janvier 28, 2022

Bad Teacher

De : Jake Kasdan

Avec Cameron Diaz, Jason Segel, Justin Timberlake, Lucy Punch

Année : 2011

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

Elizabeth Halsey n’est vraiment pas faite pour enseigner. Elle n’a rien à faire des enfants, elle parle mal, elle boit, fume n’importe quoi et ne pense qu’à une chose : se marier pour quitter son job d’enseignante au collège. Lorsque son fiancé la plaque, elle se met en tête d’épouser un jeune prof remplaçant aussi séduisant que riche… Mais Elizabeth a une rivale, la très volontaire Amy, une excellente enseignante. Le prof de gym qui lui fait des avances super lourdes ne simplifie pas les choses non plus. Les plans tordus d’Elizabeth et leurs délirantes conséquences vont secouer ses élèves et ses confrères, mais c’est surtout elle qui n’en sortira pas indemne…

Avis :

Fils du réalisateur Lawrence Kasdan, Jake Kasdan est révélé en 1998 avec son premier film, « La méthode zéro« , une petite comédie aujourd’hui oubliée, qui mettait en scène un duo improbable, Ben Stiller et Bill Pullman. Par la suite, cette rencontre avec Ben Stiller lui permet de rencontrer un certain Judd Apatow. Le réalisateur encore inconnu travaille sur une série, « Freaks and Geeks« . Kasdan mettra en scène plusieurs épisodes. Après des essais à la télévision pour des séries qui furent toutes arrêtées, Jake Kasdan retournera dans les salles obscures. Ainsi, il va traverser les années 2000 avec quelques petits films qui trouveront dans une certaine mesure leur public, notamment le faux biopic, « Walk Hard : The Dewey Cox Story« .

C’est d’ailleurs avec ce film qu’il conclut ses années 2000. Et voilà qu’après quatre années d’absence, Jake Kasdan est de retour avec une comédie tenue par l’une des reines de l’humour, Cameron Diaz. Revenant avec une bonne idée, jouissant d’un humour décalé, déjanté et assumé, « Bad Teacher » est une sympathique comédie qui atteint pile-poil sa cible. Fun, un brin vulgaire tout en restant mesuré, « Bad Teacher » est en un sens une comédie d’été qui fait joliment son taf et surtout une comédie qui est tenue par une Cameron Diaz en pleine forme (enfin, si l’on veut…).

Elizabeth Halsey n’est vraiment, mais vraiment, pas faite pour enseigner. Pourtant, face à ses collègues et l’administration, Elizabeth est une bonne enseignante, dont le collègue où elle travaille va la regretter, car Elizabeth, se mariant à l’été, démissionne. Enfin ça, c’était jusqu’à ce que son fiancé la largue, car en fait, Liz est une sacrée égocentrique qui n’a qu’une idée en tête, elle-même et l’argent. Dévastée par tout cet investissement pour rien, Liz est obligée de retourner dans les bars pour espérer trouver un nouveau riche fiancé. Mais surtout, les finances manquantes, elle est aussi obligée de reprendre son poste d’enseignante et autant dire qu’elle n’en a vraiment, mais vraiment pas du tout envie…

Alors on à faire à une Cameron Diaz dans le rôle d’une pouf égocentrique ne pensant qu’au fric et à ses nouveaux seins, arme ultime selon elle, pour trouver un nouveau fiancé. Elle est forcée d’exercer le métier d’enseignante dans un collège et elle s’en passerait bien… Et ses élèves aussi, et puis tout le corps enseignant aussi.

Voilà donc l’idée avec laquelle revient Jake Kasdan et autant dire que le réalisateur américain fait mouche avec cette comédie gentiment et joliment décalée, qui nous réservera ses moments de délire comme ses moments clichés et convenus. Certes, il n’y a rien de révolutionnaire dans « Bad Teacher« , mais Jake Kasdan a le mérite de tenir son délire de bout en bout, livrant de bons gags, devant lesquels on rit volontiers.

Le scénario est cousu de fil blanc et franchement, il ne faut pas avoir fait l’ENA pour savoir où cette histoire va nous emmener, et surtout comment elle va se conclure. Mais derrière ça, « Bad Teacher » fonctionne, car comme je le disais, les gags sont bons, et surtout, le scénario a le mérite de ne pas se répéter de ce côté-là. Jake Kasdan nous a concocté des situations concasses, des rivalités amusantes, et tout un tas de personnages très hauts en couleurs, qu’on s’amuse à suivre. Certes, là encore il y a des clichés, mais le film est bon enfant, et on sent bien que les comédiens s’éclatent avec ces personnages.

Si le casting envoie du lourd en un sens, avec un Justin Timberlake niais au possible, un John Michael Higgins génialement cliché en proviseur de collège amoureux des dauphins, ou encore un Jason Segel sympathique en prof de sport qui ne perd pas de vue sa « cible », ou encore par ici et là, Thomas Lennon ou Phyllis Smith, il faut bien dire que « Bad Teacher » fonctionne grâce à une Cameron Diaz qui s’en donne à cœur joie en composant un personnage nuancé, détestable à souhait et adorable à la fois. En face d’elle, on s’amusera de la réaction de ses élèves face à cette prof je m’en foutiste, ou encore, on s’amusera avec le personnage d’Amy, qui n’a aucun sens. Une Amy tenue par une Lucy Punch complétement délirante, capable de crises d’hystérie qui pourraient prétendre à devenir culte.

« Bad Teacher » n’a donc rien de franchement extraordinaire dans ce qu’il raconte, mais malgré ce côté classique et convenu, le film de Jake Kasdan arrive à se démarquer grâce à son idée de prof dont tout le monde se serait bien passé, et surtout grâce à son actrice qui dans le rôle de cette égocentrique, un brin pouf sur les bords, s’en donne à cœur joie et s’éclate, ce qui ne lui était pas arrivé depuis un bon petit moment. Ainsi donc, on s’amuse et devant quelques scènes, quelques répliques et autres réactions ou rivalités, on peut même dire qu’on rit de bon cœur, ce qui est assez cool, il faut bien le dire.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.