juin 22, 2021

Jackpot

Titre Original : What Happens in Vegas

De : Tom Vaughan

Avec Cameron Diaz, Ashton Kutcher, Lake Bell, Queen Latifah

Année : 2008

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

Joy vient de se faire larguer. Jack vient de se faire virer. Ils ne se connaissent pas mais, après une nuit de folie à Las Vegas, la ville de tous les possibles… ils se réveillent… mariés. Ils sont d’accord pour se séparer à l’amiable… mais tout change quand Jack gagne 3 millions de dollars aux machines à sous avec une pièce prêtée par Joy. Pour garder le jackpot, chacun va alors tenter de se rendre insupportable pour dégouter l’autre et le pousser au divorce.

Avis :

Réalisateur écossais, Tom Vaughan a fait son entrée dans le monde du cinéma avec force et humour, signant une petite comédie inédite chez nous jusqu’en 2018, « Starter for 10« . Le film a très vite trouvé son statut de culte et il est aujourd’hui disponible sur OCS. Pour les intéressés, « Starter for 10 » est une usine à talents en devenir, réunissant James McAvoy, Benedict Cumberbatch, Rebbecca Hall, Dominic Cooper, Mark Gatis encore Catherine Tate.

Fort de ce succès britannique, Tom Vaughan s’est alors envolé pour les États-Unis. Il s’embarque alors dans un projet plus grand, tenant un casting de stars, et surtout débarquant avec un film qui tient une bonne idée d’intrigue. Une idée qui, on l’imagine bien, pourrait très facilement amuser la galerie. « Jackpot« , le second métrage de Tom Vaughan, se pose pourtant comme une déception. Non pas que son film soit vraiment mauvais, mais on ne peut pas non plus dire que « Jackpot » soit un comble de comédie. Facile, n’apportant rien de neuf, malgré des moments et des situations bien trouvés, « Jackpot » est plus ennuyant que délirant et c’est dommage.

Jack vient de se faire virer de son boulot par son propre père. Joy, elle, vient de se faire larguer par son mec devant tous leurs amis le soir de l’anniversaire de ce dernier. Joy et Jack ne se connaissent pas et pourtant, échappant le temps d’un week-end à leur triste vie, ils vont se rencontrer à Las Vegas. Après une nuit de folie plus que bien arrosée, ils se retrouvent mariés pour le meilleur, mais surtout pour le pire. Et tout se complique quand Jack, utilisant une pièce de Joy, gagne dans une machine à sous, remportant trois Millions de Dollars.

Parfois, il est assez surprenant de redécouvrir des films, car un deuxième visionnage des années plus tard peut amener un nouveau regard sur une œuvre. J’avais vu ce « Jackpot » en salle, et si je n’en avais pas vraiment de souvenir, il me restait toutefois le souvenir de m’être bien amusé. Ce soir-là, je pensais alors m’amuser de nouveau, devant une petite comédie US, qui sonnerait comme la petite rom-com « parfaite » et qu’elle ne fut pas ma surprise quand je me suis retrouvé devant une comédie convenue, prévisible au possible, et finalement pas si drôle que cela. Une comédie qui se laisse certes regarder, enchaînant avec un bon rythme les situations grotesques et absurdes, comme on était venu les chercher, et pourtant, force est de constater que le film de Tom Vaughan peine à décrocher de vrais sourires. Ce sentiment est plutôt agaçant car « Jackpot » remplit le cahier des charges qu’on était venu chercher. L’idée en elle-même est bonne, et elle est source à délires, mais cette bonne idée est le seul élément orignal du film de Tom Vaughan. Pour le reste, c’est assez fou de voir comment le film enchaîne les facilités. Si l’on s’arrête donc du côté de son intrigue, « Jackpot » est archi prévisible. C’est même assez hallucinant de voir à quel point le film a de gros sabots et n’a rien d’original à raconter. Certes, ça se laisse regarder, et parfois, il y a quelques petits moments qui nous feront sourire, mais sur l’ensemble, « Jackpot » est loin du délire tordant qu’il nous vendait.

« Jackpot » est une comédie qui veut fonctionner en étant persuadée qu’en plus de son idée originale, le travail serait assuré par ses deux stars en tête d’affiche. Mais si Cameron Diaz fait le job, et elle se limite qu’à faire le job, on l’a connue bien plus assurée et déjantée dans d’autres films, et son partenaire, Ashton Kutcher, a l’air éteint, au point d’en être presque mauvais. Comme je le disais, le film tient quelques moments qui prêtent à sourire, mais pour beaucoup de situations, on a un peu de mal à se laisser prendre par ce couple, dont l’histoire est tellement écrite à l’avance, qu’elle en devient ennuyante. Comme dans toute comédie américaine qui se respecte, cette dernière, derrière ses personnages principaux, doit offrir des personnages secondaires délurés, et quelques guests qui se perdent. Du coup, des personnages secondaires, on sera assez surpris de voir que « le couple » joué par Rob Corddry et Lake Bell est plus fun et piquant que le duo Diaz/Kutcher. Puis en toile de fond, pour offrir des têtes connues, on trouvera Jason Sudeikis et Queen Latifah d’un côté et Treat Williams et Dennis Farina pour les vétérans.

On ajoutera à cette longue liste de facilités, une mise en scène archi classique, qui tient un bon rythme, et enchaîne plutôt bien les gags dans sa première partie. Là encore, on restera sur notre faim, car il y a peu d’originalité, et l’ensemble n’arrive pas à être marquant, ou se dégager de la masse de comédies US des années 2000 qui se ressemblaient toutes. Au menu alors, chamailleries, BO pop avec tubes de l’époque, et un glissement de terrain partant de la comédie qui se veut délirante vers la comédie romantique qu’on a déjà bien trop vue.

Pour son deuxième film, Tom Vaughan livre là un film clef en main. Une comédie standard qui, si elle arrive à divertir grâce à quelques gags, des personnages secondaires sympathiques et une actrice principale qui fait le job, n’arrivera jamais à être la comédie hilarante et piquante qu’elle voulait être. Convenu, classique, prévisible, sans surprise, on peut enchaîner encore longtemps des adjectifs comme ceux-là. « Jackpot » est donc une déception. Une déception qui se laissera regarder malgré tout, et qui s’oubliera tout aussi vite et c’est peut-être pour cela que je n’en avais finalement pas de souvenir.

Note : 08/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.