juin 22, 2021

An American Pickle

De : Brandon Trost

Avec Seth Rogen, Sarah Snook, Molly Evensen, Eliot Glazer

Année : 2020

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

1920, Herschel Greenbaum est un ouvrier qui immigre en Amérique souhaitant connaître le rêve américain. Un jour, alors qu’il travaille, il tombe dans une cuve de cornichons. Il est conservé pendant 100 ans. Il revient à lui, aujourd’hui à Brooklyn, il constate qu’il n’a pas vieilli. Quand il se lance à la recherche de sa famille, il apprend qu’il ne lui reste que son arrière-petit-fils, Ben Greenbaum, un geek aux manières douces, son opposé.

Avis :

Brandon Trost est un réalisateur américain dont « An American Pickle » est le premier film. Bien que ce film soit son premier métrage, l’homme est déjà très connu dans le paysage du cinéma américain. Venant d’une famille de cinéma, entre des parents qui travaillent dans les effets spéciaux et un oncle acteur, Brandon Trost commence en tant que technicien, puis devient chef op. On a pu voir son nom sur des films comme « Halloween II » de Rob Zombie, « Ghost Rider II« , « Manuel de survie à l’apocalypse zombie« , « Nos pires voisins 2« , ou encore « C’est la fin » film d’Evan Goldberg et Seth Rogen et d’ailleurs, quand on mentionne ce dernier, Brandon Trost et lui sont potes et ils ont collaboré sur plusieurs projets (« The Night Before« , « The Disaster Artist« , « L’Interview qui tue !« ).

C’est aussi Seth Rogen qu’il a choisi pour être l’interprète de son premier film. Arrivant avec une idée pour le moins étrange et curieuse, Brandon Trost nous entraîne dans une petite comédie qui s’amuse avec un concept amusant. Un homme, par accident, passe cent ans enfermé dans une cuve à cornichons et se réveille de nos jours. Inégal, mais rafraîchissant, « An American Pickle » peut même se vanter d’être une petite comédie piquante qui s’amuse à pointer du doigt notre époque, les réseaux sociaux, et son côté aseptisé. Quelque part entre le conte fou, la comédie et le drame, ce premier film de Brandon Trost n’est peut-être pas un essentiel, mais il mérite à coup sûr qu’on s’y arrête l’espace d’une soirée.

Brooklyn, 1920, après avoir fui les cosaques avec sa femme, Herschel Greenbaum est parti vivre le rêve américain. Travaillant comme écraseur de rats dans une usine à cornichons, de purs pickles américains, le rêve américain d’Herschel va se mettre étrangement en pause quand ce dernier tombe accidentellement dans une des cuves à fermentation de l’usine, qui par malchance ferme définitivement le même jour. Herschel va rester conservé pendant cent ans et être découvert par hasard en 2020. Les scientifiques expliqueront alors que tout est normal, que c’est logique, et ils vont même retrouver le petit-fils d’Herschel, Ben Greenbaum, un jeune homme seul, concepteur d’applications.

Certes, « An American Pickle » est un film imparfait, il tient quelques moments qui tombent à plat, il est peut-être un peu long, tenant un petit ventre mou, et certaines des ficelles de son scénario sont quelque peu faciles et prévisibles, mais une fois qu’on a dépassé tout ceci, sur l’ensemble, on a passé un petit moment sympathique et divertissant dans ce petit délire à la fois original, piquant et tendre.

Brandon Trost, pour ce film, avait une idée, et si un mec se réveillait au bout de cent ans et découvrait cette nouvelle époque. C’est vrai que cette idée est à la fois originale et déjà connue, on pense à des films comme « Retour vers le futur II« , ou encore « Forever Young« , mais pourtant, le film de Brandon Trost se détache et arrive à trouver son propre univers, sa propre vision et son propre délire, et on se laisse gentiment emporter.

Le scénario est facile parfois, et il faut bien dire que le final et son lot de bons sentiments était prévisible. Mais ce scénario tient aussi de très bonnes idées et une belle démarche de cinéma. Brandon Trost commence son film comme un conte décalé, jouant entre la comédie délirante et le conte romantique et familial. Si le scénario a ses facilités, il a aussi ses côtés intéressants et piquants et la meilleure des idées, c’est d’imaginer un personnage sans filtre, qui arriverait dans notre époque, sans connaître et comprendre les codes de ladite époque. Brandon Trost filme donc l’American dream avec ce personnage qui va réussir, et être finalement mangé tout aussi vite. Le scénario s’amuse à critiquer beaucoup de pans de notre société ultra connectée, qui ne prend pas le temps de vivre. Critique des réseaux sociaux, critique de la télévision, critique des religions, critique de l’Amérique et son accueil, caricature d’un monde « boboïsé », et le tout avec une réflexion sur la famille, le passé, les anciens, et les racines de chacun. Bref, derrière la facilité de son scénario, et le délire de son intrigue de « voyage temporel accidentel », « An American Pickle » se pose comme un film qui a du fond, un film qui nous amuse, et surtout, un film qui est intéressant, et même joli dans ce qu’il raconte finalement.

C’est Seth Rogen qui tient la tête d’affiche de ce premier film et l’acteur est assez étonnant dans la peau de ces deux personnages, car c’est l’acteur qui incarne Herschel, l’homme des années 20, mais aussi son petit-fils. Rogen est plus dans la retenue que d’ordinaire et il compose deux personnages aussi tordants dans leurs déconnexions, qu’attachants et touchants. Puis c’est très drôle de le voir se donner la réplique à lui-même. Surtout que leur rencontre va partir assez loin.

Ce premier film pour Brandon Trost est donc une première œuvre sympathique. Une œuvre qui a ses défauts, comme je le disais, l’ensemble est facile et prévisible, c’est parfois longuet et le film tient ses lourdeurs, mais sur l’ensemble, « An American Pickle » se pose comme un film amusant, qui critique bien notre époque et au-delà de ça, c’est un film qui s’amuse bien avec son idée et son concept. Puis ce premier film et la qualité, comme le petit délire de ce dernier, donne très envie de découvrir un prochain film de Brandon Trost.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.