novembre 30, 2021

Stillwater – Matt Damon sur la Canebière

De : Tom McCarthy

Avec Matt Damon, Camille Cottin, Abigail Breslin, Lilou Siauvaud

Année : 2021

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Un foreur de pétrole débarque à Marseille du fin fond de l’Oklahoma, pour soutenir sa fille qu’il connait à peine mais qui purge une peine de prison, accusée d’un crime qu’elle nie avoir commis. Confronté au barrage de la langue, aux différences culturelles et à un système juridique complexe, Bill met un point d’honneur à innocenter sa fille. Au cours de ce cheminement intime, il va se lier d’amitié avec une jeune femme du coin et sa petite fille tout en développant une conscience élargie de son appartenance au monde.

Avis :

Réalisateur américain, Tom McCarthy est un cinéaste qui s’est taillé une jolie place, alors même qu’il fait partie de ces artistes dont finalement on n’entend jamais vraiment parler. Commençant sa carrière comme comédien dans les années 90, il passe à la réalisation en 2003 avec « The Agent Station« . S’ensuivent, alors « Les Winners« , « The Cobber » et bien sûr « Spotlight« , film pour lequel, en 2016, il a reçu le prestigieux Oscar du meilleur film.

Bien des années avant ça, vers la fin des années 2000, Tom McCarthy s’était intéressé à l’affaire Amanda Knox, dans laquelle une jeune américaine s’est faite arrêter pour le meurtre de sa colocataire en Italie. Travaillant sur un scénario, après plusieurs réécritures, McCarthy insatisfait, avait alors mis le projet de côté pour se lancer dans « Spotlight« .

Un Oscar en poche plus tard, Tom McCarthy a décidé de ressortir cette envie de ses tiroirs et de prendre le temps de vraiment pousser le projet plus loin. Voulant que son intrigue se passe sur Marseille, le réalisateur a fait appel à Thomas Bidegain et Noé Debré. De fil en aiguille, « Stillwater » a fait son chemin. Oscillant entre les genres, « Stillwater » est bien différent de ce à quoi l’on pouvait s’attendre, et c’est ce qui va en faire l’une de ses très belles saveurs. Thriller posé et drame émotionnel, Tom McCarthy réalise là un bon film comme on en voit finalement assez peu.

Bill Baker, la cinquantaine, débarque à Marseille pour rendre visite à sa fille, qui est incarcérée pour le meurtre de sa petite amie. Sa fille ne cesse de clamer son innocence, et pourtant, aux yeux de la justice française, elle a été reconnue comme coupable. Après avoir récupéré de nouvelles informations, Bill décide d’enquêter lui-même afin de retrouver un suspect.

« Stillwater« , qui fait l’ouverture du festival de Deauville, est de ces films qui sont de belles surprises dans le sens où ils sont à l’opposé de ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Typiquement dans la veine du cinéma de Tom McCarthy, « Stillwater » est un thriller qui conjugue les genres et c’est ce qui va être plaisant.

Très riche dans ce qu’il raconte, le film de Tom McCarthy est plus qu’un simple film d’enquête. « Stillwater« , c’est à la fois une enquête, celle d’un père qui va tout faire, ou presque, pour faire innocenter sa fille. Puis c’est aussi un film qui s’aventure dans les conséquences de ce drame sur la famille de cette jeune fille, et plus précisément sur ce père dont la vie s’est quasi arrêtée depuis les faits. D’ailleurs, c’est surtout autour de ce père que le film se construit, peignant un bon portrait. Alors qu’on pouvait s’attendre à une descente sombre et percutante dans les bas-fonds de Marseille, Tom McCarthy a décidé de faire l’inverse de ça, livrant un drame émotionnel, qui parcourt une rédemption et une acceptation, même si le désir de justice sera présent tout le temps. Avec ce choix de direction, McCarthy livre un film tendre, qui touche dans son quotidien, qui touche dans la relation que le personnage de Bill entretiendra avec une française et sa fille.

Ce qui est aussi surprenant avec ce film, c’est la volonté de Tom McCarthy de faire un film qui sonne comme ultra réaliste. Le réalisateur aura pris le soin des détails, des cultures, des problèmes inhérents à la ville (racisme et tolérance se conjuguent parfaitement) et surtout, ses dialogues sonnent juste de bout en bout. On sera même surpris par la beauté de certaines conversations. Bref, étonnant, « Stillwater » tient un très bon scénario qui au fil de ses scènes, qui au fil d’idées, et de ses sujets, se fait beau, et même puissant dans sa finalité.

L’autre très belle surprise que tient « Stillwater« , c’est dans sa mise en scène et la vision qu’a Tom McCarthy de cette histoire. Comme je le disais plus haut, le film est bien plus posé qu’on pourrait s’y attendre. Déroulant son intrigue sur deux heures et vingt minutes, le metteur en scène arrive parfaitement à mélanger les cultures, les émotions, et surtout derrière le thriller, derrière le drame, il livre un film humain, qui est juste. On appréciera aussi la vision qu’il offre de Marseille qui, s’il en tire des plans et des séquences superbes, s’il fait de la ville même un personnage à part entière, il évite aussi de tomber dans le piège de la carte postale, ou encore le piège des clichés. Ainsi se conjuguent rythme et émotion, McCarthy nous envoûte totalement et ne cesse de surprendre.

Enfin, « Stillwater » est un film qui réunit un casting des plus intéressants. Un casting international, et dont personnellement, était l’un des éléments qui m’intriguait le plus, car outre Camille Cottin, qui partage l’affiche avec Matt Damon, j’étais très curieux de voir qui on allait pouvoir trouver dans des seconds rôles et j’ai été servi. Anne Le Ny, Naidra Ayadi, Ouassima Zrouki, Moussa MaasKri ou encore Idir Azougli sont de la partie. Mais bon, devant eux, « Stillwater« , c’est un Matt Damon mutique absolument parfait, une Camille Cottin excellente de bout en bout, une Abigail Breslin touchante, peut-être même un peu plus, et une petite révélation tout à fait attendrissante, Lilou Siauvaud.

Cinq ans après « Spotlight« , Tom McCarthy revient en pleine forme et livre avec « Stillwater » un thriller aussi lumineux qu’il est sombre sur plus d’un point. Beau, touchant, juste, riche, intelligent, tendre, fort et puissant, jouissant d’un scénario original et d’une très belle mise en scène qui sait parfaitement où elle va, « Stillwater » ose même se poser comme l’un des meilleurs films de son réalisateur, si ce n’est même son meilleur.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.