août 10, 2022

Sang Noir – Cara Solak

Auteure : Cara Solak

Editeur : Plumes du Web

Genre : Fantastique

Résumé :

Des nouveaux pouvoirs liés à un sorcier impitoyable. Une traque. Une vengeance. Et un vampire un peu trop collant. Mon entrée dans le monde de la magie ne pouvait pas mieux débuter !
Un soir dans une ruelle sombre, la vie de Rain bascule, la propulsant dans un monde inconnu.
Victime d’un vampire sorti tout droit d’un magazine de mode, elle découvre qu’elle est une sorcière. Il faut dire que leur sang est infect, et que l’homme aux canines aiguisées n’hésite pas à le lui faire savoir !
Elle pourrait se réjouir d’apprendre qu’elle a des pouvoirs, mais manque de chance, sa magie ne se manifeste qu’en présence d’un dénommé Silas : un sorcier sans pitié, antipathique au possible, plutôt effrayant – mais un peu trop attirant. Et, bien sûr, il semble déterminé à lui faire la peau, à moins qu’elle puisse lui être utile…
Elle n’avait pas réellement de passé, et pas d’avenir. Mais c’était probablement mieux que d’être traquée, comme tous les Sang-Noir.
Maintenant, elle n’a plus le choix, il lui faut fuir et Silas est sa seule issue…

Avis :

Une histoire et un univers peu développés

Le problème de Sang noir se retrouve certainement dans son histoire condensée : l’intrigue principale aurait largement pu remplir celle d’une trilogie, pour s’appesantir sur les émotions et sentiments des personnages, et surtout pour les rendre moins superficiels et plus réalistes.

Tout semble aller trop vite et tout semble avoir déjà été lu/fait autre part. Les détails s’effacent pour s’intéresser à l’action et… à l’action. Les stéréotypes des héros s’impriment trop profondément dans l’histoire, tout s’enchaîne dans la fougue et l’empressement sans nous laisser le temps d’apprécier le moment et les révélations. C’est dommage. L’univers aurait mérité plus de place et bien plus de travail pour plaire à tous les amateurs de fantaisie. Les détails manquent cruellement, les créatures apparaissent fades, tout comme les lois, traditions et cultures de ce monde inconnu qui s’offre à nous.

A son tour, l’intrigue n’étonne guère. Un lecteur habitué à des univers vastes et profonds a du mal à rentrer dedans, même si les personnages donnent envie que l’on s’intéresse à eux. Les évènements peints et les scènes mises en avant ne semblent pas réelles et ne marquent pas : pas de messages forts et pas de moments captivants au point de nous faire oublier les imperfections du reste.

Une héroïne de surface

On a du mal à comprendre l’héroïne. Elle choisit sans forcément se poser toutes les questions, elle fonce dans le tas alors que tout lui échappe, et elle évolue trop rapidement pour que ce soit réel. Les préoccupations du quotidien coulent sur elle, comme celles concernant son entourage. Son caractère endiablé nous plaît tout de même, elle nous transmet sa force et sa détermination, son courage et sa bravoure.

Sa complexité se dévoile trop tard et ne suffit pas à combler les trous laissés dans son sillage. On ne s’imagine pas à sa place, on reste détaché, spectateur oisif d’une aventure pour laquelle la sauce ne prend pas.

Une quête pour sauver le monde

Même si le dénouement plaît par ses cotés novateurs par endroits, l’enveloppe sans relief nous laisse un arrière-goût amer. Une quête initiatique qui commence et qui se termine aussitôt après, une lutte féroce qui prend de l’ampleur pour décroitre en intensité dans la foulée, une bataille pour sauver le monde qui ne nous happe guère, une atmosphère qui ne nous emporte pas totalement avec elle, et un objectif qui manque de saveur.

Ici, sauver le monde n’apporte pas de tensions palpables. Les antagonistes manquent de substance pour nous rendre mal à l’aise ou affecté.

Une double narration plutôt bien construite

La narration se partage sur deux personnages. La lecture des deux parties nous apporte les détails qui manquaient à l’une ou à l’autre, lue séparément. Ce choix amène des questionnements bienvenus et anime notre curiosité. Certains y verront peut-être des répétitions inutiles ou du temps perdu, pourtant la vision d’une même scène par deux personnalités distinctes nous aide à mieux nous l’approprier et à mieux comprendre les porteurs de ces regards.

Le second héros de cette histoire, comme son pendant féminin, manque de profondeur. Il nous plaît par son coté combattif et impertinent, par sa force de caractère et son côté protecteur. On aurait aimé en savoir davantage sur lui, on aurait aimé qu’il s’ouvre !

L’histoire d’amour que l’on sent venir redonne du souffle au récit mais ne parvient pas à convaincre tout à fait. Cependant, aidé par une plume belle et efficace, cette idylle prend vie et nous atteint.

Les lecteurs qui souhaitent se plonger pour la première fois dans ce genre d’univers s’y retrouveront sans doute : le ton léger et l’aventure bien tracée aideront les néophytes à se plonger dans l’histoire, la réflexion et le cerveau de côté, pour surtout profiter du voyage, de la relation intense et de l’action. Dommage que cela n’aille pas plus loin.

En bref

  • Un univers qui manque de détails et de profondeur.
  • Une intrigue qui paraît condensée et qui aurait pu tenir sur une trilogie complète.
  • Deux héros qui plaisent en partie mais qui paraissent superficiels.
  • Un manque de réalisme qui dérange.
  • Une histoire peu marquante.
  • Deux narrations qui s’entremêlent et qui se complètent.
  • Une belle plume et une lecture fluide et agréable.
  • Une idylle attendue.
  • Des vilains peu charismatiques.

Note : 08/10

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.