octobre 22, 2021

Edward Sakedos – L’Apprenti Nécromant – Anthony Lamacchia

Auteur : Anthony Lamacchia

Editeur : auto-édition

Genre : Fantastique

Résumé :

Dans le village de Lourde-Brume, vit un jeune garçon : Edward Sakedos. Mais il n’est pas un enfant comme les autres : c’est un nécromant, un magicien capable de communiquer avec les morts. Pour se venger des vacheries de ses camarades de classe et les effrayer, Edward décide d’invoquer Wilfried Desfriches, condamné à la peine capitale pour avoir assassiné treize enfants. Mais alors que le zombie sort de sa tombe, celui-ci lui confie qu’il n’a jamais tué personne, qu’on l’a accusé à tort, et que le vrai meurtrier court toujours et risque de récidiver à tout moment.
Commencent alors les péripéties d’Edward Sakedos pour sauver les enfants du village de Lourde-Brume.

Avis :

Edward Sakedos, l’apprenti nécromant s’adresse à de très jeunes âmes, bien que le titre du roman laisse à suggérer qu’il y sera question de mort, voire de visions d’horreur. Anthony Lamacchia innove en la matière, en offrant ici un roman pour enfants basé sur la fin de la vie, qui traite de sujets lourds et délicats, comme les meurtres d’enfants, la vengeance, la trahison, ou les faux-semblants. Relevé par des jeux de mots chaleureux et amusants (comme celui du titre), la lecture du roman se veut néanmoins légère, même si certains passages atteignent notre cœur d’adulte, déjà habitué aux crimes les plus sordides, notamment grâce à une littérature prolifique en la matière.

Edward Sakedos, l’apprenti nécromant est une petite pépite de lecture originale, qui marque les esprits, que l’on soit un enfant ou non. L’auteur ne s’aventure pas dans une histoire simple, ou un récit aux rebondissements attendus. La trame, recherchée, amène les personnages à se questionner, et les embarque dans une enquête policière alambiquée, entre passé et présent, pouvoir et folie. De plus, la fin n’a rien d’un conte de fées, même si celle-ci est emplie de messages d’espoir et d’amour. Les plus sensibles, préparez vos mouchoirs !

Le ton de la narration, les mots employés, les expressions, les conseils, les explications, les situations, les raisonnements des personnages, … l’auteur insuffle dans son roman le mental de celui d’un enfant de treize ans qui a de la jugeotte et du courage, sans que cela n’ennuie un lectorat plus vieux, bien au contraire. Le lecteur, peu importe son âge, s’attache vite à Edward, un petit garçon curieux, maltraité par ses camarades, en recherche de reconnaissance et d’amour, passionné par la nécromancie.

Le roman n’explique pas vraiment d’où lui vient cette passion, ni n’explique le fait de la présence de la nécromancie dans l’univers d’Edward. Finalement, le lecteur s’en accommode et accepte cette part de magie intrinsèque à l’histoire, sans se poser davantage de questions. Edward peut réveiller les morts, ou les commander, en usant de formules savantes qu’il crée ou reprises d’un grimoire. Ne sont-ce pas là les pouvoirs d’un nécromant, après tout ? Même ceux d’un nécromant amateur, au bâton en plastique et à la cape rapiécée (Aww, trop mignon !) ?

Très rapidement, l’ambiance est donnée, notamment grâce à un décor lugubre, une ville inquiétante, entourée de brume et de mystères. L’atmosphère du roman nous fait peur, tout en nous faisant rêver, crée du suspense et attise notre curiosité. A la fois familier et étranger, le monde inventé par l’auteur nous intrigue et nous rappelle notre propre vie. Finalement, si ce n’est la nécromancie, la folie des humains qui y est décrite, n’a rien à envier à nos affaires criminelles terrestres.

Anthony Lamacchia implique également son héros dans la narration en mettant en place trois niveaux de lecture (rien que ça !). Le premier est celui dont on a l’habitude, celui d’un personnage extérieur qui raconte l’histoire. Jusqu’ici, tout va bien. Se rajoutent à ce niveau-ci d’écriture, les pensées d’Edward en italique, qui nous partage ainsi ses doutes, ses craintes et ses questionnements de manière naturelle dans le déroulé du récit. Cela se fait également plutôt régulièrement en littérature.

Ce qui étonne davantage, est le dernier niveau de narration employé par l’auteur. En effet, étant donné que le narrateur classique (le premier niveau) a parfois tendance à exagérer, ou à se tromper, comme si l’observateur ne comprenait pas la scène qui se déroulait devant ses yeux, Edward Sakedos n’hésite alors pas à le remettre à sa place ! Ces passages, peu nombreux au final, se retrouvent en italique entourés de parenthèses. Edward Sakedos brise, en quelque sorte, le quatrième mur, et invective le narrateur par le biais de commentaires acides ou déboussolés. Cette manière de faire apporte de la légèreté à ce roman sombre, et s’efface sur la fin pour ne laisser place qu’à l’action. Les différents tons sont ainsi bien dosés et permettent au roman de se laisser lire tranquillement, malgré les sujets abordés.

Les autres personnages secondaires fascinent tout autant, entre un vieil homme zombifié, une nounou très autoritaire, une petite fille bavarde et guillerette, une araignée messagère, ou un prêtre qui ne s’étonne plus de rien. Le lecteur se voit subjugué par ces différents personnages, par leurs personnalités captivantes, comme celle du méchant de l’histoire qui, une fois n’est pas coutume, nous explique son plan machiavélique en détails dans les dernières pages. Malgré cela, l’auteur en a fait un personnage complexe, animé par de multiples forces, qui n’est pas devenu un psychopathe sans cervelle.

Les intrigues s’enchaînent et l’enquête avance bien, amenant également son lot de sous-intrigues, qui se voient toutes résolues à la fin. L’histoire, sans fausse note, si ce n’est peut-être le peu d’informations sur son univers déroutant, enchante de bout en bout, et ne s’éternise pas dans des longueurs malvenues.

Edward Sakedos, l’apprenti nécromant est un roman intelligent, intriguant, qui saura permettre des discussions prenantes entre parents et enfants sur un sujet tout aussi étonnant : la mort.

Note : 19/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.