janvier 21, 2022

Ensemble Nous Allons Vivre une Très Très Grande Histoire d’Amour

De : Pascal Thomas

Avec Marina Hands, Julien Doré, Guillaume Gallienne, Noméie Lvovsky

Année : 2010

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Entre Dorothée et Nicolas, c’est le coup de foudre. Ensemble, ils vont vivre une très, très grande histoire d’amour… Ils en sont sûrs, certains. Mais la vie s’ingénie toujours à contrarier les meilleures résolutions, le plus parfait des scénarios et rien ne va se passer comme prévu. De malentendus en disputes, de serments en trahisons, de vrais départs en fausses retrouvailles, et inversement, ils vont être entraînés dans le tourbillon d’une comédie aussi tourmentée que leur passion…

Avis :

Pascal Thomas est l’un de nos cinéastes français les plus prolifiques. Exerçant dès le début des années 70, Pascal Thomas a eu une sacrée carrière, aussi bien en tant que réalisateur et scénariste, que dans le cinéma tout court, puisqu’il fut un temps président du CNC, Président aussi de la société Française de réalisateur et il a même créé un prix, le Carrosse d’or qui est remis à Cannes lors de l’ouverture de la quinzaine.

Dans les années 2000, entre deux adaptations d’Agatha Christie, Pascal Thomas s’essaie à d’autres choses et c’est donc entre deux enquêtes des Beresford que Pascal Thomas eut envie de nous parler d’amour avec sa « … très, très grande histoire« . Film se voulant décalé, film se voulant comédie et romantique à la fois, « Ensemble nous allons vivre une très, très grande histoire d’amour » est un ovni qui malheureusement a plus tendance à se faire pénible qu’autre chose et c’est bien dommage, car entre deux idées amusantes, ce marivaudage tiré par les cheveux sombre peu à peu dans le ridicule !

Entre Nicolas et Dorothée, ce fut le coup de foudre, l’immense coup de foudre, celui auquel on ne peut résister, celui qui fait que si l’on nous interdit de vivre cet amour, il vaut mieux mourir. Nicolas et Dorothée le savent, ensemble, ils vont vivre une très, très grande histoire d’amour. Mais cette histoire d’amour est fauchée à quelques semaines de leur mariage par de mauvaises langues pleines de jalousie. Si Nicolas se rendra compte que tout ce qu’il a entendu sur Dorothée est faux, il sera trop tard, la jeune femme ayant quitté la campagne pour Paris, sans laisser d’adresse. Qu’importe alors, pour la retrouver et pour vivre cette très, très grande histoire d’amour, Nicolas plaque tout et monte à Paris.

« Ensemble nous allons vivre une très, très grande histoire« , c’est un ovni, c’est même un ovni dans une filmographie qui compte pas mal de titres décalés. Pour commencer ses années 2010, Pascal Thomas a décidé d’essayer autre chose, et force est de constater qu’on ne sait pas vraiment ce qu’il a essayé, ce qui est dommage, car le film tient tout de même quelques bonnes idées par ici et par là, mais elles sont bien peu face au reste.

Si l’on prend le scénario, on ne sait pas vraiment par où commencer tant ça ne tient pas la route et l’ensemble se fait peu captivant. L’histoire que nous raconte là Pascal Thomas est très mince, mais encore, elle pouvait tenir le coup si le réalisateur n’était pas parti dans ce délire qui nous a totalement laissé sur le bas-côté. Comme toujours chez Pascal Thomas, il y a un soin particulier à l’écriture des dialogues et parfois, le film, l’espace d’un instant, d’une scène, se fait très drôle (là, on pense à la bourgeoise du huitième arrondissement de Paris qui a appelé son chien CAC 40), mais malheureusement, ces moments de drôlerie ne sont que des instants, et très vite ils se retrouvent noyés derrière cette histoire insipide, qui a tendance à partir dans tous les sens et surtout vers le ridicule.

De plus, on aura du mal avec ces personnages qui ne sont que caricature. Pascal Thomas n’arrive ni à les faire vivre, ni à nous les rendre attachants. Bon, il faut dire que le réalisateur a décidé d’un ton particulier pour son film. Un ton qui nous laisse dubitatif, car tout est surjoué, dicté et théâtral et l’on ne comprend pas très bien ce choix. Quoi qu’on espère, que ce soit un choix de la part de Pascal Thomas, parce que si cela n’était pas le cas, alors le cinéaste se retrouve face à des comédiens perdus qui sont très loin d’être brillants. La Palme revenant à Julien Doré et son accent du sud forcé qui en devient pénible au fur et à mesure que cette non-intrigue avance. Au milieu de tous ces comédiens en roue libre, il faut toutefois mentionner Guillaume Gallienne qui s’en sort très bien et Noémie Lvovsky qui dans un tout petit rôle arrive à nous charmer. Mais encore une fois, face au désastre de tous les instants, c’est bien peu de chose pour rattraper le film.

Puis histoire de conclure en beauté le tableau de l’incompréhension, il y a cette mise en scène complétement décousue et dénuée de charme. Une mise en scène qui à force de vouloir jouer sur un ton décalé finit par nous perdre. Aucun rythme, c’est long, c’est plat, on a du mal à aller de scène en scène tant on ne comprend pas l’ensemble, on ne comprend pas le délire. Le film a son caractère certes, mais il a bien peu de charme. La photographie est digne d’un épisode de « Joséphine Ange Gardien« , et comme je le disais plus haut, la direction d’acteurs est un véritable mystère.

Pascal Thomas a toujours eu un ton décalé et si bien souvent, voire dans la plus grande partie des films que j’ai pu voir de lui, ça fonctionne bien et c’est très plaisant, ici, ça ne fonctionne pas et ce sentiment, on l’éprouve dès le début et c’est bien le seul élément, le seul sentiment qui tient de bout en bout de ce film qui plus il essaie d’être drôle et romantique, plus il devient pénible. Bref, pour le coup, Pascal Thomas s’est complètement raté.

Note : 05/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.