octobre 18, 2021

La Nuée

De : Just Philippot

Avec Suliane Brahim, Sofian Khammes, Marie Narbonne, Raphaël Romand

Année : 2021

Pays : France

Genre : Drame, Horreur

Résumé :

Difficile pour Virginie de concilier sa vie d’agricultrice avec celle de mère célibataire. Pour sauver sa ferme de la faillite, elle se lance à corps perdu dans le business des sauterelles comestibles. Mais peu à peu, ses enfants ne la reconnaissent plus : Virginie semble développer un étrange lien obsessionnel avec ses sauterelles…  

Avis :

Tous les ans, le cinéma voit arriver de nouveaux talents qui se lancent dans l’aventure de leur premier film et cette semaine du 16 Juin 2021 est riche en « nouveaux ». Ainsi donc, on aura le premier film de Suzanne Lindon qui arrive avec « Seize Printemps« , (qui est un joli petit bout de cinéma), on aura Darius Marder qui propose « Sound of Metal« , qui est une véritable petite bombe. Puis il y a la grande Robin Wright, qui après la réalisation de plusieurs épisodes de série, se lance dans son premier long, « Land« . Puis enfin, il faudra aussi compter sur Just Philippot, âgé de trente-neuf ans, qui aura mis près de quinze ans et deux pré-selections aux César pour des courts-métrages, avant de convaincre et livrer son premier film.

Ainsi donc, le très attendu « La nuée« , le film qui est censé réconcilier la presse et les spectateurs, arrive en salle. Mélangeant cinéma de genre, drame familial et social, cinéma qui touche au fantastique, aussi bien qu’au dégueulasse, ce premier film est une petite réussite, qui nous réserve quelques moments intenses et pas mal de chair de poule jouissive. Bien foutu, bien écrit, crédible, « La nuée » nous entraîne dans une descente en enfer vertigineuse et l’on en redemande, tout simplement !

Virginie est mère célibataire de deux enfants. Tirant les deux bouts de la corde pour s’en sortir, elle pense avoir trouvé de quoi s’assurer un avenir en se lançant dans le commerce de sauterelles comestibles. Or, l’affaire qui devait être un excellent investissement se révèle compliqué et coûteux, ses sauterelles ne se reproduisant pas et ne grossissant pas. Enfin, ça, c’est jusqu’à ce qu’arrive un événement qui va changer radicalement la donne, et surtout la vie de cette famille tranquille.

Le cinéma français a très souvent l’image de proposer que des comédies familiales aux très grosses ficelles. Si d’un côté, c’est en partie vraie, d’un autre côté, quand on le regarde de plus près, le cinéma français est aussi loin de cette image et la réouverture des salles est un très bel exemple de toute la diversité dont il fait preuve. Ainsi, en quelques semaines seulement, on aura vu débarquer (ou l’on va voir débarquer) dans nos salles des films aussi éparse que « Le dernier voyage« , « Mandibules« , « Le Discours« , « Méandre« , « Seize Printemps« , « Les 2 Alfred« , ou encore prochainement, « Teddy » des Boukherma ou « The Deep House » le nouveau Maury et Bustillo. À cela, on ajoutera le premier film de Just Philippot, « La nuée« , qui se pose comme un petit bout de cinéma horrifique fascinant tout à fait original.

« La nuée » est un film qui va surprendre sur bien des plans. Ainsi, il sera surprenant dans ce qu’il raconte, dans son histoire et dans la façon qu’il va avoir de raconter son histoire.

« La nuée » est un film qui tient un scénario intelligent, car derrière son idée originale, c’est un film qui tient plusieurs niveaux de lecture. Plusieurs niveaux qui rendent le film intéressant et surtout très riche. Ainsi, selon comment l’on se place face au film de Just Philippot, on pourra y voir et surtout y suivre un film familial avec une inversion des rôles, posant cette « … nuée » comme un film d’émancipation. On pourra y suivre un très bon film sur la dépression, celle d’une mère qui va être prête à tout pour essayer de s’en sortir, quitte à se perdre elle-même. À travers ce côté-là, « La nuée » peut se poser aussi comme un film social, parlant des nouvelles agricultures, de la difficulté des agriculteurs, le tout saupoudré d’une touche d’écologie.

Puis enfin, « La nuée » est aussi un pur film d’horreur qui, conjuguant tous ces pans, livre un film qui ne va faire que se tendre de bout en bout et ainsi nous accrocher à notre fauteuil et surtout nous mettre très mal à l’aise. Un malaise qui se pose comme génialement dérangeant. Dans les deux lectures citées plus haut, « La nuée » peut se vanter d’avoir une belle qualité d’écriture, et des comédiens géniaux, notamment Suliane Brahim qui compose une mère assez touchante, mais aussi parfois terrifiante. Dans le dernier cas, le film de Just Philippot s’envole et devient incroyable, imposant un personnage terrifiant qu’on n’avait pas vu venir. Ce personnage, c’est cette nuée qui se fait de plus en plus menaçante au fur et à mesure, et ce petit miracle est possible grâce à la mise en scène de Philippot qui sonne juste et réaliste, mais surtout ce petit miracle est aussi dû au son, qui fait de cette nuée un véritable personnage omniprésent. C’est assez dingue comment le son de ces sauterelles finit par envahir totalement l’espace, nous poussant presque à l’obsession, au point qu’on cherche, un moment de calme, un moment de silence, sans ce bourdonnement horrible.

Après, au milieu de tous ces bons arguments que le film nous livre, derrière la très belle réussite qu’il est, on notera aussi quelques notes qui auraient pu être plus développées, car notamment sur un point (sans trop en divulguer non plus, on parlera de la relation étrange entre la mère et les sauterelles), nous fait nous poser quelques questions qui n’ont pas de réponses ou alors peut-être qu’un premier film n’offre pas forcément d’emblée la clef de ses mystères.

Fascinant et dérangeant, oppressant, intéressant, bien foutu, d’ailleurs, à plusieurs reprises, on s’amuse à chercher comment il a donné vie à ces sauterelles et certaines de ces scènes. Bref, Just Philippot livre un premier film très réussi, qui démontre encore une fois que notre cinéma français regorge de talents et qu’il faut le défendre.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.