décembre 7, 2022

Freddy 2 La Revanche de Freddy

popcorn

Titre Original: A Nightmare on Elm Street Part 2: Freddy’s Revenge

De : Jack Sholder

Avec Robert Englund, Mark Patton, Kim Myers

Année: 1986

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé:

La famille Walsh emménage dans une maison restée abandonnée depuis quelques temps à Elm Street. Les adolescents de la rue recommencent à faire d’effrayants cauchemars dans lequel Freddy Krueger tue des enfants, des cauchemars qui malheureusement trouvent leurs répercussions dans la réalité.

Ron est l’un de ses adolescents possédés dans ses rêves par Freddy. Sa petite amie est la seule à pouvoir l’aider, et empêcher l’ignoble serial killer d’utiliser les cauchemars de Ron afin de commettre d’autres crimes…

Avis :

S’il y a bien une série qui a marqué le cinéma d’horreur, c’est bien les Freddy. Initié en 1984 par un certain Wes Craven et inventant par la même occasion l’un des plus célèbres tueurs de l’histoire du cinoche, Freddy Krueger a eu des millions de fans et sept suites, dont un remake vraiment pas terrible. Comme on le sait tous, les suites sont toujours des moments où l’on craint le pire, car bien souvent on est déçu par rapport au premier et notre héros, ou méchant préféré se fait malmener. Il faut dire que la Revanche de Freddy fait partie de ces films décevants, presque opportunistes, surfant sur une vague de succès et essayant de faire du bénéfice plutôt que de la qualité. Exit Craven pour cette suite, c’est Jack Sholder, le papa de Hidden et de 12 jours de terreur (rebaptisé panique à New Jersey pour la télévision) qui s’y colle et qui va proposer sa vision des choses avec le plus célèbre boogeyman du cinéma. Alors que vaut vraiment ce deuxième opus ? Avons-nous droit à une suite digne de ce nom ou à une belle dénaturation de Freddy ?

La revanche de Freddy

Ah ! J’étais en train de me palucher et voilà que le gant apparait ! Ma bite, ou est ma bite ?!

Pour expliquer le scénario du deuxième film, il me faut faire un léger rappel de ce qui se passe dans le premier. Nancy est une jeune fille qui fait des cauchemars, rêvant qu’un tueur brûlé aux griffes acérés la harcèle, elle et ses potes de Elm Street. Après avoir décimé dans les rêves de chacun une bonne partie des potes de Nancy, elle bat le terrible monstre en refusant de croire en son existence, faisant donc disparaître Freddy. Seulement, 5 ans plus tard, voilà qu’emménage une nouvelle famille, avec un jeune en proie à des cauchemars, dans l’ancienne baraque de Nancy. Bien évidemment, Freddy va signer son retour et il va harceler notre héros ainsi que son entourage. Proposer une suite comme ceci demeure assez facile. En effet, on prend quasiment les mêmes personnages, puis on fait revenir le monstre dans un système quasiment identique au premier. Seulement, le scénariste ne va pas jusqu’à faire la même chose avec des protagonistes différents, ici, on v plus se reposer sur la folie du héros et sur sa dégradation progressive. Ainsi, on se pose des questions sur la véritable existence de Freddy ou si ce garçon n’est pas en train de devenir cinglé. Cela aurait pu être sympathique, si la réalisation avait été à la hauteur et si le film n’accumulait pas des longueurs insupportables.

Loin d’être mauvais, le film se plombe tout seul alors que l’idée de base semblait être intéressante, notamment avec un traitement différent de Freddy tout en gardant son côté obscène. Jouant plus sur la possession et sur la folie, l’ambiance aurait pu être très intéressante et fortement convenir à Freddy, surtout qu’ici, il n’est pas encore aussi taquin qu’après. Seulement, Sholder va choisir la facilité, et il va copier certains passages du premier sans vergogne. Ainsi, la découverte du gant ou les phases de cauchemar dans l’espèce de chaufferie rappellent indéniablement le premier opus. Mais le plus gros défaut, c’est que niveau ambiance, on est à mille lieux du premier. Les phases de cauchemar ne sont pas vraiment réussies et les moments de frayeur sont plombés par des longueurs insupportables qui ne posent même pas le tableau. Les éléments marquants sont très rares contrairement au premier (à part peut-être le coup de Freddy en serpent) et on attend plus qu’autre chose dans ce film. C’est d’ailleurs bien ennuyeux car les moments au lycée aurait pu être agréable, notamment dans les relations entre notre héros et ses pote plus ou moins voyous, mais tout cela semble bien trop superficiel et les personnages assez peu attachants, et même le personnage central est pénible.

Freddy_2_1

J’en ai dans le crâne !

L’autre problème du film, avec la longueur, ce sont les acteurs. Le seul qui s’en sort formidablement bien, c’est Robert Englund. Complètement investit dans son personnage, il incarne à la perfection notre boogeyman préféré. Sadique, violent, glauque, avec un maquillage fort convaincant, il reste le seul personnage valable du métrage. Par contre pour le reste, c’est assez catastrophique. Prenons en premier lieu notre héros, qui est censé être le personnage le plus attachant, celui pour lequel on va éprouver des sentiments, peu importe s’ils sont sympathiques ou antipathiques. Malheureusement, Mark Patton a bien du mal à convaincre et il surjoue énormément les émotions, que ce soit la peur quand il hurle comme une gonzesse ou encore quand il danse comme un benêt alors qu’il a Freddy au cul. Ce n’est pas mieux pour sa copine, qui, en plus d’être moche, a l’air complètement à côté de ses pompes. Les seconds rôles sont vraiment minimalistes, et on retrouve tout ce qui fait le mauvais charme des films d’horreur, à savoir un gros lourd, pas lourd du tout, des jeunes qui ne pensent qu’à baiser et profiter un maximum. Tout prouve bien le manque d’inspiration de Sholder, se resservant allègrement dans tout ce qui fait un slasher, le l’onirisme de Freddy en moins.

C’est d’ailleurs ces phases de rêve qui font de Freddy ce qu’il est aujourd’hui, et c’est dans ces dernières que l’on va avoir droit à notre lot de passages plus ou moins gores ou drôles. Le métrage commence d’ailleurs assez fort, avec une scène de bus scolaire déviant de sa route et se retrouvant en équilibre en plein centre d’un gouffre. Mais hormis cela et une autre scène sympathique, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous les yeux. Alors parlons rapidement des autres scènes agréables du film, il y a quelques passages un peu sales, comme lorsque Freddy s’ouvre la tête et montre son cerveau ou encore quand il griffe le dos du pauvre Jesse. Il reste aussi la scène où Freddy sort du corps de Jesse, passage qui se veut très gore et très viscéral, mais les effets de l’époque ont bien du mal à convaincre aujourd’hui, car on voit très vite le mannequin en plastique. Par contre, plusieurs scènes demeurent très décevantes, malgré la bonne volonté du réalisateur, mais l’attaque grotesque lors de la fête au bord de la piscine, l’attaque de l’oiseau dans la maison ou encore la fin assez minable, font que le film déçoit plus qu’il ne surprend et c’est vraiment dommage.

la_revanche_de_freddy-9

Alien version Freddy, ça déchire !

Au final, La revanche de Freddy est une suite très décevante si on doit la comparer au premier opus. Différente dans son traitement du tueur à la peau brûlée, l’histoire peine à convaincre et la fin, basée sur la force de l’amour, démonte complètement l’onirisme instauré par Craven avec le premier. Si le film se permet quelques passages assez gores, cela n’enlève en rien l’ennui que l’on ressent durant tout le métrage et le ridicule de certains passages (ah, l’attaque de l’oiseau dans la maison !). Bref, un film ennuyant, une suite indigne qui n’augure rien de bon pour la suite.

Note : 10/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=QEiuU8m-SVw[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « Freddy 2 La Revanche de Freddy »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.