décembre 3, 2021

Le Carnaval de Sang-Rire – Anthony Lamacchia

Auteur : Anthony Lamacchia

Editeur : La Plume Rouge

Genre : Horreur

Résumé :

Sandy et plusieurs de ses amies sont invitées à la première d’un nouveau cirque : le cirque de Sang-Rire, le clown. Mais à peine fermée la toile du chapiteau, ils découvrent que leur hôte est un être malfaisant, violent et assoiffé de sang qui les entraîne dans un carnaval des plus lugubres. Commence alors pour Sandy, Judith, Flora, Ted, Léon et tous les autres, une nuit de terreur où chaque attraction est un piège mortel, chaque personnage un monstre capable d’arracher pour s’amuser les doigts d’une jeune fille ou de la dévorer en une bouchée. Qui parviendra à s’échapper du Carnaval de Sang-Rire vivant ?

Avis :

Le carnaval de Sang-Rire est un roman qui n’est pas à mettre dans toutes les mains. En effet, l’auteur, Anthony Lamacchia, adore le genre de l’horreur et s’y illustre à merveille dans ce roman. Les premiers chapitres nous embarquent dans un environnement contemporain et adolescent, qui ne laisse clairement pas présager de la suite. Une fois l’intrigue principale débutée, chaque paragraphe met en scène des instants terribles, aux détails sordides et aux images d’épouvante. Âmes sensibles s’abstenir ! D’autant plus que le roman s’intéresse à des enfants, ainsi qu’à des adolescents, ce qui peut dégoûter plus encore. Le gore s’ajoute à l’horreur pour un effet détonnant.

Partie après partie, page après page, les méfaits de Sang-Rire, ce clown sauvage et psychopathe, ne cessent d’empirer, escaladant toujours plus, et sans finesse, les paliers de la terreur. Les intentions de Sang-Rire ne sont jamais révélées, bien que le lecteur en discerne certains des aspects de temps à autre. Sans cette information essentielle, le roman perd quelque peu de sa puissance, et semble n’être qu’un simple enchaînement de tortures et de violences sans véritable intérêt. Les lecteurs, déjà peu habitués à ce genre, plutôt noir et sanglant, peuvent avoir du mal à accrocher, notamment quand le roman n’apparaît qu’être qu’une apologie de la brutalité, de par ce manque cruel d’informations concernant le grand méchant de l’histoire. Faut-il y voir une volonté de l’auteur de faire réfléchir le lecteur pour que ce dernier comprenne les viles intentions du clown tout seul ? Ou va-ton un peu trop loin dans l’analyse ?

L’auteur joue allègrement avec le lecteur. Les adolescents, comme les enfants, nous sont présentés de sorte que l’on s’y attache vite, juste avant qu’il ne leur arrive de terribles malheurs. Cette proximité nous touche alors davantage, et nous fait vivre les horreurs avec plus de sensations. Le premier acte sanglant touche deux petites filles, atteintes de sentiments et désirs malsains. L’auteur les décrit en quelques mots bien trouvés, nous parle de leur passé, et les met en valeur. Le lecteur s’y attache malgré le fait qu’elles possèdent des sentiments impurs, qui les écartent irrémédiablement de la catégorie des gentilles petites filles sans défaut.

Le lecteur se voit ainsi perturbé. La sentence de Sang-rire fait écho à ses questionnements, comme si une justice divine tombait du ciel. Le chapitre suivant, concernant de jeunes garçons, semble donner raison au lecteur, qui imagine Sang-Rire comme étant le pourfendeur d’une humanité corrompue. Pourtant, les autres chapitres viennent chambouler ce raisonnement. Sang-Rire se transforme alors en un clown malsain sans objectif palpable. Les parties qui défilent horrifient le lecteur, mais le captive malgré tout.

Anthony Lamacchia fascine par ses idées noires, par les scènes terrifiantes qu’il décrit, usant de mots et figures efficaces, qui donnent envie au lecteur d’arriver au bout du roman pour découvrir le fin mot de l’histoire. Les phrases s’enchaînent dans un style fluide et frais, qui nous transporte dans un univers à la fois de rêves, à cause de la fête foraine, mais aussi de cauchemars. La course-poursuite finale nous embarque dans une épopée digne des classiques d’horreur, qui ne se moque pas des adolescents, plutôt dégourdis et malins dans cette intrigue.

Le lecteur ne se demande jamais : « Pourquoi il/elle fait ça ? ». Les péripéties sont cohérentes et crédibles, du moins si l’on accepte le fait que la fête foraine se situe dans une dimension parallèle, où tout semble possible. Les personnages principaux subissent les moqueries et les tourments du clown, et font preuve d’un courage et d’une résistance enviable. Leurs réflexions, leurs réactions, leurs questionnements, leurs angoisses, et leurs doutes nous parlent, et font preuve d’une grande intelligence et force de caractère. Les personnalités des survivants constituent les points positifs et forts du roman, qui dépeint des portraits aussi saisissants qu’attachants.

En sous-main, l’intrigue critique la société et n’hésite pas à émettre quelques jugements moraux. Ce partis pris ne dérange pas, allant plutôt dans la direction des premières pensées du lecteur concernant Sang-Rire et sa punition divine. Tous les « punis » n’apparaissent pas tous mauvais, de prime abord, ou comme possédant des tares malsaines facilement perceptibles. Comme dans un jeu, le lecteur essaie de trouver, de comprendre la haine du clown envers les personnages.

Quels terribles défauts, difformités inhumaines cachent-ils ? Quelles horreurs possèdent-ils tout au fond d’eux ? Méritent-ils véritablement tout ce qui leur arrive ? La conclusion n’apporte pas de réponse évidente, laissant le lecteur dans le doute. Ce dernier vient-il d’assister à un enchaînement de violence gratuite ou le roman souhaite-t-il lui transmettre un message bien plus subtil ?

Le carnaval de Sang-Rire laisse une drôle d’impression, et perturbe aussi bien pendant qu’après la lecture. Attention aux cauchemars !

Note : 13,5/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.