janvier 21, 2022

Truman

De : Cesc Gay

Avec Ricardo Darin, Javier Camara, Dolores Fonzi, Eduard Fernandez

Année : 2016

Pays : Espagne

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Julian, madrilène, reçoit la visite inattendue de son ami Tomas qui vit au Canada. Ils sont loin de se douter qu’ils vont passer avec Truman, le chien fidèle de Julian, des moments émouvants et surprenants…

Avis :

Cesc Gay est un réalisateur espagnol qui n’est pas vraiment connu dans nos contrées. Bon, il faut dire que le cinéaste tourne assez peu, même s’il est régulé et sur les huit films qu’il a réalisés en 21 ans, seul trois sont arrivés jusque dans nos salles de cinéma et encore deux de ces films sont les dernières œuvres que Cesc Gay a faites. Ce constat est bien dommage, car pour avoir vu ces trois films maintenant, nous avons a faire ici à un bon réalisateur, qui est doté d’une jolie sensibilité et il serait intéressant qu’un distributeur s’intéresse à sa filmographie et propose en DVD ou VOD les précédentes œuvres de l’auteur.

Lauréat de pas moins de cinq Goya, dont les plus prestigieux, meilleur film, réalisateur, acteur et acteur dans un second rôle, « Truman » est un très joli drame que nous offre Cesc Gay. Un drame qu’on a pourtant déjà vu, un drame qui aurait pu alors être, non pas inintéressant, mais peut-être trop facile ou trop lourd. Un drame qui aurait pu tomber dans une forme de pathos tant il aurait été facile de faire pleurer le spectateur en en faisant trop. Ici, il n’en sera rien et mieux que ça, avec « Truman« , Cesc Gay livre-là un beau film qui dresse le portrait d’une superbe amitié. le film passe alors si vite qu’on n’en redemanderait presque.

Julian, la cinquantaine passée, est atteint d’un cancer. Cela fait plus d’un an maintenant qu’il se bat contre la maladie et il le sait, il ne gagnera pas. D’ailleurs, il a pris sa décision, il arrête la chimio et il décide de vivre loin de l’hôpital le temps qu’il lui reste. Son meilleur ami, Tomas, habite au Canada et il décide de venir à Madrid quelques jours afin de faire une visite surprise à son ami. Le temps de quelques jours, les deux hommes vont aborder la vie, leur amitié et la mort inévitable de Julian.

Entre émotions et drôleries, le dernier film en date de Cesc Gay est donc une petite merveille qui fait du bien. Partant comme je le disais sur une intrigue déjà vue et revue, le réalisateur espagnol arrive pourtant à faire de ce film une pépite qui certes, si elle sera facile et prévisible dans certaines de ses décisions, n’en sera pas moins attachante et pleine de jolies émotions.

Avec ce film, Cesc Gay aborde la mort inévitable d’un personnage, pour dresser le portrait d’une amitié dans un premier temps et dans un second, il aborde la mort, pour parler finalement de la vie. Ce qui est très beau avec ce film, c’est la façon directe et sans tabou qu’a le film de parler de la mort. « Truman » pose des réflexions subtiles, et parle avec une certaine tendresse de ce funeste avenir qui atteint le personnage principal. Ici, la mort fait partie de la vie, et à travers ces personnages, le réalisateur nous dit que ce n’est pas grave, il nous dit qu’il faut profiter du temps qu’il nous reste. Cesc Gay le fait avec bienveillance et surtout, alors même que le sujet dans un sens est grave et tragique, le réalisateur injecte beaucoup de drôlerie dans son film, tout comme on y trouvera aussi beaucoup de bien-être. « Truman« , c’est un film très humain. Humain dans sa manière d’aborder ses sujets, dans la simplicité qu’ont ces personnages qui finalement ressemblent à tout le monde. Il ne faut pas s’attendre à de grands effets, à de grandes annonces, non, ici tout est fait pour que ce soit le plus naturel et le plus simple possible et c’est de cette justesse, cette sensibilité, que naît toutes les émotions qui nous parcourent pendant la projection. On est touché par les situations, par les conversations, et au-delà de ça, par ces deux hommes reliés par une solide amitié. Une amitié sans jugement, une amitié qui parfois peut faire mal, mais qui en tout instant se soutient, pour le meilleur comme pour le pire, c’est ça qui est le plus beau dans ce film.

C’est même d’ailleurs ce scénario, ces personnages et ces deux acteurs formidables qui tiennent le film et le rendent si beau, car du côté de la mise en scène, même si le film est très beau, il n’y a pas grand-chose qui ressort vraiment. En fait, cette mise en scène s’accorde avec ses personnages, c’est-à-dire qu’elle très simple, il n’y a pas de grands effets là non plus, Cesc Gay se contente d’observer ses personnages, il laisse faire ses situations, ses personnages et c’est de là que jaillissent toutes les émotions que véhicule le film. Cesc Gay a donc parfaitement compris comment il fallait raconter cette histoire, en évitant tous ces pièges et pour sa simplicité, et mieux encore, pour son authenticité, « Truman » mérite bel et bien tous ses prix.

Très lumineux, alors même que son intrigue est sombre et funeste, parfaitement interprétée par Ricardo Darín et Javier Cámara, « Truman » est une petite pépite passée totalement inaperçue au moment de sa sortie. On sourit, on rit parfois, on est ému et finalement après être passé par tout un tas d’émotions, on ressort apaisé avec l’envie d’y retourner d’ici quelques temps. Bref, « Truman« , dans les films que j’ai pu voir de Cesc Gay, est assurément son plus beau.

Note : 15/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.