juin 23, 2021

In This Moment – Mother

Avis :

Avoir un frontman charismatique est souvent une belle gageure pour les groupes de musique. En effet, mettez une personne qui en impose, qui possède une voix particulière, une attitude tempétueuse sur scène, et vous aurez de belles chances d’avoir des fans relativement rapidement. D’ailleurs, de nombreux groupes, anciens comme récents, ont un socle qui oscille constamment entre un chanteur et un guitariste charismatiques. Ozzy Osbourne pour Black Sabbath, Mick Jagger pour The Rolling Stones, Jonathan Davis pour Korn ou encore Dave Mustaine pour Megadeth, toutes ces personnes dégagent quelque chose. Et aujourd’hui, peut-être plus qu’avant, l’attitude est une force pour un groupe, et cela se juge aussi sur les prestations scéniques. Et In This Moment l’a très bien compris. Fondé au milieu des années 2000 entre la chanteuse Maria Brink et le guitariste Chris Howorth, In This Moment va vite se rendre compte du potentiel visuel de sa chanteuse, plantureuse et sexy en diable. Baignant dans un métal alternatif qui navigue entre le métal industriel et le métal gothique, le groupe américain a su transformer son image au fil des années pour aboutir à un show démesuré qui raconte quelque chose. Rebaptisée Mother par les fans, Maria Brink a pris ce pseudo à bras le corps pour devenir une sorte d’égérie féministe toute de blanc vêtue. Initié avec le sixième album Ritual, In This Moment signe un retour sur le devant de la scène avec Mother, un septième effort qui fait écho à la démarche entamée précédemment.

Débutant avec une introduction à la fois aérienne et inquiétante, posant une ambiance gothique à souhait qui s’élève avec une batterie presque tribale, In This Moment débute réellement avec Fly Like an Eagle. A l’image de l’artwork sur la pochette, on navigue dans un univers païen un peu glauque, où l’on sent bien que les rituels de l’album précédent n’étaient là que pour faire apparaître la Mère. Mettant grandement en avant la voix granuleuse de Maria Brink, le morceau se veut minimaliste, tout en gardant un aspect froid et qui ne demande qu’à exploser. Chris Howorth et ses riffs minimalistes finissent d’achever un travail carré qui met immédiatement dans l’ambiance et qui promet des moments bien perchés sur scène. Cet aspect aérien teinté de passages lourds, laissant un boulevard grandiose pour la chanteuse, on le retrouve dans The In-Between, qui retrouve ses racines sur des refrains plus criés, plus puissants et pourtant caractéristiques du groupe qui trouve une identité unique. Une identité qui va chercher des références ailleurs que dans le métal indus ou alternatif, comme le prouve par exemple Legacy et son synthwave bien dark qui vient habiller un titre à la fois étrange et totalement envoûtant. On peut aussi citer Mother et ses élans presque gospel et angéliques qui laissent sur le carreau tant c’est à la fois beau et émouvant.

Emouvant car la chanteuse se lâche complètement sur cet album, n’hésitant pas à pousser sa voix, à la limite du trop, et prouve, si besoin l’en est, qu’elle possède un bel organe (et pas que). Born in Flames, et son cœur de bébé qui bat en son début, est un titre étrange, toujours à la limite d’un son typique des années 80 mais qui garde une puissance en sommeil. C’est doux, c’est presque touchant tout en gardant une image assez dark. Et Into Dust, qui clôture l’album, est un piano/voix d’une grande douceur qui va surprendre, mais signe une conclusion qui pourrait faire penser à de la cendre tombant sur un sol infertile mais qui va donner la vie. Il y a vraiment cette sensation d’ésotérisme qui ressort de l’album. Alors bien évidemment, le groupe va aussi produire des morceaux plus conventionnels, plus faciles d’accès, à l’image de cette reprise de We Will Rock You en compagnie de Lzzy Hale (Halestorm) et Taylor Momsen (The Pretty Reckless). Une reprise parfaite puisqu’elle a cette touche In This Moment et se veut fondamentalement féministe. On peut aussi évoquer As Above, so Below, un titre plus violent que les autres, renouant avec les précédents succès du groupe et qui permet de voir que malgré l’ambiance moribonde, le groupe sait aussi faire plaisir aux fans de la première heure. Et difficile de passer outre Hunting Grounds avec Joe Cotela du groupe DED, un titre plus classique, mais qui se veut catchy et bien percutant quand il faut.

Au final, Mother, le dernier album de In This Moment, forme un tout avec le précédent opus, Ritual. Baignant dans une ambiance ésotérique très prégnante, avec des phases aériennes et posant une atmosphère anxiogène, le groupe trouve dans cet univers une belle osmose et une identité qui leur est propre. Si les fans de la première heure risquent d’être décontenancés, il faut voir le groupe évoluer dans le bon sens, cherchant constamment la performance scénique et la mise en avant d’une artiste charismatique à savoir Maria Brink qui use d’autres choses que de ses charmes naturels. En bref, l’album est plutôt une belle réussite, qui confirme le chemin emprunté par le groupe depuis l’album précédent.

  • The Beginning (Interlude)
  • Fly Like an Eagle
  • The Red Crusade (Interlude)
  • The In-Between
  • Legacy
  • We Will Rock You feat Lzzy Hale et Taylor Momsen
  • Mother
  • As Above, so Below
  • Born in Flames
  • God is She
  • Holy Man
  • Hunting Grounds feat Joe Cotela
  • Lay me Down
  • Into Dust

Note: 16/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.