janvier 31, 2023

The Hole

De : Joe Dante

Avec Chris Massoglia, Haley Bennett, Nathan Gamble, Bruce Dern

Année : 2010

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur, Fantastique

Résumé :

Quand Dane et son petit frère Lucas quittent New York pour suivre leur mère dans la petite ville de Bensonville, ils pensent que rien ne pourrait être pire. Mais tout va changer lorsque Lucas, en explorant les recoins de leur nouvelle maison, découvre dans la cave un mystérieux trou sous une trappe verrouillée. Alors qu’ils font différentes expériences pour savoir jusqu’où il va, ils s’aperçoivent avec effroi que le trou semble continuer sans fin. C’est le début d’une aventure qui va les obliger à affronter leurs peurs les plus enfouies.

Avis :

A la fin des années 70 et au début des années 80, un réalisateur talentueux va démontrer en seulement deux films qu’il va falloir compter sur lui durant les années à venir dans le cinéma fantastique et horrifique. Il faut qu’en enchainant presque coup sur coup Piranhas et Hurlements, puis La Quatrième Dimension et Gremlins, Joe Dante s’est attiré toutes les faveurs du public et d’Hollywood. Mais qui aurait pu penser que durant les années 2000, le réalisateur serait presque blacklisté de Hollywood et n’aurait plus de budget suffisant pour faire des films à la hauteur de son talent ? Personne, mais il semblerait que ce soit l’adage des vrais artisans du septième art, Hollywood ne voulant que des yes men se pliant aux quatre volontés des studio qui ne visent qu’une chose, l’argent. Mais les vieux briscards ont les reins solides, et si leurs films d’aujourd’hui n’ont pas la même rage que ceux d’antan, ils prouvent toujours par quelques menus moyens qu’ils sont capables de faire bouger les choses. La preuve en est faite avec The Hole, qui n’a bénéficié que d’une sortie DTV chez nous en 2010.

Le pitch de départ est assez simple. On va rencontrer une famille dysfonctionnelle, à savoir une mère et ses deux gosses, un ado et un enfant, qui emménage dans une nouvelle maison, dans une petite ville. Alors que la vie se déroule plus ou moins sans accrocs, les deux garçons, lors d’une dispute, découvre une trappe dans leur cave. En l’ouvrant, il découvre un trou sans fond. Dès lors, des effets mystérieux se produisent dans la maison et alentour. C’est à partir de ce scénario assez simple, que Joe Dante va créer une sorte de cauchemar, à mi-chemin entre le vrai film d’horreur et le film fantastique presque familial. Comme toujours avec le réalisateur, on ne sait jamais où se poser dans le sous-genre. Mettant en scène des enfants en proie à des cauchemars, Joe Dante floute la limite entre le vrai film d’horreur et la comédie fantastique. Et si bien souvent, il est difficile de s’y retrouver, le cinéaste trouve toujours le bon équilibre pour ne pas sombrer dans le trop glauque ou le trop niais. Un équilibre salvateur donc, qui peut ne pas plaire, mais qui permet d’avoir une approche différente sur ce genre de métrage.

On retrouve toutes les thématiques chères à Joe Dante, à savoir l’enfance et l’adolescence face à des créatures dangereuses ou des phobies qui se matérialisent. En faisant ainsi, il va donc jouer sur les codes de la famille, avec le grand frère qui doit prendre ses responsabilités pour aider son petit frère, mais aussi son amour naissant pour la charmante voisine. En faisant cela, le réalisateur montre que la famille reste un socle solide et indispensable pour surmonter toutes les épreuves. Mais ce n’est pas tout, il interroge aussi sur nos phobies profondes et notre façon de les combattre, que ce soit par la réconciliation avec soi-même suite à une faute du passé, le courage d’affronter frontalement une peur viscérale ou encore celle de combattre un père violent et qui ne doit plus représenter de danger. Ces thématiques sont vigoureusement exploitées, donnant ainsi une certaine profondeur au métrage. D’ailleurs, ces phobies permettront aussi de donner de l’épaisseur aux personnages et donc de ressentir de l’empathie pour eux. Même pour l’ado bougon et caricatural. Chris Massoglia est attachant par son passif mais aussi son côté rebelle de pacotille. Nathan Gamble est très touchant en jeune garçon voulant aider son frère à draguer la voisine. Et Haley Bennett trouve enfin un rôle intéressant, simple et totalement crédible. En fait, cette bonne ambiance qui règne entre les trois enfants fait que l’on s’attache rapidement à eux, et ressentir les émotions des personnages est un point fondamental dans un film d’horreur.

En parlant d’horreur, ce côté-là est aussi plutôt bien exploité. Cette trappe sans fond est déjà assez inquiétante, mais Joe Dante va réussir à la rendre vraiment vivante, et cela en plusieurs étapes. Tout d’abord, lors d’un petit passage bien dérangeant, lorsque les jeunes visualisent un enregistrement et sur lequel on voit un œil, mais eux ne le perçoivent pas. Ensuite, avec plusieurs apparitions de fantômes, se mouvant de manière saccadée, rajoutant un côté vraiment étrange à la chose, comme si on regardait un enregistrement vieux de quelques années. Ces passages sont très réussis et le réalisateur rend la chose encore plus flippante lorsqu’il fait rentrer ses fantômes dans la trappe, avec une reptation accentuée. Bien évidemment, il faut aussi parler du clown, nous évoquant bien entendu Small Soldiers. Le seul gros point faible de ce film, c’est que l’on sent que ça manque de budget, notamment sur le final. Premièrement parce que les décors ne sont pas forcément à la hauteur et le côté Alice au Pays des Merveilles n’est pas assez cauchemardesque. Deuxièmement parce que les effets spéciaux ont pris un petit coup dans la tronche, notamment lors que la descente dans la trappe. Le film montre son manque de budget et l’aspect grandguignolesque est un poil too much, ce qui est dommage car cela enlève du charme au métrage.

Au final, The Hole de Joe Dante est un film très sympathique et qui ne mérite pas vraiment son mauvais sort dans les bacs à soldes. Caractéristique de son réalisateur, le film explore les peurs des enfants tout en trouvant un bel équilibre entre film d’horreur et film familial, faisant de The Hole un mélange qui fait écho aux années 80 et à son aspect novateur. Brimé par les studios voyant Joe Dante comme un pur créateur et non pas comme une machine à sous, ce film demeure mineur dans la grande filmographie de son auteur, mais on y retrouve sa patte, son envie et ses thèmes, et c’est bien là tout ce qui compte.

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=b5VGhWJlG5M[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.