septembre 27, 2022

Maigret – De Canard

De : Patrice Leconte

Avec Gérard Depardieu, Jade Labeste, Mélanie Bernier, Aurore Clément

Année : 2022

Pays : France

Genre : Policier

Résumé :

Maigret enquête sur la mort d’une jeune fille. Rien ne permet de l’identifier, personne ne semble l’avoir connue, ni se souvenir d’elle. Il rencontre une délinquante, qui ressemble étrangement à la victime, et réveille en lui le souvenir d’une autre disparition, plus ancienne et plus intime…

Avis :

On ne présente plus Patrice Leconte, cinéaste français dont les succès se comptent bien plus que sur les doigts d’une main. Réalisateur de talent, cela fait maintenant plus de quarante ans que Patrice Leconte enrichit notre cinéma. Pourtant, malgré sa renommée, cela faisait maintenant huit ans qu’on avait plus revu le nom de Patrice Leconte sur un long-métrage. Et oui, après s’être aventuré dans un film en anglais, « Une promesse« , film qui fut un échec en salle et derrière ça, qui vient seulement de sortir en DVD et Bluray, le metteur en scène a fait une grande pause. Enfin, une pause, on s’entend, puisqu’on aura toutefois vu le nom de Leconte au générique d’une série télé, « Vestiaires » et en 2019, il a participé à « Salaud de pauvres« , un long-métrage en collaboration avec pas moins de treize réalisateurs.

Pour son trente et unième film, Patrice Leconte fait un retour là où on ne l’attendait pas, puisqu’il a décidé de s’aventurer dans le polar, et pour l’occasion de ressortir des tiroirs l’immense inspecteur Maigret.

Loin de ce à quoi l’on pouvait s’attendre, ce « Maigret » se pose comme une élégante série noire à la fois rétro et moderne. Un film qui prend tout son temps pour enquêter en compagnie d’un Gérard Depardieu terrible dans la peau de cet inspecteur vieillissant, aussi fort qu’il peut être fragile, voire même sensible. Intéressant de bout en bout, ce retour de Patrice Leconte aux affaires cinématographiques est tout simplement réjouissant.

Une jeune femme est retrouvée morte près des quais de Seine. Vraisemblablement, ladite jeune femme fut tuée de cinq coups de couteau. C’est l’inspecteur Maigret qui prend en charge cette affaire. Une affaire qui s’annonce compliquée, car pour l’heure, tous ceux qui ont connu la jeune femme, ne connaissaient pas son nom, ce qui fait d’elle une inconnue.

J’ai toujours apprécié le cinéma de Patrice Leconte, et même dans ses ratés, il y a toujours une idée ou deux qui sont intéressantes (Enfin, sauf peut-être dans le troisième opus des « … Bronzés » où là, il faut vraiment chercher, mais ça, c’est une autre histoire…), alors huit ans sans film de Patrice Leconte, c’est assez tristounet, d’autant plus que son précédent film, « Une promesse« , était un joli film. Avec cette affection, autant dire que ce « Maigret » était un film que j’attendais avec énormément de curiosité, et clairement, je n’ai pas été déçu, face à un film et un polar aussi classieux qu’il est aussi classique.

Avec ce film, Patrice Leconte nous invite à plonger dans une sombre enquête. Une enquête quasiment en noir et blanc. Une enquête qui prend tout son temps pour rassembler ses éléments et ses déductions. Ce Maigret est d’ailleurs tout à fait le genre de film où ce qui va être le plus intéressant, ce ne sera pas la résolution de cette affaire. D’ailleurs, Patrice Leconte, en début de film, ne laisse pas franchement planer des doutes, et l’on pourrait presque lui reprocher un scénario prévisible. Non, ici, ce qui est intéressant et nous embarque pleinement, c’est la façon dont le personnage de Maigret enquête, écoute, fait parler presque sans rien demander et réunit petit à petit les preuves et les évidences, pour accuser ou innocenter tel ou tel personnage.

Avec cet angle scénaristique, Patrice Leconte fait de son film un portrait de personnage. Un personnage merveilleusement bien incarné et porté par Gérard Depardieu. Ce Maiget est un homme qui tient ses vérités et ses manipulations, qui a ses points forts et ses faiblesses, voire même ses blessures, ce qui donne un joli fond touchant à ce Maigret. Depardieu est d’ailleurs si bon dans la peau de son personnage, qu’il en éclipse un peu tout le monde autour de lui, et ça, malgré les jolies présences de Hervé Pierre, Mélanie Bernier, Aurore Clément, Pierre Moure ou encore André Wilms. À noter toutefois une jeune comédienne, Jade Labeste, qui en jeune paumée recueillie par notre inspecteur tire son épingle du jeu, et imprègne un peu plus que les autres.

Comme souvent avec Patrice Leconte, la mise en scène est soignée et cette plongée dans le Paris des années 50 se pare d’une photographie à tomber à terre. Une photographie qui plonge ce « Maigret » à la limite du noir et blanc, qui donne au film un très joli cachet qui sert superbement à son intrigue. On ajoutera à cela une élégance dans les cadres, les angles, les idées et les mouvements de caméra. Bref, c’est beau, c’est bien fait, et alors que le film prend son temps, se calant presque sur la démarche de Depardieu, jamais ce « Maigret » se fait ennuyant.

Après huit ans d’un quasi-silence, Patrice Leconte retrouve le chemin des salles de cinéma seul, et c’est très plaisant. Polar sombre et touchant à la fois, très beau portait de personnage, tenant une enquête aussi classique qu’impeccablement menée, Patrice Leconte surprend, et au-delà de ça, fait un retour en forme de réussite. Une réussite telle qu’on ne serait pas contre, si l’idée lui venait de retrouver le personnage d’ici quelques années.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.