novembre 30, 2021

Ça Chapitre 2 – Enfoncez l’Clown

Titre Original : It – Chapter 2

De : Andrès Muschietti

Avec  Bill Skarsgard, James McAvoy, Jessica Chastain, Bill Hader, Isaiah Mustafa, Jay Ryab, …

Année : 2019

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Scénario : Gary Dauberman

Résumé :

Tous les 27 ans, une créature maléfique revient hanter les rues de Derry, dans le Maine. Près de 30 ans après les évènements du  premier opus, les membres du club des ratés, désormais adultes, se retrouvent

Avis :

Les grosses attentes génèrent de manière quasi systématique des déceptions.  Après le petit miracle qu’a été le premier chapitre de ce diptyque, qu’en est-il de cette suite?

Autant vous prévenir tout de suite, cette séquelle est clairement en deçà du premier opus. Sans être mauvaise pour autant, ce second chapitre souffre de longueurs parfois interminables et dont la pertinence est clairement discutable.

Commençons donc par les points négatifs avec la surenchère d’effets spéciaux. Si dans le premier opus les CGI étaient utilisés à bon escient, on a le droit ici à une cascade de retouches numériques, si bien qu’on frise parfois le ridicule. Le visage de Pennywise par exemple est constamment retouché ce qui est non seulement inutile, mais surtout beaucoup trop visible. Si le film se veut généreux dans ses effets en tout genre, on fait la grimace devant le déluge d’effets numériques, notamment dans le final qui se trouve être bien trop grand guignolesque.

On s’interrogera également sur la réelle motivation de faire un film exclusivement centré sur la jeunesse du Club des Ratés, si ce n’est de surfer sur la vague Stranger Things. En effet, dans ce second chapitre, on revient sans cesse fouiller dans le passé du groupe d’amis, à l’instar du livre éponyme. Pourquoi ne pas avoir suivi la narration du livre dès le début dans ce cas? Ça aurait évité un deuxième film trop long et plein de redites, à vouloir trop bien faire, Muschietti en fait trop.

Mais le film a également de nombreux points de satisfaction, à commencer par son casting 5 étoiles. Jessica Chastain (Interstellar, Mamà, …)  est parfaite en Beverly Marsh (comme souvent d’ailleurs). Si James McAvoy semble moins à son affaire par rapport à son interprétation magistrale de la bête dans Split, celui qui sort le plus son épingle du jeu c’est Bill Hader(Scott Pilgrim, Paul, …), interprète de Richie. Il est probablement le personnage le plus intéressant de ce film car, à l’instar de l’interprète de son personnage enfant (Finn Wolfhard, vu dans … Stranger Things), il ne se cantonne pas à n’être que le ressort comique du récit et son personnage, tout en nuances, est l’un des plus touchants de la bande. Sans oublier Bill Skarsgard qui semble s’être éclaté encore une fois dans le rôle-titre, même si on regrettera que sa prestation soit altérée par des CGI pas toujours du plus bel effet.

Certaines attaques de Pennywise sont particulièrement impressionnantes (on pense notamment à la vieille ou à la statue) et sont très efficaces, bien que bardées d’une surenchère d’effets numériques.

Si le résultat final de cette suite déçoit par rapport au premier film, il faut avouer que Andrès Muschietti s’en sort relativement bien pour un roman qui était, parait-il, inadaptable. Si certains points de l’intrigue du livre sont évincées (la tortue Maturin par exemple), le réalisateur de Mamà a su conserver l’esprit même du roman. Il aime ses personnages, ça se voit et ça se sent, voilà pourquoi on ressent énormément d’empathie pour eux et pourquoi on est prêt à passer outre les imperfections du film.

Paraît-il qu’il travaille sur une version en un seul film où le découpage suivrait la narration du pavé de Stephen King, ce qu’aurait dû être ce projet, afin de saisir les subtilités du récit du maître de l’horreur et d’éviter ces innombrables redites. Et même si cette version longue devrait durer plus de 6 heures, on espère vraiment que ce projet verra le jour car on est très curieux de voir le rendu final qui saura, à coup sûr, gommer les imperfections de ce deuxième opus qui conserve un charme certain, même si on a, paradoxalement, un goût de trop peu après les 2h50 de film.

Note : 14/20

Par Trasher

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.