juin 21, 2024

Les Amants de Sibérie

Titre Original : Siberia and Him

De : Viatcheslav Kopturevskiy

Avec Ilya Shubochkin, Viatcheslav Kopturevskiy, Anastasia Voskresenskaya, Irina Novokreshennuh

Année : 2019

Pays : Russie

Genre : Romance, Drame

Résumé :

Sasha, jeune fermier, entretient une relation complexe avec Dima, un policier. L’un pour l’autre, ils sont beaux-frères, compagnons de voyage et secrètement amants… Au cours de leur voyage pour rendre visite à la grand-mère de Sasha, des vérités enfouies éclatent au grand jour, remettant en cause le frêle équilibre qu’ils avaient réussi à entretenir jusqu’alors au point de faire basculer leur relation vers un dangereux précipice.

Avis :

Viatcheslav Kopturevskiy est un réalisateur, scénariste, producteur et acteur russe. Débutant dans la première partie des années 2010, Viatcheslav Kopturevskiy se fait remarquer avec ses courts-métrages, notamment son dernier, « Coney Island Queen« . Si Viatcheslav Kopturevskiy se fait remarquer, le jeune réalisateur aura eu du mal à passer au long-métrage, et il lui aura fallu attendre quelques années pour réussir à réunir les fonds nécessaires, et au vu du sujet de son premier film, on peut comprendre pourquoi.

Pour sa première œuvre de cinéma, Viatcheslav Kopturevskiy n’a vraiment pas choisi la facilité, on peut même dire que dans un pays comme la Russie, le jeune homme a fait un choix aussi courageux qu’audacieux. Avec ses « … amants de Sibérie« , Viatcheslav Kopturevskiy a donc choisi de parler d’une histoire d’amour entre hommes. Enfin, une histoire d’amour contrariée, car ces deux personnages vont bien avoir du mal à s’aimer dans une Russie où il n’est pas bien vu d’être homosexuel. Beau et injuste, difficile, inégal, parfois long, « Les amants de Sibérie » demeure toutefois un film nécessaire.

Sasha est fermier et Dima est policier, et les deux hommes se sont aimés en secret. Un secret et une passion qui sont bien trop lourds à porter pour Dima, qui occupe une fonction qui peut opprimer les homosexuels. Ainsi, Dima a décidé de rompre avec Sasha. Les deux hommes vont pourtant se retrouver quand la mère de Sasha lui demande d’aller prendre des nouvelles de sa grand-mère, qui habite un village perdu en plein cœur de la Sibérie. Un village qui demande quelques jours de voyage. Seuls, perdus au milieu de paysages immenses, les deux amants vont se retrouver et leur vie va changer à jamais.

Premier film de Viatcheslav Kopturevskiy, « Les amants de Sibérie » est un film duquel je ressors partagé. Partagé entre un film qui est résolument beau et nécessaire dans ce qu’il raconte, mais aussi un film qui tient des problèmes de rythme et qui a une tendance à traîner en longueur, ce qui fait que l’heure dix-sept minutes qu’il dure peut apparaître comme très longue et ça, c’est vraiment dommage.

Comme je le disais, pour son premier film, le jeune metteur en scène russe n’a pas choisi la facilité, car osant aborder de plein front une histoire d’amour entre hommes, dans un pays qui régresse et où il ne fait pas bon d’être gay. On ne peut que saluer la démarche. D’autant plus que sur le fond, son film est très beau. Certes, cette histoire est d’une terrible injustice, et l’on en ressort indéniablement déprimé, mais elle est nécessaire, triste mais touchante. Viatcheslav Kopturevskiy filme très bien le malaise et la perdition de ces personnages, qui vont se retrouver l’espace de quelques jours lors d’un voyage. Un voyage où les regards en diront bien plus que tous les discours, un voyage érotique, presque fantasmé, sans l’être, et un voyage qui amènera jusqu’au regard superbe d’une grand-mère affectueuse qui fera beaucoup de bien. À travers son voyage, le jeune réalisateur en profite pour peindre le portrait d’une Russie intolérante. Une Russie qui juge, qui oppresse, et qui brise des vies.

Mais une fois qu’on a dit ça, « Les amants de Sibérie« , malgré sa démarche et malgré ce qu’il dénonce, est aussi un film devant lequel on s’ennuie. Certes, il est très bien filmé, certes, ses personnages sont intéressants, certes, Viatcheslav Kopturevskiy profite des magnifiques paysages de la Sibérie, seul endroit loin de tous les regards, où les deux amants peuvent être ensemble. Mais face à tout cela, « Les amants de Sibérie » est truffé de longueurs dans lesquelles il ne se passe rien, et dans lesquelles les personnages ne se disent rien et l’on reste presque dans l’attente que le film redémarre. Et ce schéma va se répéter plusieurs fois, ce qui indéniablement va casser le rythme de ces « … amants de Sibérie« .  

Ainsi donc, ce premier film est assurément nécessaire, et l’on salue le courage, tout comme le talent, de ce jeune metteur en scène. Viatcheslav Kopturevskiy, qui tient aussi l’un des rôles principaux de son film, livre un beau film. Un film tristement injuste, qui aborde la difficulté d’être homosexuel en Russie. Kopturevskiy filme très bien la frustration, le désir, les non-dits, le mal-être et le flou dans lequel se trouvent ses personnages. Malheureusement, si le film tient une « belle dimension », il est souvent planté par un rythme qui peut avoir raison de nous et qui peut transformer une heure en deux, voire plus.

Note : 11/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.