décembre 3, 2021

Le Gang des Bras Cassés – Tore Renberg

Auteur : Tore Renberg

Editeur : Les Presses de la Cité

Genre : Drame, Thriller

Résumé :

Ben est aussi brillant et déterminé que son frère Rikki estcraintif et effacé. Las de son père pingre, de sa mère alcoolique, des longues journées passées à sniffer de l’essence derrière leur maison délabrée, Ben a l’idée du siècle. Un couteau papillon dans la poche, il embarque Rikki et part pour la ville de Stavanger, où oncle Rudi vit avec la belle Cecilie au sein de son gang de hors-la-loi. Ben a découvert que son père cachait d’importantes sommes d’argent et propose à oncle Rudi de cambrioler la maison familiale. Pour mener à bien ce projet, les malfaiteurs s’associent à Melvin Gausel, chef d’un gang rival. Mais ils ignorent que Melvin est un des indics de Tommy Pogo, ancien criminel devenu policier…

Avis :

Le Gang des bras cassés est un roman particulier qui met en avant des personnages à la morale ébranlée. Pour la plupart, ce sont en effet des malfaiteurs, voire même des meurtriers ou des criminels en devenir. Ils parlent mal, le vocabulaire employé est très grossier, très vulgaire, mais on finit par s’y habituer un peu. Il est vraiment étonnant de se dire que l’on est capable, en tant que lecteur, de s’attacher, un tant soit peu, à ce genre de personnages si différent de ce que l’on est et si loin de nos principes. On se rend en fait compte, au fil de la lecture, que les personnages sont plus complexes que prévu et qu’ils ont des aspirations qui nous parlent et qui sont communes avec la plupart des gens sur Terre.

L’auteur a pris ici le pari risqué de nous plonger dans la vie de personnages qui ne nous inspirent clairement pas confiance au départ, voire tout du long ou jusqu’à la toute fin pour certains. On suit une bonne dizaine de personnages dans leur quotidien, dans leurs déboires, dans leurs souffrances et dans leurs joies.

Les deux adolescents que l’on rencontre au départ sont bien particuliers et tout à fait étranges. Ben paraît vivre dans une autre réalité et faire du mal à autrui ne lui fait ni chaud ni froid. Son grand frère, Rikki,paraît être le cliché de l’adolescent stupide mais affectueux, qui n’arrive pasà surmonter ses problèmes et qui préfère les noyer dans l’essence. Leur relation n’évolue pas vraiment et c’est dommage car un retournement de situation aurait été appréciable compte tenu de l’attitude de Ben par rapport àson frère et aux violences qu’il lui fait subir lorsqu’il ne fait pas ce que ce dernier a décidé. Ben apparaît comme un psychopathe doublé d’un adolescent totalement paumé.

Leur vie de famille peut d’ailleurs expliquer cela. Entre une mère dépressive qui ne s’occupe plus d’eux et un père plein aux as qui les frappe et leur fait peur, il est difficile de trouver sa place et de seconsidérer encore comme un enfant innocent et qui peut encore être naïf. Leurs parents nous sont dépeints d’une manière bien négative et l’on comprend pourquoi. Le lecteur est très mal à l’aise face aux propos qu’ils se jettent à la figure lors de leurs disputes et ne sait plus où se mettre. La violence des mots et des actes est à couper le souffle. On les plaint et on les hait à la fois pour leurs attitudes grotesques et égoïstes.

Les autres personnages principaux ne sont pas en reste. Rudiet sa femme sont un couple très porté sur le sexe. Rudi est certainement le personnage le plus vulgaire et on ressent chez lui un manque de culture et de savoir qui l’insupporte lui-même au plus haut point et qui lui fait dire des bêtises monumentales. Ces dernières ne font même pas sourire ou rire, l’humour efficace étant plutôt absent du roman au final. Le meilleur ami de Rudi et lefrère de sa femme est alambiqué. Ses réflexions sur l’avenir de sa vie et de sa famille sont intéressantes, tout comme ses décisions prises sur le vif tel un véritable professionnel du « métier ». Sa culture, sa diction, son vocabulaire non vulgaire et ses connaissances font de lui le personnage le plus captivant du roman.

D’autres personnages, plus secondaires, nous sont aussi décrits mais leur histoire ne semble en rien impacter le récit et c’est bien triste, une fois de plus. L’auteur construit des personnages plutôt cohérents, crédibles et au passé trouble mais ne s’en sert finalement pas. Cela aurait amené des situations surprenantes. Le déroulement de l’histoire ne se voit quetrès légèrement perturbé et la conclusion n’apporte aucune émotion palpable, si ce n’est de la déception. Tous les conflits, les messes basses et les trahisons montrées seulement au lecteur, ne sont en fait en rien utiles car l’auteur ne s’en ressert pas et ne les conclut même pas. Elles sont simplement lancées dans le vide. On a la sensation d’être dans une histoire inachevée.

En plus du vocabulaire sale, le livre regorge de phrases, expressions et mots en anglais qui ne sont pas traduits pour ceux ne les comprenant pas. Le contexte et leur ressemblance avec le français permettent souvent d’en comprendre la plupart malgré tout. Le lecteur en vient vraiment àse demander si les norvégiens parlent constamment mi-norvégien mi-anglais, ce qui ne paraît pas très logique. Les personnages sont sans doute un peu trop clichés pour la plupart et amener ces mots en anglais doit les classer dans une certaine catégorie.

Le roman se lit rapidement, avec des dialogues longs et saccadés, dans lesquels on se perd parfois. Les pensées des personnages sont bien décrites même si l’auteur va un peu trop vite par moment, ne se laissant pas le temps d’approfondir tout ce qui pourrait l’être.

Le problème des classes sociales est bien mis en avant, comme celui de l’argent et du système qui enrichit souvent ceux qui n’en ont plusbesoin. On suit la vie quotidienne d’une classe plutôt pauvre qui essaie de trouver le bonheur comme elle le peut, avec ses moyens, sans prétention. Ce roman montre les dérives d’un tel système ou, souvent, avoir de l’argent nerime pas toujours avec bonheur. Cette description de la vie norvégienne est le point fort du roman.

Note : 10,5/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.