octobre 18, 2021

DeVicious – Phase Three

Avis :

On le sait, dans la musique, il est très difficile de percer, surtout quand on fait dans le métal. De nombreux galèrent de nombreuses années avant de trouver un label et de faire leur petit trou, et certains préfèrent même garder leur indépendance et s’autoproduire. Il faut dire qu’avoir un côté underground permet d’avoir des idées libres et de faire un peu ce que l’on veut. Pour autant, si l’on veut vivre de ce métier, il faut souvent signer des contrats avec des maisons de disques afin de pouvoir faire des albums et des tournées. DeVicious fait partie de ces groupes qui ont rapidement trouvé un label (Metalapolis Records) et qui ont pu sortir un album après deux ans d’existence. Un premier album qui va faire appel à un deuxième, puis un troisième dans la foulée, puisque depuis 2018, le groupe fournit un album par an.

Avec Phase Three, les allemands offrent donc un troisième effort qui fait écho à un Heavy mélodique très classique. Sans jamais prendre de risque ni sortir de leur zone de confort, les teutons s’amusent à faire un son old school, mais qui essaye de puiser dans quelques nouveautés. Si ça restera sans surprise durant tout l’album, la qualité est-elle tout de même au rendez-vous ? On sera très agréablement surpris par le premier morceau Firefly. L’introduction est dense, les riffs sont rapides et très intéressants, ce qui donne envie d’aller de l’avant. Alors certes, quand le chanteur s’y met, c’est une autre paire de manches et on retrouve tous les tics du Heavy typé années 80. C’est mélodique en diable, ça ne va pas chercher bien loin, mais ça fonctionne et on va vite chanter en même temps que le frontman.

Ce qui ne sera pas le cas sur tous les titres. A titre d’exemple, Mysterious va vite nous faire redescendre. Le titre n’est pas mauvais en soi, on a droit de bons riffs et une bonne mélodie, mais ça reste très basique, voire parfois ringard. Le côté mélo prend le pas sur l’énergie globale du morceau et on sent que certaines émotions sont vraiment forcées. C’est dommage, car il y a de bonnes choses. Pouring Rain sera du même acabit, avec quelques ajouts au clavier qui rappellent les années 80. Une décennie dans laquelle semble un peu bloqué le groupe. Et même si un revival est toujours intéressant, ici, ça n’apporte rien de bien neuf. Oui, les solos sont bons, mais encore une fois, ils restent ancrés dans une époque un peu révolue. Walk Through Fire est un titre plus rapide, plus nerveux et plus enjoué.

Malheureusement, le soufflé redescendra assez vite avec Calling my Name qui est un mid-tempo assez pénible et qui ne marque pas. Burning Skies, malgré une belle ligne de basse dans son intro, manque ensuite de mordant pour pleinement nous satisfaire. Quant à Higher, on frôle sans arrêt le mauvais goût. On parlait précédemment des années 80, et ce morceau rentre parfaitement dans cette catégorie. Les riffs sont rapides en substance, mais le chant et le mid-tempo des couplets font que l’on reste sur un morceau qui ennuie plus qu’autre chose et fleure bon les cheveux longs et les vêtements flashy. Après un interlude étrange, on aura droit à You Can’t Stop Me Now et encore une fois, c’est très marqué, et on reste dans un morceau qui ne s’imprime jamais en nous… Heureusement, Our Song vient sauver la mise et renoue avec un rythme plus dense et plus rapide.

Rising From a Thunder s’avère être un moment plutôt amusant. Certes, on reste toujours dans la zone de confort du groupe, mais le titre est plus rapide qu’à l’accoutumée, la mélodie est plaisante et il se dégage une bonne énergie de ce titre. D’ailleurs, on se surprendra à chanter en même temps que le leader, ce qui est plutôt une marque de succès. Néanmoins, le skeud se termine avec Bad Timing, et on flirte avec l’extrême mauvais goût. Le piano au début est dégueulasse et la voix de tête du chanteur est imbuvable. On dirait un vieux mélo tout pourri, ce qui démontre l’aspect purement rétrograde de DeVicious. Et c’est dommage car on sent un fort potentiel pour la formation, qui ne s’en sert jamais vraiment, préférant rester dans un cocon douillet et connu de tous, afin de ne pas se mouiller avec quelques nouveautés.

Au final, Phase Three, le dernier album en date de DeVicious, est un album qui est assez inégal. On y retrouve de bonnes choses et globalement, on prend plaisir à l’écoute. Cependant, on se rend vite compte que le groupe tourne en rond et ne fait que de la redite d’un heavy typique des années 80. Il manque dans cet album de la fraîcheur, de la nouveauté et une hargne qui fait cruellement défaut. C’est dommage, on sent un bon potentiel qui n’est jamais vraiment exploité…

  • Firefly
  • Mysterious
  • Pouring Rain
  • Walk Through Fire
  • Calling my Name
  • Burning Skies
  • Higher
  • Unstoppable Interlude
  • You Can’t Stop Me
  • Our Song
  • Rising From a Thunder
  • Bad Timing

Note : 12/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.