novembre 30, 2021

Les Magnétiques – De l’Ado à l’Adulte

De : Vincent Maël Cardona

Avec Thimotée Robart, Marie Colomb, Joseph Olivennes, Fabrice Adde

Année : 2021

Pays : France, Allemagne

Genre : Drame

Résumé :

Une petite ville de province au début des années 80. Philippe vit dans l’ombre de son frère, Jérôme, le soleil noir de la bande, borderline et magnifique. Entre la radio pirate installée dans le grenier d’un bar d’amis, le garage du père et la menace du service militaire, les deux frères ignorent qu’ils vivent là les derniers feux d’un monde sur le point de disparaître.

Avis :

Né en 1980 en Bre­tagne, Vincent Maël Cardona voulait faire du cinéma, c’est pourquoi, dans la vingtaine, il part pour Paris et intègre le département réa­li­sa­tion de la célèbre école de la Fémis en 2006. Il commence à réaliser en 2010, et se fera remarquer en décrochant le deuxième Prix de la Ciné­fon­da­tion au Festival de Cannes 2010 avec « Cou­cou les nuages« , qui est son film de fin d’études. S’ensuit alors un troisième court-métrage en 2019 qui confortera le jeune réalisateur.

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes, puis décrochant le Prix d’Ornano-Valenti au Festival de Deauville, « Les magnétiques » est le premier long-métrage de Vincent Maël Cardona. Un premier film qui lui aura pris dix ans de sa vie pour pouvoir porter cette histoire à l’écran. Intéressant et original, « Les magnétiques » se pose comme une belle ouverture de carrière pour son metteur en scène, qui propose de nous entraîner dans la Bretagne des années 80, au moment de l’élection présidentielle de 1981.

Bretagne, 1981. Philippe, la vingtaine, est renfermé sur lui-même. Avec son frère, il tient une radio pirate dans le grenier de leur paternel. Roger est la voix derrière les micros et Philipe, lui, bidouille les génériques, les effets et les lancements. Les deux frangins sont très complices, puis un jour, Philippe est appelé pour passer son service militaire. Une expérience qui, comme beaucoup de jeunes de l’époque, il n’a pas envie de faire, mais il paraît qu’il faut en passer par là pour être un homme.

À quarante et un an, voici que Vincent Maël Cardona vient présenter son premier film, « Les magnétiques » et pour le coup, le « jeune réalisateur » nous offre un joli premier essai. Certes, « Les magnétiques » n’est pas un film incroyable, et parmi les très bons premiers films qui sont sortis cette année, celui de Vincent Maël Cardona ne franchira pas les tops de fin d’année, mais ce n’est pas pour cela qu’on passe un mauvais moment devant. C’est même le contraire, car Vincent Maël Cardona nous entraîne dans un film rafraîchissant d’un côté, et assez touchant de l’autre. Touchant de par l’innocence de son personnage qui va résolument passer à l’âge adulte.

Tenu par un scénario intéressant, « Les magnétiques » est un film qui au sein de son écriture veut aborder beaucoup de sujets. Vincent Maël Cardona abordera des thèmes qui sont assez peu abordés dans le cinéma d’aujourd’hui et ne serait-ce que pour cela, le film mérite amplement son coup d’œil. Ainsi, à travers le portrait de ce jeune garçon timide, le réalisateur parlera des années 80, de l’espoir de passer à autre chose à travers cette nouvelle décennie qui s’annonce diablement différente. À travers son personnage, Vincent Maël Cardona parlera aussi bien du service militaire que de la jeunesse des années 80 et nous, on se plaira à suivre le chemin que son personnage principal emprunte. Un chemin qui ressemble fort à un parcours initiatique, le forçant malgré lui à passer à l’âge adulte.

Conjuguant certains genres au sein de sa trame, « Les magnétiques » est un film qui a des allures de romance, autant qu’il est un drame familial touchant. Outre le fait que le film aborde le service militaire, on se plaira aussi à découvrir tout ce qui tournera autour de la radio et notamment des radios « pirates », avec pour l’une, une émission hybride dans un grenier et pour l’autre, un côté politique, s’arrêtant sur les radios britanniques qui envoient via les ondes de la pop anglaise à l’est. Bref, si parfois on y trouvera de petites baisses de régime, ou encore une voix off qui est plutôt mal employée, cassant un peu l’émotion qu’on aurait pu ressentir à la découverte d’un événement, pour le reste, « Les magnétiques » tient un scénario plaisant qui présente bien son époque, ses lieux et son personnage principal. Un personnage très bien tenu par Thimotée Robart.

Du côté de sa réalisation, « Les magnétiques » est un film qui conjugue très bien classicisme et originalité. Si beaucoup trop de fois, le film résonne dans sa mise en scène comme quelque chose de déjà vu, dans un autre sens, il se pose aussi comme très étonnant, nous offrant des instants de grâce. Là, on pense à tout ce qui tourne autour de la radio et des petits gestes pour faire fonctionner cette dernière. Excellent et plein d’inventivité. Puis il y a des moments de naturel, de charme et de poésie. Bref, si l’on ajoute à cela de belles images, une belle ambiance, de bons décors, et une BO Rock made in 80’s bien vue, on passe un chouette moment devant ce film.

Ce premier film pour Vincent Maël Cardona est donc imparfait, mais il n’en reste pas moins un premier essai très intéressant et malgré ses petits défauts, il est une jolie réussite. Sympathique, efficace et touchant, on se plaît à suivre le personnage de Philipe qui petit à petit s’éloigne de « l’adolescence » pour devenir un adulte. Bref, un premier film qui fait de jolies promesses pour l’avenir.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.