novembre 29, 2021

Le Bossu

De : Philippe de Broca

Avec Daniel Auteuil, Fabrice Luchini, Vincent Perez, Marie Gillain

Année : 1997

Pays : France

Genre : Aventure

Résumé :

« Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! » Telles sont les paroles en forme de serment lancées par Lagardère au comte de Gonzague, qui a ourdi un complot contre son ami, le brillant duc de Nevers, pour capter la fortune de son riche cousin. Il faudra seize ans au chevalier de Lagardère pour venger son ami, faire triompher la morale, sauver l’honneur et trouver l’amour.

Avis :

Philippe de Broca est l’un des réalisateurs français qui nous a offert de l’aventure en quantité. Philippe de Broca, c’est plus de cinquante ans de cinéma et une trentaine de films réalisés, dont certains sont d’immense succès qui se posent aujourd’hui comme des classiques du cinéma français. Ainsi, on pourra citer des films comme « L’Homme de Rio« , « Les Tribulations d’un Chinois en Chine« ,  » Le Magnifique » ou encore « Le Diable par la queue » pour ne citer qu’eux. Si le cinéaste fut très prolifique dans les années 60 et 80, à partir des années 90, il ralentit la cadence et ne réalisera à partir de ces années-là plus que cinq films jusqu’à ce qu’il s’éteigne en 2004 à l’âge de soixante et onze ans.

Dernier très gros succès de Philippe de Broca, sorti en 1997, « Le Bossu » est un petit film d’aventures tout à fait correct. Un petit film amusant, « fait à l’ancienne », qui nous offre un bon spectacle, et au-delà de ça, une intrigue entraînante qui nous tient très facilement, jusqu’à son final. Tenu par un Daniel Auteuil flamboyant, si « Le Bossu » a pris un petit coup de vieux, on ne va pas le nier, il n’en demeurera pas moins un film plaisant à découvrir. Car oui, si pour beaucoup le film est connu depuis toujours, pour ma part, c’est une découverte, et je ne le regrette pas.

Le duc de Nevers apprend qu’il a un fils avec la belle Blanche de Caylus. Fou amoureux, le duc décide de l’épouser sur le champ. Or, le Comte Philippe de Gonzague, son cousin, est son premier successeur pour son héritage et ce mariage, ainsi que ce fils, cassent ses plans. Il décide donc de les faire supprimer. Le duc de Nevers, avant de trépasser, confie son fils à son fidèle Lagardère qu’il a fait chevalier. Lagardère, en plus de s’occuper du nouveau-né, fait aussi la promesse au duc de le venger.

Envie d’un petit film de cape et d’épées ? Alors sans que celui-ci soit extraordinaire, ce « … Bossu » de Philippe de Broca est là pour assurer gentiment le spectacle. Adapté du roman de Paul Féval, classique de chez classique, « Le Bossu » est une bonne découverte. C’est le genre de petit film très bien tenu, le genre de petit film qui a du cool en lui et devant lequel on s’amuse du début à la fin, notamment grâce à ses acteurs qui s’éclatent avec ces personnages.

« Le Bossu« , c’est donc une intrigue bien ficelée. Une intrigue qui résonne certes comme classique, voire même sans grande surprise. Moi qui par exemple ne connaissais pas l’histoire, moi qui n’aie pas lu le roman de Féval, qui n’aie pas vu le film avec Jean Marais, il ne m’a pas fallu longtemps pour comprendre où le film allait aller, et ce qui allait l’habiller en termes de rebondissements. Mais malgré son schéma classique, « Le Bossu » reste un film plaisant, car Philippe de Broca est un bel artisan qui livre un cinéma passionné. Un cinéma entraînant, qui sait parfaitement comment allier comédie, action, rebondissements, personnages, et direction artistique.

En termes de scénario, le film marche en permanence, enchaînant cette histoire de manière logique et cohérente. Puis derrière l’histoire, ce qui fut terrible à suivre, ce sont les dialogues qui habillent l’entièreté du film. Soutenus, magnifiques à l’écoute et balancés avec tellement de bagou par ses acteurs, Auteuil, Luchini et Noiret en tête. Franchement, il est bien difficile de ne pas se laisser emporter dans ce film, quand on fait la conjugaison de tous ces éléments. Surtout que ces derniers sont assurés par une bonne mise en scène. Une mise en scène qui a, c’est vrai, parfois vieilli, notamment avec cette sublime BO de Philippe Sarde, qui a tendance à se faire envahissante, ou encore dans le rythme, avec par exemple certains combats qui sonnent comme un petit trop chorégraphiés, mais sur l’ensemble de l’œuvre, le film de Philippe de Broca est bon. Il est un bon divertissement, il est entraînant, c’est léger, bref, « Le Bossu » est un film amusant qui fait du bien, égayant une soirée, avec un cinéma à « l’ancienne » bien fait.

Tenu par un Daniel Auteuil magistral dans ces rôles (il est même incroyable dans le rôle du Bossu), car il en tient plusieurs, génialement opposé à un Fabrice Luchini merveilleusement diabolique, tenu avec panache par Marie Gillain et Vincent Perez, le tout offert avec une mise en scène précise par un Philippe de Broca qui est décidément un très bel artisan du cinéma et son « … Bossu » en est encore un bel exemple. Bref, je n’ai pas boudé ma découverte.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.