août 10, 2022

L’Argent des Autres

De : Christian de Chalonge

Avec Michel Serrault, Claude Brasseur, Jean-Louis Trintignant, Catherine Deneuve

Année : 1978

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Henri Rainier, fonde de pouvoir dans une importante banque parisienne, est impliqué malgré lui dans un scandale financier.

Avis :

Christian de Chalonge est un cinéaste français dont le nom est presque oublié aujourd’hui et ça a tout l’air d’être bien dommage, car le réalisateur, lorsque l’on regarde sa carrière au cinéma, a de quoi nous donner envie de nous y arrêter. Pour ma part, c’est le deuxième film que je découvre de Christian de Chalonge après le très inquiétant et sombre « Docteur Petiot« . De Chalonge est diplômé de l’IDHEC, et très vite, il devient assistant réalisateur pour Serge Bourguignon ou Alain Jessua. Il tourne son premier film en 1968, mais il trouvera son plus grand succès dix ans plus tard, avec ce film justement.

Magouilles, délations, accusations faciles, bouc émissaire, avidité, pouvoir et finance, voici donc le programme de cet « … argent des autres« , troisième long-métrage de son metteur en scène, qui en 1979 décroche le précieux César du meilleur film. Intéressant, aussi bien dans son intrigue que dans sa mise en scène, royal dans son casting, et trouvant même des échos quarante ans après sa sortie, presque oublié aujourd’hui, « L’argent des autres » est un film que j’ai pris plaisir à découvrir et qui mérite d’être sorti des oubliettes dans lesquelles il se trouve.

Henri Rainier travaille comme fondé de pouvoir dans une grande banque française. Un matin, il est licencié sur-le-champ pour faute grave, après que l’un de ses clients ait fait perdre des milliards à la banque. Pour Henri, ce licenciement est totalement injustifié, car il n’a rien à voir avec cet argent perdu. Henri se met alors à enquêter pour justifier de son innocence et très vite, il va découvrir qu’il est le bouc émissaire des très mauvaises gestions de plus haut que lui.

« L’argent des autres » est un film dont je n’avais jamais entendu parler, jusqu’à ce que j’ai l’envie de me faire tous les films qui ont eu le César du meilleur film, et autant dire qu’en ce début de rétro (c’est le quatrième film primé), cet « … argent des autres » est ma première belle découverte.

Étonnant, car terriblement d’actualité, alors que le film a fêté ses quarante ans il y a quelques années déjà, troublant dans sa mise en scène et la façon que peut avoir Christian de Chalonge de raconter ce récit. Mélangeant drame, finance, politique, le tout soigné avec une mise en scène qui conjugue le thriller, le film d’anticipation, et le film d’enquête… Bref, cet « … argent des autres« , même s’il n’a pas été parfait de bout en bout, et peut dans une certaine mesure nous laisser sur notre faim, est un film qui mérite bien qu’on s’y arrête.

La première chose qui frappe avec ce film, c’est son ambiance. Dès les premières images et les premières scènes, Christian de Chalonge nous jette dans un film glaçant. Un film terriblement froid, à l’atmosphère presque étouffante. D’emblée, son réalisateur crée un malaise qui nous accroche, et même si au fur et à mesure que l’intrigue se déroule, le film va perdre en intensité, Christian de Chalonge va nous tenir jusqu’au bout. Très original dans sa construction, « L’argent des autres« , dans sa mise en scène, est un film qui propose beaucoup de choses. C’est un film qui essaie et qui ne se plante pas. Alors que les sentiers du drame financier sont assez balisés, de Chalonge sort clairement des carcans habituels pour, comme je le disais, proposer un film original. Les scènes d’entretiens d’embauche sont même stupéfiantes, tant le film à ce moment-là basculera presque dans un film quelque part entre science-fiction et anticipation.

Ensuite, cet « … argent des autres« , c’est un scénario très bien écrit. Un scénario qui plonge un employé modèle dans l’enfer d’une injustice (si l’on peut dire ça comme ça). Un employé qui se retrouve bouc émissaire des magouilles, spéculations et autres dérives de ses patrons et autres banquiers avides d’argent. Pour résoudre cette affaire, Christian de Chalonge nous entraîne alors dans un film d’enquête, et si parfois le récit a ses maladresses, sur son ensemble, c’est efficace et toujours intéressant, car le film « mute » en permanence, pour toujours emporter ce scandale financier plus loin. Ce scénario est aussi très intéressant dans sa façon de décrire le monde de la finance. Un monde où finalement l’humain face à l’argent a peu de place.

Pour faire tenir et incarner cette histoire, Christian de Chalonge a réuni un casting XXL et a offert de très bons rôles à ses comédiens, même si pour certains, comme Catherine Deneuve et Claude Brasseur, on aurait aimé qu’ils soient plus développés. Quoi qu’il en soit, ici, vous trouverez une confrontation terrible entre un Jean-Louis Trintignant bien décidé à prouver son innocence et dénoncer par la même occasion ce que les banques peuvent faire derrière le dos de leur client et un Michel Serrault en patron magouilleur, lâche et froid, absolument glaçant. À noter aussi de bons petits rôles pour Gérard Séty, Raymond Bussières ou encore Juliet Berto qui en syndicaliste, n’est pas sans rappeler une certaine Arlette Laguiller.

Ce César 1979 est donc un bon cru, voire même un très bon cru, car si on lui enlève le sentiment de rester sur sa faim, et les petites maladresses ici et là, « L’argent des autres est un bon thriller financier, aussi original qu’étonnant, et surtout, derrière ça, très étrangement et de manière presque terrifiante, c’est un film qui résonne et se pose tout à fait d’actualité (le film va même jusqu’à appeler l’un de ses personnages Monsieur Cahuzac, alors oui, ce n’est pas vraiment la même histoire, mais ça reste un scandale financier et le fait d’entendre ce nom dans un film pareil, c’est troublant).

Ainsi donc, ce César 1979 mériterait bien d’être sorti de l’ombre dans laquelle il se trouve, tout comme il mériterait aussi une restauration, car ma copie DVD n’est pas folle et certaines images sont noyées sous le grain.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.