novembre 30, 2021

Police Story Lockdown

Titre Original : Ging Chaat Goo Si

De : Ding Sheng

Avec Jackie Chan, Liu Ye, Jing Tian, Wei Na

Année : 2013

Pays : Chine, Hong-Kong

Genre : Action, Policier

Résumé :

Dans le but de faire sortir de prison un détenu condamné à une longue peine, un homme prend en otage plusieurs personnes dont un policier et sa fille.

Avis :

Initiée en 1985 par Jackie Chan himself devant et derrière la caméra, la saga des Police Story n’a jamais vraiment marché chez nous. Pourtant, au sein du marché chinois et hong-kongais, la licence fait un carton et a ainsi pu bénéficier de pas moins de sept films. Avec un épisode centré sur un personnage secondaire, avec plusieurs scénarios mettant en avant ce pauvre policier qui va devoir casser des gueules à tout va, Police Story est un phénomène, mais qui n’a pas pris en France. Pour autant, les films sont disponibles, Jackie Chan est une véritable icône et certains épisodes sont très bons, à l’image du sixième, New Police Story, mais rien n’y fait, la franchise reste assez austère pour le tout public. Et ce n’est pas avec ce dernier opus que cela va changer, car Police Story Lockdown est le moins bon de la licence.

Coincé en boîte

Chan Ka Kui est un inspecteur respecté et est très connu grâce à ses faits d’armes. Un soir, proche de Noël, il doit retrouver sa fille dans un bar. Alors qu’une dispute éclate entre eux, le petit ami de celle-ci prend en otage toutes les personnes dans le bar et demande à l’inspecteur d’appeler ses supérieurs pour qu’ils libèrent un homme. Sans cette libération, il tuera chaque personne présente dans le bar. Mais c’est sans compter sur les aptitudes de Chan Ka Kui, qui va trouver une échappatoire et tenter de sauver tout le monde. Sorte de huis-clos qui va se vouloir plus dynamique que la moyenne, ce septième Police Story n’arrive pourtant pas à se rendre intéressant. La faute à un scénario fainéant et sans grand intérêt, mais aussi une mise en scène qui accuse le coup d’un budget serré.

Dans cette histoire, on va vite se rendre compte que quelque chose cloche. Le scénario est assez fébrile et n’arrive pas à masquer ses errances. Car même si Chan Ka Kui est le héros de la saga, n’importe quel flic aurait fait l’affaire. Ici, on navigue en eaux troubles pendant près de deux heures, pour un résultat très décevant. Ding Sheng ne parvient pas à combler les manques du scénario, ni même à rendre son antagoniste intéressant. L’homme en question n’est pas charismatique, son background est assez mince et sa caractéristique claudicante le rend presque caricatural. En fait, il y a un problème d’écriture dans la finalité même du film, avec ce retournement innocent et qui fait l’effet d’un pétard mouillé, mais aussi dans les personnages qui sont tous creux ou sans intérêt. Le méchant en est un exemple flagrant, mais ce n’est pas le seul.

Conflit père/fille

Il faut dire que même notre héros semble bien fatigué. Jackie Chan est toujours aussi attachant, mais si l’on s’écarte de l’acteur, son personnage commence à prendre du plomb dans l’aile. Exit le grand héros amateur de baston, on a droit ici au père de famille un peu con, ultra protecteur avec sa fille et qui voit le mal partout, surtout dans les jeunes générations. Ce côté protecteur va être étouffant et ne sera jamais remis en cause. Pire, sa fille lui pardonnera car il aura eu raison de se méfier de ce petit ami invasif. Pour le reste de la relation, tout reste téléphoné et sans grande surprise, avec la dispute, puis la réconciliation. Les personnages secondaires seront, eux, inexistants, à l’image des acolytes du méchants qui ne servent que de chair à canon sur les deux/trois séquences d’action.

Et c’est là que l’on va voir les grosses lacunes de mise en scène. En effet, en règle générale, un Police Story avoine sévère, mais ce ne sera pas le cas ici. Si on peut remettre en cause la forme physique de son acteur, qui commence à avoir de l’âge, on va vite se rendre compte de la faiblesse de la réalisation. Dès le départ, tout fait cheap. Les décors, la mise en scène, tout est très pauvre, et surtout, tout fait fictif, film de studio. De ce fait, difficile de prendre de l’ampleur avec quelque chose de plus aérien et de plus dynamique. Le seul moment vraiment intéressant réside dans ce combat en cage où Jackie Chan va se faire malmener par un boxeur. C’est le seul moment intéressant du métrage du point de vue de la réalisation, puisque Ding Sheng essaye de nous faire ressentir les coups.

Police Golri

Enfin, si le scénario ne tient pas vraiment la route et que ce n’est pas bon non plus au niveau de la mise en scène, on ne peut pas dire que la finalité du film soit une réjouissance. Le twist final est d’une naïveté crasse et les raisons du méchant sont au ras des pâquerettes. Que ce soit dans ses enjeux ou dans ses messages, Police Story Lockdown ne raconte pas grand-chose et ne fait pas non plus évoluer ses personnages (si ce n’est qu’il faut obéir à son papa, surtout quand ça concerne des amoureux). Cependant, difficile aussi de renier certains plaisirs, comme revoir Jackie Chan dans une bonne forme en train de casser des bouches. Si l’acteur est plus mou que d’habitude, il se donne toujours à fond et fait plaisir à voir. De même, il y a parfois quelques recherches esthétiques, à l’image d’un long flashback.

Au final, Police Story Lockdown déçoit plus qu’autre chose. Si on aurait pu s’attendre à un film qui frappe fort avec des séquences d’anthologie, on reste sur notre faim face à cet huis-clos un peu mou et qui manque de panache. Pas foncièrement mauvais, le film souffre d’un budget anémique, d’une écriture plus fine et surtout, d’une certaine cohérence dans le montage. Bref, sans être catastrophique, sans être très bon, ce dernier Police Story laisse un goût amer en bouche et on préfèrera se replonger dans les opus précédents.

Note : 09/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.