mai 11, 2021

Les Recettes du Bonheur

Titre Original : The Hundred-foot Journey

De : Lasse Hallström

Avec Helen Mirren, Om Puri, Manish Dayal, Charlotte Le Bon

Année : 2014

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Hassan Kadam a un don inné pour la cuisine : il possède ce que l’on pourrait appeler « le goût absolu »… Après avoir quitté leur Inde natale, Hassan et sa famille, sous la conduite du père, s’installent dans le sud de la France, dans le paisible petit village de Saint-Antonin-Noble-Val. C’est l’endroit idéal pour vivre, et ils projettent bientôt d’y ouvrir un restaurant indien, la Maison Mumbai. Mais lorsque Madame Mallory, propriétaire hautaine et chef du célèbre restaurant étoilé au Michelin Le Saule Pleureur, entend parler du projet de la famille Kadam, c’est le début d’une guerre sans pitié. La cuisine indienne affronte la haute gastronomie française. Jusqu’à ce que la passion d’Hassan pour la grande cuisine française – et pour la charmante sous-chef Marguerite – se combine à son don pour orchestrer un festival de saveurs associant magnifiquement les deux cultures culinaires. Le charmant village baigne désormais dans des parfums débordants de vie que même l’inflexible Madame Mallory ne peut ignorer. Cette femme qui était autrefois la rivale d’Hassan finira par reconnaître son talent et le prendre sous son aile…

Avis :

Metteur en suédois, Lasse Hallström fait partie des réalisateurs que je préfère, car il offre un cinéma qui est parcouru d’humanité. Un cinéma qui se loge quelque part entre le réel et quelque chose de fantasmé, tant ses histoires, qui prennent toujours un fond dramatique, sont très jolies et bien mises en scène. La vie, même si elle est pleine de difficultés, reste belle et élégante chez Lasse Hallström et il y a toujours de l’émotion. Toujours de quoi rire et pleurer, toujours de quoi espérer, même si les désillusions peuvent aussi être là. Bref, le cinéma de Lasse Hallström est bon, beau et c’est toujours un plaisir de se plonger dans l’un de ses films.

Lasse Hallström est aussi le plus américain des suédois, puisque le cinéaste s’est laissé tenter par l’aventure américaine, et après plus de vingt ans sans remettre un pied de caméra en Suède, Lasse Hallström est revenu en 2013 pour « L’Hypnotiseur« , un petit thriller qui fait figure d’ovni dans la filmographie de son réalisateur. Un an après cet échec, Lasse Hallström n’a pas perdu de temps et le voici de retour avec un film qui lui ressemble, ou du moins qui ressemble à ce que l’on aime trouver dans la filmo de son réalisateur. Petite douceur agréable, « Les recettes du bonheur » est de ces films délicieux, qui font toujours plaisir quand on s’y arrête et ça, même s’il faut aussi dire que le tout demeure assez facile. Mélangeant les couleurs, les épices, les cœurs et les racines, « les recettes du bonheur » peut même se vanter d’être un petit coup de cœur.

Hassan Kadam est né en Inde. Son père et sa mère y tenaient un restaurant et c’est auprès de cette dernière que le tout jeune Hassan s’est formé aux saveurs et à la cuisine. Malheureusement, sa formation fut arrêtée nette un soir, lorsqu’après des élections, des émeutiers ont fait irruption dans le restaurant familial et y ont mis le feu, tuant sa mère. La famille ne pouvant rester en Inde, elle atterrit tout d’abord en Angleterre, avant de partir sur les routes d’Europe et finalement de s’installer dans un petit village français, Saint-Antonin-Noble-Val, pour y ouvrir un restaurant, Maison Mumbai, face au reste étoilé de Madame Mallory, une anglaise froide et compétitive…

Aller hop, tout le monde à table ! Après s’être plongé dans un film noir et torturé, Lasse Hallström revenait sur les écrans avec un film léger comme on les aime. Bon, autant le dire tout de suite, dans ses grandes lignes, on ne peut pas dire que l’intrigue soit la plus subtile qui soit. L’histoire de ce jeune prodige de la cuisine est un peu grosse, et d’emblée, avec toute la prévisibilité du monde, on voit l’intrigue et ses rebondissements venir. Pourtant, malgré cela, et c’est là la force de Lasse Hallström, « Les recettes du bonheur » est un film devant lequel on passe un chouette moment.

Pour ce film, Lasse Hallström nous régale dans tous les sens du terme. « Les recettes du bonheur« , c’est à la fois une comédie dramatique avec un joli fond sur les racines de chacun et un joli film qui tient une petite romance, simple et gentillette. Avec ce film, Lasse Hallström aborde tout un tas de sujets qui sont intéressants et qui donnent un joli relief à son film. Le metteur en scène parle de tolérance, de culture différente, d’intégration tout en essayant de conjuguer cette intégration avec ses racines, et ici, notamment dans sa cuisine. Le film parle d’espoir, du passé, de la force de celui-ci et de l’avoir. Évidemment, le film dit de ne jamais lâcher ses rêves et ses passions, et même si c’est très simple et convenu, c’est bien fait, bien dit et ça fait du bien.

« Les recettes du bonheur » pousse aussi à la curiosité, s’amusant des originalités culinaires des deux cuisines. Le réalisateur s’amuse aussi à caricaturer les deux cuisines, avec une cuisine française, classe, exigeante, et quelque peu radine, face à une cuisine indienne colorée, épicée, généreuse et pleine de saveurs. D’ailleurs, là encore, c’est facile, mais il ne vaut mieux pas avoir le ventre vide avant cette séance, car « Les recettes du bonheur« , que ce soit dans ses restaurants, ou encore dans les allées de ses marchés fantasmés, tant elles sont belles, donne envie de tout goûter.

Comme je le disais, « Les recette du bonheur » tient de grosses ficelles, et pourtant, il est un film agréable. Un film qui à un moment donné a peut-être un petit quart de trop en milieu d’intrigue, mais sur son ensemble, il démontre encore une fois que Lasse Hallström est un bon réalisateur. Hallström navigue entre les genres avec assurance, passant de la comédie au drame, offrant à son film des allures de voyage et de dépaysement, aussi bien sur les routes que dans les cuisines. Le côté romantique est joliment tenu, et jamais ça ne donne l’impression d’être de trop, ou cliché, alors même qu’il faut bien le dire, c’est assez cliché et c’est ça qui est appréciable dans le cinéma de Lasse Hallström. Le réalisateur arrive toujours à éviter les clichés, en faisant pourtant des clichés. On appréciera aussi le côté humain et chaleureux de son film, qui sait bien jouer avec les émotions. À noter une jolie BO de A.R Rahman qui mélange très bien le classique et les couleurs musicales indiennes. À noter aussi que si la mise en scène est belle, elle tient aussi parfois des FX qui laisse à désirer. Des FX voyants, qui ont tendance à nous sortir du film l’espace de quelques secondes.

Lasse Hallström a toujours soigné ses castings et celui-ci est particulièrement surprenant. Venant de tout horizon, « Les recette du bonheur« , ce n’est pas Helen Mirren en tête d’affiche comme l’indique l’affiche du film. Non, si l’actrice britannique est excellente et qu’elle tient un bon rôle qui l’oblige à parler aussi bien anglais que français, le film repose avant tout sur Manish Dayal qui, comme toujours, est excellent. On avait repéré l’acteur dans « Le dernier Vice-roi des Indes » et il livre encore une fois une prestation pleine de naturel. Face à lui, on notera Charlotte Le Bon, l’incroyable et pas assez mis en avant Om Puri, et dans de plus petits rôles, Michel Blanc, Amit Shah et Clément Sibony. À noter aussi un petit rôle pour Vincent Elbaz.

Ces « … recettes du bonheur » nous font passer un très sympathique moment. Lasse Hallström offre un film léger et plein de saveurs. Un film qui a du fond, qui sait se faire intéressant, aussi bien dans ses intrigues que dans sa façon de filmer de manière presque fantasmée cette histoire, ces cuisines, et ces différents pays. Après, il est vrai que l’intrigue en elle-même est facile et prévisible, mais son metteur en scène arrive à déplacer ces facilités pour nous entraîner dans un bon film qu’on se referait même avec plaisir.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.