novembre 30, 2022

Tais-Toi!

De : Francis Veber

Avec Gérard Depardieu, Jean Reno, André Dussollier, Richard Berry

Année : 2003

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Ruby n’a qu’une idée en tête : se venger de l’homme qui a assassiné la femme qu’il aimait.
Quentin n’a en tête que très peu de neurones. Juste assez pour être d’une grande gentillesse et d’une bêtise à entrer dans le Livre des Records.
Les chemins des deux hommes vont se croiser, celui du dur qui n’est que désir de meurtre et celui du simple qui tutoie les anges.
La gentillesse catastrophique de Quentin parviendra-t-elle à désamorcer la violence meurtrière de Ruby, c’est le sujet de Tais-toi !.

Avis :

Auteur, dialoguiste et réalisateur culte, Francis Veber est l’un des derniers géants de la comédie française populaire. Francis Veber, c’est des comédies toutes plus cultes les unes que les autres, « La chèvre« , « Le jouet« , « Les compères« , « Les fugitifs » ou encore « Le dîner de cons« , franchement le metteur en scène français peut aisément se vanter d’avoir un très beau palmarès. Après avoir cédé aux sirènes d’Hollywood à la fin des années 80 et au début des 90, le réalisateur fait un retour en France mitigé avec « Le jaguar« . Et finalement, il retrouvera le succès avec « Le dîner de cons » qui deviendra son plus gros succès avec plus de neuf millions d’entrées au cinéma. Difficile de passer après un film comme celui-là et pourtant, il réitère deux ans plus tard avec « Le placard » et ses cinq millions d’entrées.

Rien n’arrêtant Francis Veber, le voici alors en 2003 qui débarque avec « Tais-toi ! » et encore une fois, c’est une très belle réussite. Comédie tordante emportée par un duo comique terrible, Jean Reno et Gérard Depardieu, ce nouveau cru signé Veber peut même se vanter d’entrer dans le club de ses films les plus drôles, car si l’intrigue est plutôt simple, voire même convenue, le festival que nous offre le cinéaste vaut son pesant d’or, entre situations ubuesques, situations cocasses, absurdes ou burlesques et ses dialogues punchy voués à devenir culte, franchement, Francis Veber démontre qu’il est l’un des meilleurs.

Ruby s’est fait arrêter peu après avoir dépouillé son ancien patron, dont les hommes étaient en train de faire un braquage. Envoyé en taule, l’inspecteur Vernet veut que Ruby lui livre son boss et pour cela, il est prêt à tout. Or, Ruby se mure dans le silence le plus absolu. C’est là que Vernet a une idée, dans la même prison, il y a un détenu qui s’appelle Quentin, et qui vient de Montargis. Quentin est bête comme cela ne devrait pas être permis et surtout Quentin est un moulin à parole qui ne s’arrête jamais, au point de faire craquer tous ses codétenus. Vernet place donc Quentin avec Ruby dans l’espoir que ce dernier craque, mais la suite des évènements va être à l’opposé de ce que Vernet avait prévu…

Dixième film pour Francis Veber et on peut dire que le réalisateur traverse les décennies et qu’il ne perd pas grand-chose de son talent. « Tais-toi !« , c’est la comédie Verberdienne par excellence. Une comédie qui s’appuie comme toujours chez le réalisateur sur un duo et aujourd’hui, le réalisateur réunit Gérard Depardieu et Jean Reno pour leur donner des rôles à l’opposé l’un de l’autre et tellement complémentaire pour la réussite de ce film.

La chose principale qu’on pourrait reprocher à « Tais-toi !« , c’est le manque d’inspiration et d’originalité à son intrigue. Sincèrement, cette dernière tient très facilement sur un post-it et l’on ne peut pas dire que le metteur en scène français, auteur du scénario, ait été chercher bien loin son histoire. Et c’est là tout le génie de Francis Veber, car de cette maigre intrigue, il arrive à en tirer une comédie tordante. Une comédie qui sonne comme un véritable festival d’absurdité géniale. Tenu par un excellent rythme qui ne baisse jamais, entre des braquages foireux, des évasions tout aussi foireuses, des courses-poursuites, de la vengeance et surtout les regards catastrophés face à la bêtise du personnage tenu par Gérard Depardieu, Francis Veber nous tient jusqu’au bout et il ne cesse de nous amuser.

Ce qui est terrible aussi et qui apporte énormément de comique au film, c’est bien sûr les dialogues géniaux qu’a encore une fois écrit le réalisateur scénariste. Si Francis Veber a toujours eu des intrigues très simples, il a toujours su renforcer ces dernières avec des répliques dont certaines peuvent très aisément se vanter d’être cultes. On a vraiment de quoi s’éclater entre les « Salut, moi, c’est Quentin de Montargis « , le génial « Euh… il est con ! C’est un asile de fous, pas un asile de cons. Il faudrait construire des asiles de cons, mais vous imaginez un peu la taille des bâtiments… » ou encore le merveilleux « Si je comprends bien le type le plus con de votre asile a réussi à enlever le type le plus dangereux, c’est pas un peu insolite, ça ? – Je suis psychiatre depuis 20 ans, alors moi, l’insolite… » … Et des comme ça, le film en est parcouru de bout en bout. En fait, « Tais-toi !« , une fois lancé, ne s’arrête qu’à son générique de fin.

Autre élément qui fait la qualité de ce « Tais-toi !« , c’est bien sûr son casting, à commencer par un Gérard Depardieu déchaîné qui s’en donne à cœur joie. Incarnation de la bêtise, le personnage de Quentin de Montargis est un petit best of à lui seul. Face à lui, les regards catastrophés de Jean Reno, dont le personnage refuse de croire qu’on peut être aussi con, vaut de l’or. Francis Veber, pour les accompagner, a aussi fait appel à André Dussollier, terrible en psychiatre, Richard Berry, Aurélien Recoing, Jean-Pierre Malo, ou encore Ticky Holgado, et tout ce petit monde ajoute redoutablement sa pierre à l’édifice et tient même une ou deux répliques à se tordre de rire.

Excellente et jouissante comédie, « Tais-toi !« , entre ses quiproquos, ses dialogues de sourds, ses personnages hauts en couleurs, ses comédiens ou encore sa mise en scènes rythmée, nous amuse de son ouverture à sa conclusion. Bref, c’est con, c’est drôle, ça fait du bien, on s’amuse, voire même l’on s’éclate en compagnie de ces personnages hors normes, alors pourquoi s’en priver ?

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.