Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; VipersVideoQuicktags has a deprecated constructor in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-content/plugins/vipers-video-quicktags/vipers-video-quicktags.php on line 31

Notice: Constant WP_MEMORY_LIMIT already defined in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-config.php on line 93

Notice: Constant WP_MAX_MEMORY_LIMIT already defined in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-config.php on line 94
Grant Haua - Awa Blues - Lavisqteam.fr
septembre 21, 2021

Grant Haua – Awa Blues

Avis :

Et si l’une des grandes révélations actuelles de la scène blues venait de l’autre côté de la planète ? Alors jeune seconde ligne pour le club de rugby pour le club de Rangataua et de la province de Bay of Plenty, le maori Grant Haua tâte de la gratte dès l’âge de 13 ans. Les maillots et les crampons rangés au vestiaire, il s’est lancé à corps perdu dans l’aventure musicale. En 2010, après avoir participé plusieurs albums, il sort son premier solo, Knucklehead, avant de rencontrer le percussionniste Michael Barker du John Butler Trio, avec qui il va former Swang Thing, duo qui sortira deux albums et tournera en Nouvelle-Zélande et en Australie et qui sera même invité en Louisiane par la Baton Rouge Arts Society. Riche de ces expériences et bénéficiant d’une signature sur le label parisien Dixiefrog qui lui offre une visibilité internationale, Grant Haua sort son deuxième opus, Awa Blues.

Grant Haua, c’est une voix puissante et chaleureuse, un timbre soul à la Tom Jones et parfois à la John Lee Hooker, une énergie communicative, ainsi qu’une technique de gratte virtuose. Awa Blues multiplie les ambiances. On commence avec Got Something alliant swamp blues et groove funky avec une superbe ligne de basse. On embraye avec This Is The Place où la musique traditionnelle maorie rencontre une sensibilité que n’aurait pas renié Ben Harper. Be Yourself part dans un registre plus rock, puis un blues funk jubilatoire avec Tough Love Mumma. Le crooner sait aussi se poser et multiplie les ballades folkisantes avec des textes poignants comme Addiction, Might Have Been ou plus enjouées comme Mumma’s Boy, My Baby, Better Day (où la section rythmique est accompagnée par un piano élégant) ou Keep On Smiling. On a aussi droità du pur son du Sud à l’ancienne avec Devil Is A Woman ainsi qu’un instrumental aussi entrainant qu’efficace (Can’t Let It Go).

Riche et varié au niveau des ambiances, Awa Blues est marqué du sceau d’une certaine simplicité et de la convivialité. On est invités chez Grant Haua et on s’y sent bien, comme à la maison. C’était son objectif, et c’est largement réussi. Kia Ora !

  • Got Something
  • This Is The Place
  • Be Yourself
  • Tough Love Mumma
  • Addiction
  • Devil Is A Woman
  • My Baby
  • Mumma’s Boy
  • Can’t Let It Go
  • Better Day
  • Keep On Smiling
  • Might Have Been

Note : 18,5/20

Par Nikkö

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.