juin 21, 2024

Leaving Las Vegas

De : Mike Figgis

Avec Nicolas Cage, Elisabeth Shue, Steven Weber, Julian Sands

Année : 1996

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

Ben, scénariste alcoolique, décide de partir à Las Vegas après s’être fait licencier par la maison de production pour laquelle il travaillait. Il se donne quatre semaines pour boire jusqu’à en mourir et s’installe pour cela dans un petit hôtel miteux à proximité des bars qui ne ferment jamais. Il rencontre Sera, une jeune prostituée dont il tombe amoureux. Elle décide de l’héberger et l’assistera jusqu’à ses derniers instants.

Avis :

Réalisateur britannique, Mike Figgis est de ces réalisateurs encore vivant et encore en activité aujourd’hui. Après avoir fait un détour par la musique ou encore le théâtre en tant que comédien, Mike Figgis fait ses débuts dans la réalisation dans les années 80. Après un téléfilm, c’est dans les salles obscures que Figgis se fait grandement remarquer. « Stormy Monday« , « Mr. Jones » ou « Affaires privées » confirment le talent et l’éclectisme du cinéaste. Cinéaste touche-à-tout, qui en plus d’écrire la plupart de ses scénarios, ira même jusqu’à composer la musique de ses films.

Après le joli « Les leçons de la vie« , Mike Figgis s’envole pour les Etats-Unis pour ce qui restera sûrement comme son meilleur film, « Leaving Las Vegas« . Plongée aussi redoutable qu’exceptionnelle dans l’alcoolisme, « Leaving Las Vegas » fut un moment de cinéma incroyable. Beau, triste, dur, désespéré, charmeur, loin des clichés, des préjugés ou encore des critiques, Mike Figgis décrit l’alcoolisme comme jamais auparavant. Parfois drôle, tout le temps touchant, tenu par deux acteurs prodigieux, dont un Nicolas Cage Oscarisé pour l’occasion, « Leaving Las Vegas » est aussi fou qu’il est beau.

Ben est scénariste et depuis des années l’alcool a pris une place importante dans sa vie, si importante même, qu’aujourd’hui Ben est soûl en permanence. Se faisant licencier, Ben décide alors de s’envoler pour Las Vegas afin de se suicider à l’alcool, comme il le dit. Sur place, il va faire la connaissance de Sera, une prostituée. Ces deux âmes plus qu’écorchées par la vie vont alors étrangement être attirées l’une par l’autre. Tombant éperdument amoureux, Sera propose alors à Ben de quitter son hôtel miteux et d’emménager chez elle.

Ce que j’aime avec le cinéma, c’est cette capacité qu’il peut avoir de toujours surprendre et parfois même surprendre et offrir bien plus que ce à quoi on s’attendait, et le film de Mike Figgis a fait partie ces moments-là, où tout fut incroyable. « Leaving Las Vegas » est un film qui tient une réputation en or massif, et se lancer dans ce genre de film véhicule autant de curiosité que de crainte, entre l’envie de découvrir un grand film et la crainte de tomber devant un objet qui aurait été survendu. Comme vous l’aurez compris, « Leaving Las Vegas » aura m’offert un grand film.

Incroyable, passionnant, envoûtant et bouleversant, avec « Leaving Las Vegas » Mike Figgis est touché par la grâce, livrant et imposant un chef-d’œuvre. Vertigineuse descente dans le monde de l’alcoolisme, « Leaving Las Vegas » se pose aussi bien comme un drame sur la fin d’un homme qui se noie totalement, qu’une déroutante et sublime histoire d’amour entre deux paumés, qui se trouvent, se découvrent, s’acceptent comme ils sont, et s’aiment jusqu’au bout. Loin des clichés habituels, loin des films qu’on a déjà vus avec pour sujet l’alcoolisme, Mike Figgis livre un film singulier, qui ne ressemble à aucun autre, aussi bien dans sa façon de parler de l’alcoolisme, que de parler d’amour. Peignant sans filtre la maladie de l’alcoolisme, l’addiction, l’envie et l’amour de l’alcool, « Leaving Las Vegas » heurte, fascine, dérange et touche profondément.

Le scénario est un bijou de sa première à sa dernière scène. Peignant des personnages incroyables, « Leaving Las Vegas » est un voyage qui va être d’une grande tristesse euphorisante. C’est d’ailleurs cette confusion des sentiments, ce paradoxe entre deux extrêmes qui rend le film de Mike Figgis si incroyable. Il y a tant de scènes et des moments qui vont être drôles et amusants, alors même qu’ils sont d’une tristesse absolue. Mike Figgis a réussi à capturer une authenticité et une vérité rarement approchée. Puis comment ne pas être envoûté par cette histoire d’amour, totalement improbable, et c’est ce qui la rend encore plus belle.

Si le film touche autant aussi, c’est parce qu’il est tenu de manière incroyable par ces deux acteurs principaux. Que ce soit Nicolas Cage ou Elisabeth Shue, tous deux y sont prodigieux et malgré la dureté de leur histoire, dont on ne sait jusqu’où elle va aller, on adore plonger avec eux dans leur quotidien, fait de bas et de bas. Couple incroyable (oui le mot incroyable est incroyablement trop utilisé dans cette chronique), personnage renversant, mal être puissant, sentiments et émotions à fleur de peau, on est d’autant plus pris par ces personnages grâce à la mise en scène de Mike Figgis qui nous les montre comme ils sont, sans fard, sans filtre, avec leurs contradictions qui les rendent si justes et humains. Mike Figgis s’approche au plus près d’eux, et jamais il ne les juge, ce qui là encore amène « Leaving Las Vegas » vers l’immense moment de cinéma qu’il est.

Je m’attendais à passer un bon moment devant ce film, même si j’avais quelques réserves, notamment parce que l’alcoolisme commence à être un sujet dont on peut en avoir fait le tour, du moins, c’est ce que je pensais avant de découvrir le film de Mike Figgis. Vertigineux et touché par la grâce, « Leaving Las Vegas » est un immense morceau de cinéma qui a tout compris de ce qu’il racontait et comment il devait le raconter. Puissant, beau, difficile, cruel parfois, impuissant en un sens, tant on aurait envie de sauver ces personnages, Mike Figgis livre là son chef-d’œuvre, et « Leaving Las Vegas« , ses personnages et surtout cette histoire d’amour, une fois vu, est tout simplement inoubliable.

Note : 20/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.