juillet 18, 2024

The Tunnel

Titre Original : Tunnelen

De : Pal Oie

Avec Thorbjorn Harr, Yiva Lyng Fuglerud, Lisa Carlehed, Mikkel Bratt Silset

Année : 2020

Pays : Norvège

Genre : Drame, Thriller

Résumé :

Lorsqu’un camion s’écrase à l’intérieur d’un tunnel, les gens qui rentrent chez eux pour Noël sont brutalement pris au piège d’un incendie mortel. Avec le blizzard qui fait rage dehors et les premiers intervenants qui luttent pour se rendre sur les lieux de l’accident, c’est chacun pour soi.

Avis :

Au rayon du cinéma du monde, aujourd’hui, on va aller faire un tour du côté du cinéma norvégien, pays nordique qui nous a offert quelques pépites comme les films de Joachim Trier, de Ole Giæver, de Erik Poppe, de Marius Holst, de Roar Uthaug, ou encore ceux du duo de réalisateurs Espen Sandberg et Joachim Rønning. Parmi ces réalisateurs qui arrivent chez nous dans nos salles de cinéma, ou directement en DVD, on s’arrête sur Pål Øie, cinéaste qui fait principalement du cinéma d’horreur. Ayant sorti son premier film en 2003, Pål Øie reste encore aujourd’hui un metteur en scène assez confidentiel, ses films sortant de manière très discrète en DVD. Ainsi, pour les connaisseurs, Pål Øie, c’est le réalisateur de films comme « Villmark » et sa suite, « Hidden« , ou « Astrup« .

Il y a quelques années de ça, le cinéma norvégien, dans la catégorie des films catastrophe, nous avait offert une petite pépite, « The Wave« , film signé Roar Uthaug. Avec cette envie de découvrir de nouvelles visions loin du cinéma hollywoodien, j’ai découvert que Pål Øie s’était écarté l’espace d’un film de son cinéma d’horreur, pour s’aventurer justement dans le film catastrophe, offrant l’histoire d’un tunnel en feu et de victimes qui doivent survivre aux flammes. Si l’idée est assez basique finalement, d’emblée, on pense à « Daylight » de Rob Cohen ou assez récemment au « Tunnel » du coréen Kim Seong-hun, je me suis donc lancé avec envie et curiosité dans cette « version » norvégienne, et j’en ressors assez déçu, je dois dire. Si l’ensemble se laisse regarder, le film de Pål Øie n’arrive jamais à procurer les émotions qu’on attendait et finalement, une fois la séance conclue, le meilleur du film restera alors son ouverture et la présentation de tous ses personnages, dont il ne fera rien par la suite, mais ça, on y reviendra.

La veille de Noël, alors que beaucoup de monde s’affaire sur les routes afin de passer les fêtes en famille, dans l’un des très longs tunnels du pays, un camion-citerne va s’encastrer dans un mur, provoquant alors un bouchon. Peu de temps après cet accident, la citerne explose. De l’incendie qui se créer, une épaisse fumée se forme et piège alors les voyageurs sous la montagne. Cette fumée va aussi ralentir les sauveteurs.

Envie d’un film catastrophe qui tiendrait son action et qui offrirait de quoi nous en mettre plein la vue ? Eh bien passez votre chemin, car « The Tunnel » de Pål Øie est bien loin de cela. D’ailleurs, son affiche est mensongère tant elle est apocalyptique. Bref, très basique, « The Tunnel« , c’est un film qui suit ce schéma-là : Présentation de ses personnages, accident, panique, découverte, sauvetage, résolution.

Si cette trame est quasiment la même pour tous les films catastrophes, certains réalisateurs savent très bien la développer et d’autres non, et malheureusement, Pål Øie fait partie de cette deuxième catégorie. Ce constat est assez agaçant, car « The Tunnel » est un film qui commençait très bien, avec une belle présentation de ses personnages. De manière personnelle, j’adore ces présentations de personnages qui ne se connaissent pas, et qui vont vers un destin commun. Une fois cette présentation faite, Pål Øie nous offre aussi un bel accident, et par la même, il met son film en branle. Mais voilà, une fois ces étapes passées, une fois ses personnages piégés, une fois son héros arrivé sur place, « The Tunnel » s’effondre et finalement, il ne raconte plus rien. Créant des longueurs pour rien, ne sachant quoi faire de ses personnages, Pål Øie nous laisse dans l’attente que son film redémarre, mais rien ne va y faire.

Le scénario patauge et n’avance pas, mais le plus agaçant dans cette histoire, c’est le fait que le cinéaste ait pris beaucoup de temps dans son introduction, afin de présenter au mieux ses personnages, et finalement, pour la plupart, il ne va strictement rien en faire. C’est assez fou dans un sens, car entre ceux qui vont être abandonnés sur place et ceux qui vont très vite être expédiés, « The Tunnel« , sur la quinzaine de personnages présentés, va n’en développer dans leurs grandes lignes que deux ou trois. Avec ce choix étrange, Pål Øie tue toute l’émotion qu’on aurait pu ressentir, tout comme il tue aussi son suspens. C’est bien simple, même quand le film livre un peu d’action et de tensions, il n’arrive pas à nous tenir, car au final, hormis des personnages qui se retrouvent coincés dans de la fumée, il ne se passe rien. D’où le fait que finalement, le plus intéressant avec « The Tunnel« , c’est son ouverture.

Si le scénario laisse un sentiment très mitigé, ce dernier est aussi renforcé par la mise en scène de son réalisateur, qui après une belle présentation, livre un film terriblement plat. « The Tunnel » n’arrive, une fois qu’il nous a lâché, jamais à nous récupérer. Aucune action, aucune émotion, aucun drame, et aucun spectacle ne seront au rendez-vous. Du coup, comme pour son scénario, on reste coincé dans l’attente que le film de Pål Øie tienne les promesses que le genre fait.

Enfin, on ne pourra pas non plus se raccrocher à ses comédiens, car si le film est relativement bien joué, les personnages sonnent creux et ils ne sont pas touchants. C’est dommage, car le réalisateur s’était plutôt bien entouré, avec des noms comme Thorbjørn Harr, Lisa CarlehedEldar Skar, mais rien n’y aura fait, on aura suivi ces personnages de loin.

« The Tunnel » est donc une belle déception. Certes, le film se laisse regarder, et il peut animer une soirée, enfin animer, c’est un bien grand mot en fait, il peut faire passer une soirée, mais ça s’arrêtera là. Aucune tension, aucune émotion, aucun spectacle, des personnages littéralement abandonnés en cours de route, « The Tunnel« , c’est juste des gens qui essayent de fuir de la fumée… Bref, restera alors la petite balade bien venue dans de très beaux paysages norvégiens.

Note : 09/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.