octobre 5, 2022

Happy Birthdead 2 You

Titre Original : Happy Death Day 2U

De : Christopher Landon

Avec Jessica Rothe, Israel Broussard, Phi Vu, Suraj Sharma

Année : 2019

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur, Comédie

Résumé :

Alors que Tree pensait s’être définitivement débarrassée de celle qui voulait sa mort et qu’elle file le parfait amour avec Carter, elle se retrouve projetée dans une dimension parallèle à notre monde. Elle doit désormais affronter des fantômes de son passé et de nouveaux ennemis…

Avis :

Sorti en 2017, Happy Birthday fut un film d’horreur surprenant. Sorte de mélange entre Scream et Un Jour Sans Fin, on y voyait une jeune femme se faire zigouiller par un tueur masqué, et à chaque mort, elle se réveillait le même jour. Piégée dans une boucle temporelle, elle va se rendre compte que c’est son comportement qui est en jeu et elle va changer pour arrêter ce jeu de massacre. Joli succès au box-office et critique, il n’en fallait pas plus pour relancer la machine deux ans plus tard. Christopher Landon retourne alors derrière la caméra avec sensiblement la même équipe, mais il va tenter de tisser une nouvelle intrigue avec les mêmes personnages. On aurait pu tomber dans la surenchère ou la redite, mais malgré tout, les pièges sont évités et Happy Birthdead 2 You reste une nouvelle surprise qui a des choses à raconter.

La boucle n’est pas bouclée

Le film débute de façon similaire au premier opus, sauf qu’ici, on ne suit plus Tree, mais Ryan qui se rend de sa voiture à sa chambre d’étudiant, pour ensuite aller dans son laboratoire et se faire assassiner. Très rapidement, le film prend le même chemin que son aîné, sauf qu’il va exploiter au maximum une idée, l’explication de la boucle temporelle. En effet, si l’on aurait pu croire à une sorte de châtiment divin pour que Tree devienne plus humaine, les scénaristes ont inventé une machine quantique qui va être à l’origine de cette histoire. Tree va de nouveau être victime d’une boucle, mais dans une autre dimension où sa mère est toujours vivante et où Carter n’est plus son petit ami, mais celui de sa meilleure amie. Une dimension qui pourrait lui plaire, mais qui va être chamboulée par des évènements dramatiques similaires au premier métrage.

Si l’on s’attarde quelque peu sur les grandes lignes du film, on va vite s’apercevoir que Christopher Landon ne s’est pas trop foulé. Il recrée les principaux pivots de sa première histoire, et les transposent avec un raisonnement scientifique pour que Tree puisse retourner d’où elle vient. La boucle temporelle refait son apparition, en plus d’y ajouter des changements majeurs qui amèneront leurs lots de réflexion sur la vie et les chemins que l’on prend. Pour autant, malgré une certaine paresse dans le déroulement narratif du film (l’héroïne doit mourir plusieurs fois pour trouver une solution), on va se retrouver happer dans cette histoire grâce à plusieurs éléments malins, comme les personnages et leurs relations, ou encore différents points de vue inattendus, qui sont une alternative à la première histoire. On pense aux motivations du tueur, aux sentiments de Tree ou encore à de nouveaux personnages intéressants.

Jamais sans ma mère

Bien évidemment, tout n’est pas forcément équilibré dans le film et on retrouve un peu les mêmes défauts que dans le premier opus. A savoir des motivations de bas étage pour le tueur, des histoires de coucherie pas forcément novatrices et quelques passages un peu lourds. Mais il faut surtout signaler qu’Happy Birthdead 2 You véhicule de bonnes réflexions sur le temps, les secondes chances et les choix que l’on peut faire dans la vie. Ainsi, dans cette nouvelle dimension, Tree va pouvoir retrouver sa mère, qui est vivante. Elle va alors pouvoir partager des moments avec elle, même si ses souvenirs sont factices. Elle retrouve des photos de moments partagés qu’elle n’a jamais eu. En contrepartie, elle ne sort pas avec Carter, et pourtant, elle éprouve des sentiments à son égard. Elle va alors devoir faire un choix déchirant pour briser la boucle.

Le film joue beaucoup sur la notion de deuxième chance et de dire au revoir à ceux que l’on aime. Aussi inattendu que cela puisse paraître, Happy Birthdead 2 You sait se faire touchant et apporte vraiment un fond à son histoire. Derrière la gaudriole, derrière la comédie horrifique décomplexée, on trouve des thèmes qui sont bien explorés et apporte de la profondeur à l’ensemble. Une profondeur qui est parfois absente de l’humour un peu graveleux. Un humour qui est parfois bien dosé, notamment lors des différentes morts de Tree sur la musique de Paramore. Mais un humour qui est parfois grossier, voire mal joué, comme ce moment gênant où une amie joue une aveugle pour récupérer des clés. Le passage est long, lourd et prouve que parfois, une idée drôle sur le papier ne l’est pas forcément face à la caméra.

Bébé tranche

Si l’on doit trouver un autre défaut à cette suite, c’est qu’elle ne prend pas de risque d’un point de vue graphique. Si on trouve quelques saynètes agréables et inspirées, à l’image de celles où tout ralentit, le film restera très sage sur son aspect horrifique. Oui il y a des morts, mais l’hémoglobine ne coulera pas à flots et d’un point de vue esthétique, on reste tout de même dans quelque chose de calibré. On a l’impression que Christopher Landon se bride pour que son film ne soit pas interdit aux moins de seize ans. Clairement, il y a très peu de passages qui font peur (voire pas du tout) et l’ensemble manque d’équilibre entre l’humour et la peur. Contrairement au premier métrage, la violence du tueur est revue à la baisse et les amateurs de slasher risquent fort d’être déçus.

Au final, Happy Birthdead 2 You est une suite très honorable. Si on compte quelques petits défauts par-ci par-là, force est de constater que le long-métrage fonctionne plus que de raison et il aborde même des thèmes intelligents et intéressants. On prend un malin plaisir à retrouver toute cette équipe, dans des situations à la fois similaires et différentes, ce qui est un vrai tour de force de la part du réalisateur, qui arrive à faire du neuf avec du vieux. Sans être un film incroyable, cette suite fait amplement le job et donne une forte envie de voir un troisième métrage dans le même univers.

Note : 14/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.