octobre 18, 2021

Lupin Partie 2

D’Après une Idée de : George Kay

Avec Omar Sy, Ludivine Sagnier, Clotilde Hesme, Antoine Gouy

Pays : France, Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 5

Genre : Policier

Résumé :

Il y a 25 ans, la vie du jeune Assane Diop est bouleversée lorsque son père meurt après avoir été accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. Aujourd’hui, Assane va s’inspirer de son héros, Arsène Lupin – Gentleman Cambrioleur, pour le venger…

Avis :

S’il y a bien une chose que l’on ne peut reprocher à Netflix, c’est son ouverture sur le monde et son envie de produire des séries et des films dans tous les pays. Et la France n’est pas en reste, avec quelques séries fantastiques et horrifiques (qui ne brillent pas, certes, mais qui ont le mérite d’exister) et d’autres shows qui s’inspirent de la littérature. Succès surprise de ce début d’année, Lupin s’inspire librement des écrits de Maurice Leblanc pour mettre en avant un personnage fan de l’auteur et qui applique presque à la lettre les larcins de son héros favori. Mélange de comédie, de policier et d’une pointe de drame, Lupin avait su séduire, malgré quelques faiblesses scénaristiques et des ficelles très grosses. Vu le rabattage médiatique, il a bien fallu sortir rapidement une deuxième partie, qui va clôturer cette première histoire (car une partie trois a été annoncée).

DSC08615.ARW

La première partie de Lupin se terminait sur un cliffhanger. Assane, son ex-femme et son fils sont à Etretat pour l’anniversaire de Maurice Leblanc, et Raoul, le fiston, se fait kidnapper par un tueur au service de Pellegrini, le méchant homme d’affaires. La deuxième partie démarre alors pile à ce moment-là, où Assane est reconnu par un policier, qui va rapidement devenir son acolyte. L’histoire va alors se combiner en deux temps, la récupération du fils, puis un énorme piège pour que Pellegrini soit enfermé et assume le meurtre du père d’Assane. Le pitch est donc assez simple et sur des rails bien précis, qui vont être brouillés par une temporalité qui joue avec nous. Mais ce qui pourrait être malin au départ va vite devenir redondant et ne plus susciter aucune surprise. Le problème vient principalement d’une écriture paresseuse, qui va aligner les coups de chance de manière indécente.

D’ailleurs, si on pouvait facilement pardonner à la première partie certaines facilités scénaristiques, avec une chance insolente pour le héros, dans cette deuxième « saison », ça passe un peu moins. Cela est la faute à des coups du sort qui sont vraiment trop nombreux et qui ont tendance à se faire de plus en plus gros. On pense notamment au fait que lorsque Assane ouvre le coffre d’une voiture volée, il trouve bien évidemment une grosse lampe torche. Ou alors, lorsqu’il écrit un message mystérieux sur un site quelconque, il est sûr de tomber sur le policier qui l’aide à s’en sortir. Les ficelles sont vraiment grossières et empêchent de rentrer pleinement dans l’histoire. Et il faut ajouter à cela des faux raccords énormes, comme la voiture abîmée (vitre cassée et rétroviseur intérieur arraché), qui se répare toute seule le plan d’après (et en gros plan face caméra).

En dehors des erreurs de réalisation et des faiblesses d’écriture, on verra aussi que l’effet de surprise n’est plus présent. On sait désormais à quel point Assane est un as du déguisement et on se retrouve avec des passages où la tension ne fonctionne pas. De plus, la temporalité a beau nous jouer des tours, on se retrouvera, encore une fois, avec des tics de narration qui vont revenir plusieurs fois. Ainsi donc, certains personnages sont présentés comme des méchants et sont en fait des types sous couverture, et vice-versa. On reste alors dans l’expectative d’un revirement de situation qui prendrait place dans un passé non révélé et qui fera office de révélation. Si certains fonctionnent, comme avec le personnage de Courbet, d’autres auront plus de mal à passer, avec, par exemple, le sauvetage du fiston dans le coffre de la bagnole.

Mais, malgré tous les mauvais points que l’on peut trouver dans cette saison, qui a été en grande partie réalisée par Hugo Gélin, on ne s’ennuie pas dans cette deuxième partie. Le rythme est toujours relevé et les enchainements se font sans aucun problème. La réalisation est propre, même si on sent quelques difficultés à filmer l’action, notamment lors de fusillades ou de bagarres, qui ont du mal à être impactantes. Néanmoins, le divertissement est présent et le tout est porté par la bonhommie communicative d’Omar Sy. L’acteur est impliqué et il semble prendre un plaisir monstre sur cette saison. Il est toujours aussi attachant et il tient tout le show sur ses solides épaules. On regrettera juste le manque d’évolution de son personnage, qui reste ancré dans sa vengeance et sa fuite de la police.

Enfin, dans cette saison, certains personnages vont prendre plus d’importance. On pense au flic qui va devenir un allié, qui est fort sympathique et va être le déclic pour ses collègues, montrant qu’Assane n’est pas un mauvais bougre, et qu’il ne souhaite qu’une chose, que justice soit faite. Pelligrini est toujours un enculé de première, un homme d’affaire pourri jusqu’à l’os, au point de trahir la fondation de sa fille pour se remplir les poches. Lupin reste une série qui tire à boulets rouges sur les riches entrepreneurs, et même si c’est grossier, ça participe au succès de la série. Les personnages de Claire, Juliette et Benjamin vont prendre aussi de l’ampleur, aussi bien dans le passé que dans le présent et permette d’affiner les relations qu’a Assane avec eux. Ce travail de background est intéressant et permet de mettre plus d’épaisseur dans les relations.

Au final, cette deuxième partie de Lupin est plutôt décevante, en rapport à la première. Si le show est toujours sympathique et que les cinq épisodes s’enchainent très facilement, on ne peut effacer les scories qui viennent entacher notre plaisir. La chance crasse de Lupin pour s’en sortir, les tics de narration qui reviennent sans cesse, le manichéisme global de l’œuvre ou encore les faux raccords flagrants, il est complexe de renier tous ces défauts, qui, on l’espère, s’effaceront pour une hypothétique troisième partie, qui devrait repartir sur de nouvelles bases.

Note : 12/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.