 6 Underground« , complétement fucké. Immense plaisir très très coupable, finalement, le seul regret qu’on pouvait avoir avec « 6 Underground« , c’est que le spectacle ne soit pas sorti dans les salles obscures. Et d’ailleurs, l’arrivée de Michael Bay sur la plateforme laissait craindre un tournant dans sa carrière, un peu comme Martin Scorsese ou David Fincher ces derniers temps, qui ont tout l’air décidés à ne pas tourner en salle de sitôt.

Heureusement pour le divertissement, Michael Bay est bien de retour en salle et il fait ce comeback avec un film de course-poursuite. Assez sombre pour du Michael Bay, « Ambulance » est un film très efficace, qui nous entraîne dans une course-poursuite qui ne s’arrête jamais. Si le scénario demeure simple, et même assez basique, le film est emporté par une mise en scène assez folle de la part de Michael Bay, qui oublie quelque peu les explosions, pour tourner, virevolter, et s’éclater comme un dingue autour de son ambulance et ses bagnoles qu’il casse pour de vrai. Il en résulte un film assez jouissif, aussi prenant qu’il est étonnant.

Will est un vétéran de la guerre d’Irak. Aujourd’hui retraité, il peine à trouver un job, et surtout, il a besoin d’argent, car sa femme a un cancer, et l’assurance qu’il a prise ne couvre pas les frais de l’opération qui pourrait peut-être lui sauver la vie. Un matin, Will va voir son frère Danny, pour lui emprunter de l’argent, or ce dernier, braqueur professionnel, lui propose plus en l’invitant à rejoindre son équipe pour braquer une banque, où ils peuvent se faire jusqu’à trente-deux millions, facile. Will accepte à reculons et ce qui devait être un coup simple, va finalement prendre une tout autre tournure.

Quatorzième film pour le californien le plus dingue du cinéma, « Ambulance » est un film qui se fait assez étonnant dans la filmographie de son réalisateur, car sur bien des points, il s’éloigne un peu de ce que le cinéaste nous offre habituellement et pourtant, a contrario, dès qu’on pose les yeux sur « Ambulance« , on trouve un Michael Bay pur jus, avec toutes les ficelles et les expériences visuelles qu’on apprécie chez le cinéaste.

« Ambulance« , c’est dans les faits un scénario qu’on a déjà vu, Michael Bay s’aventurant sur le film de braquage avec tout ce qu’on lui connaît dans le cliché de son schéma, c’est-à-dire le braquage, l’élément qui fait que ça tourne mal, la fuite, et sa résolution. De ce côté-là, rien de vraiment novateur, et comme je le disais, l’ensemble reste assez basique. Du moins dans sa ligne rouge, car Michael Bay surprend avec un film qui va tenir la route, en étant principalement une course-poursuite. Alors qu’avec cette idée, son film aurait pu tourner en rond, Michael Bay livre des rebondissements bien vus, dont certains vont se poser comme de bonnes surprises.

De plus, ce scénario se fait prenant, car il nous offre une bonne galerie de personnages. Là encore, on y trouve quelques clichés, mais sur l’ensemble, on adore suivre ces personnages, leurs interactions, leurs décisions, leur côté frappadingue, (coucou Jake Gyllenhaal qui tient un personnage tordant) et derrière ça, on sera étonné de tout ce qui va être fait autour du personnage tenu par Eiza Gonzalez. Loin des personnages féminins de Michael Bay, le réalisateur en fait même l’héroïne de son film. C’est avec elle que le film commence, c’est surtout avec elle qu’on se retrouve coincé dans cette ambulance, et c’est avec elle qu’on traverse cette course-poursuite.

Pour le fun, « Ambulance« , c’est aussi tout un tas de seconds-rôles, voire plus loin, qui sont cools à suivre comme le chef de la police, l’agent bancaire du FBI (perso étonnant encore une fois chez Bay), l’associé peintre de Jake, ou encore un flic assez badass et revanchard qui en plus de ça, se permet de citer des films de Michael Bay.

Côté mise en scène, action, courses-poursuites et trouvailles visuelles à l’aide de drones, Michael Bay nous en offre pour notre argent. C’est bien simple, une fois cette « Ambulance » lancée, jamais le film ne s’arrête ou ne faiblit en intensité. Les cascades s’enchaînent, les scènes improbables, les répliques sont balancées au coude-à-coude, les acteurs s’éclatent et ça se sent, autant que ça se voit. Le film est parcouru de moments délirants, de moments en apesanteur, puis il y a tous ces plans, ces bouts de scènes, ces tests, où Michael Bay s’éclate avec ses caméras. C’est bien simple, le film virevolte dans tous les sens. Ça rase les murs, ça se jette dans le vide, ça passe au plus près des bagnoles et des chocs, parfois même ça passe en dessous, et le tout nous tient et donne une sensation de traque en permanence. À noter que Michael Bay s’amuse aussi de manière « méta », lorsqu’un personnage balance qu’elle commence à chiffrer cette course-poursuite.

Le plus déglingué des réalisateurs américains fait un retour en salle aussi étonnant qu’il est plaisant. « Ambulance » est une course-poursuite folle qui arrive à sortir des ficelles clichées du film de braquage, tout en tirant sur celles-ci. Ainsi, on s’éclate autant que l’équipe, le réalisateur et ses acteurs, et alors les deux heures et quart passées en leur compagnie ne se voient absolument pas. Bref, il est vraiment cool, ce Michael Bay.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.