février 7, 2023

Music

De : Sia

Avec Kate Hudson, Leslie Odom Jr., Maddie Ziegler, Mary Kay Place

Année : 2021

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame, Musical

Résumé :

Zu sort tout juste de désintox lorsqu’elle apprend qu’elle devra être la nouvelle tutrice de Music, sa jeune demi-sœur autiste… Alors que Music vit le plus souvent dans son monde imaginaire et musical, Zu essaye de faire face à ses nouvelles responsabilités. Elle pourra alors compter sur Ebo, son voisin bienveillant qui lui apprendra que les obstacles de la vie peuvent être surmontés avec l’aide d’un ami …

Avis :

Artiste complète, Sia aura mis beaucoup de temps avant de s’envoler. Australienne, elle débute dans les années 90 au sein du groupe Crisp. Après s’être basée à Londres, elle commence une carrière en solo, et enchaîne les albums. Il lui faudra pas moins de six albums, vingt ans de carrière et une pelletée de collaborations pour que le succès se fasse connaître. Ainsi, en 2014, avec notamment « Chandelier« , Sia explose. Continuant sur sa lancée, la chanteuse va enchaîner les albums et les tournées.

En parallèle de sa carrière de chanteuse, Sia a toujours été attirée par le cinéma. On a pu entendre ses titres dans des films ou des séries bien avant qu’elle soit connue, le plus bel exemple étant le final incroyable de la série « Six Feet Under« , qui n’aurait peut-être pas la même saveur si la musique de Sia n’était pas sur ces images. Bref, hormis ça, Sia a composé des titres inédits pour des BO (« Gatsby« , « Hunger Games« , « Sex and the city » ou encore « Zootopie« ).

2021 voit arriver un nouveau tournant dans la carrière de Sia, puisque la chanteuse s’essaie à la réalisation. Elle aurait pu passer à la réalisation avec des clips par exemple, mais Sia a vu plus grand, et passe directement par la case long-métrage, avec un projet qu’elle monte depuis une quinzaine d’années. Choisissant l’autisme comme sujet, avec « Music« , Sia livre une première œuvre pleine de maladresses, mais qui restera atypique, originale, intéressante et au-delà de ça, une œuvre qui arrive plutôt bien à conjuguer le sérieux de son sujet et l’univers de sa « jeune » réalisatrice.

Zu, la trentaine, sort d’une cure de désintoxication. N’arrivant pas à s’occuper d’elle-même, Zu va devoir s’occuper de sa jeune demi-sœur, Music, suite au décès de leur grand-mère. Music est une jeune fille autiste qui a besoin de beaucoup d’attention et Zu va devoir s’adapter à elle, et surtout en l’espace de quelque temps, face à ses responsabilités, Zu va devoir grandir et pour la première fois, essayer d’être une adulte responsable.

Il aura donc fallu quinze ans pour arriver à mener à bien ce projet. Alors qu’il aurait été facile de livrer une petite comédie romantique, Sia a choisi de faire plus complexe. Ainsi, pour son premier film, la chanteuse, aujourd’hui réalisatrice, a décidé de s’arrêter sur l’autisme et au-delà de ce sujet, elle va surtout nous raconter l’histoire d’une sœur qui a fui toute responsabilité et qui aujourd’hui doit grandir d’un coup.

« Music« , c’est un scénario assez simple, et en même temps, très complexe et profond. Si on le survole comme ça, « Music » est pour le moins lambda et convenu. Évidemment, on sait très bien ce qui va se passer et comment ça va se passer. Le final d’ailleurs est assez évident. Dans ses grandes lignes, « Music » n’a pas vraiment de surprise et de neuf à offrir, mais ce n’est pas non plus pour cela qu’il ne sera pas un bon film et un film intéressant.

Ce qui est très particulier et intéressant avec « Music« , c’est la façon dont Sia arrive à conjuguer cette histoire, l’autisme et son univers. Drame imaginaire tenant des teintes de comédie musicale, « Music » est un film qui marque par son ambition, sa petite folie douce, et cette façon de peindre ce monde imaginaire que s’invente la jeune héroïne. Certes, parfois, l’ensemble ressemble quelque peu à un grand clip parcouru de titres de Sia. La chanteuse, dans la construction de cette histoire et de ce monde imaginaire, a écrit, interprété et fait interpréter une quinzaine de nouveaux titres qui s’inscrivent très bien dans sa discographie. Coloré, amusant, et en même temps touchant, Sia arrive à bien jouer avec les deux « extrêmes » de son film, entre monde imaginaire, esthétiquement étrange et délirant, et réalité difficile vu à travers le regard de cette grande sœur qui d’un coup doit grandir.

C’est même là que le film est le plus intéressant, car il y a une jolie profondeur dans l’évolution de son personnage. Personnage impeccablement incarné par Kate Hudson, qui tient là un personnage plus complexe qu’il en a l’air. Cette sœur qui par la force des choses doit se reconstruire et se faire confiance tient un joli parcours. Un parcours certes facile dans un sens, puisque pas surprenant, mais néanmoins, c’est touchant et l’on se laisse très facilement emporter. Face à Kate Hudson, Sia a choisi sa jeune collaboratrice depuis « Chandelier« , la danseuse et actrice Maddie Ziegler, et même s’il est clair que pour incarner cette jeune autiste, la jeune actrice n’est pas toujours très juste, en faisant parfois un peu trop, il y a quelque chose de très tendre et de très touchant qui se dégage d’elle et de son personnage. Puis enfin, pour conclure ce joli casting, il y a Leslie Odom Jr. qu’on avait repéré, il y a quelques semaines, dans le film de Regina King, dans la peau de Sam Cooke, et là encore, l’acteur est excellent, marquant l’écran, et faisant de ce petit rôle somme toute lambda, un joli rôle et un personnage tendre qu’on a envie de suivre.

Pour son premier film, Sia livre là une œuvre qui déborde d’imagination et d’ambition. Sincère dans sa démarche, plus profond qu’il n’en a l’air, intéressant et touchant, « Music » n’est peut-être pas le meilleur film que le cinéma ait pu livrer sur l’autisme, on a déjà vu mieux chez Lasse Hallström, Gus Van Sant, Jessie Nelson ou encore et bien sûr Barry Levinson, mais à coup sûr il est l’un de ceux qui est le plus original. Et au-delà de ça, à travers le portrait de cette sœur incarnée par Kate Hudson, « Music » livre une réflexion intéressante. Entre défauts et qualités donc, ce premier film pour Sia est certes maladroit, mais il est touchant, et l’on passe un petit, mais joli moment devant.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.