mai 25, 2024

House of Cards Saison 4

D’Après une idée de : Beau Willimon et Frank Pugliese

Avec Kevin Spacey, Robin Wright, Joel Kinnaman, Neve Campbell

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 13

Genre: Drame

Résumé:

Frank Underwood, homme politique rusé et vieux briscard de Washington, est prêt à tout pour conquérir le poste « suprême »…

Avis:

Des séries qui abordent la politique, c’est un exercice particulier, car il faut arriver à intéresser le public avec de la politique justement, mais sans trop tomber dans la caricature ou l’invraisemblable, et même si parfois « House of Cards » a joué avec les limites de la vraisemblance, (Kevin Spacey, futur président américain qui zigouille de sang-froid deux personnages à trois ou quatre épisodes d’intervalle, il fallait le faire sans dépasser la frontière du trop) et on peut dire que les différents scénaristes ont très bien réussi et finalement, « House of cards« , c’est un peu ça, car le reste de la série est quelque peu pareil.

Après avoir été nommé Président des Etats-Unis, Frank Underwood a vu beaucoup d’embûches sur sa route et nous l’avions quitté en mauvaise posture. Toujours aussi intéressante et jouant toujours avec la frontière, cette quatrième saison de « House of cards » voit arriver le temps de la réélection (ou du moins la première vraie élection pour le candidat Underwood). Cette quatrième saison est donc une plongée au cœur d’une campagne présidentielle et le moins que l’on puisse en dire, c’est que la politique ce n’est pas du joli-joli. Trahisons, manipulation, tous les coups sont permis et « House of cards » se fait encore et toujours prenante et peut être même un peu plus.

Si Frank Underwood est arrivé au pouvoir, c’est avant tout grâce à des manipulations, et maintenant, sonne l’heure de l’élection présidentielle et Frank est bien décidé à ne pas céder sa place. Sur son chemin, plusieurs rivaux, dont un jeune sénateur. Entre combat pour être la tête de liste de son parti, analyse d’opinion et le choix de faire élire Claire Underwood, sa femme, comme vice-présidente, Frank Underwood et son staff ont du pain sur la planche.

Cela fait maintenant trois saisons que Mr Underwood manipule son monde pour arriver à ses fins. En trois saisons, il n’a aucunement reculé. Non, bien au contraire, il a manipulé son monde, il a écrasé ses adversaires, même les plus proches et alors que l’heure de la réinvestiture a sonné, Frank Underwood en a-t-il assez ? Bien sûr que non, il est plus tendance que jamais, surtout quand un jeune loup se dresse face à lui.

Comme toujours, le programme est diffusé en treize épisodes et autant dire qu’il va s’en passer des choses dans cette saison. Avec cette quatrième saison, Beau Willimon nous propose donc de passer derrière le décor et de suivre une bataille acharnée pour la conquête de la maison blanche. L’idée en elle-même est très riche et ici, répartie sur cette saison, le showrunner nous en offre pour notre argent. Le rythme s’accélère, les coups et les trahisons pleuvent, le Président Underwood doit gérer tout en même temps. La presse est bien sûr mise à contribution, mais la saison offre aussi de sacrées cellules de crise, comme un attentat par exemple ou encore une cellule terroriste qui ne peut que faire penser aux derniers évènements. Bref, on prend plaisir à suivre cette saison qui n’arrête pas une minute finalement. Cette saison, c’est aussi, et surtout vers sa fin, une saison qui met en place des pions qui annoncent une saison cinq très sombre. Franchement, le final colle des frissons et c’est peut-être le meilleur final de saison que « House of cards » nous ait offert.

Qui dit nouvelle saison, dit bien évidemment de nouveaux arrivants, et là encore, que ce soit au niveau des personnages ou des comédiens, « House of cards » sait comment piquer notre intérêt. Dans les nouveaux arrivants, la série voit arriver premièrement Joel Kinnaman en jeune loup prêt à tout pour être élu (d’ailleurs avec lui, la série aborde aussi l’image à travers les réseaux sociaux). La série voit aussi arriver la bien trop rare Neve Campbell dans le rôle d’une alliée de Claire Underwood. Une alliée intéressante, car ambiguë, puis le plaisir de voir Neve Campbell à l’écran n’est pas discutable.

La série fait aussi revenir d’ancien personnage, comme Tom Hammerschimdt qui va s’imposer de plus en plus. Jayne Atkinson voit elle aussi son rôle bien développé, au point d’en devenir l’un des personnages les plus intéressants de la saison.

Vous l’aurez compris, cette saison accélère le ton et en plongeant dans cette campagne pour une ré-investiture, c’est bel et bien les bases d’une guerre qui se met en place. Une guerre qui devrait exploser et être violente pour la suite. Bref, encore une fois, « House of cards » se fait une réussite et avec ce final, autant dire que la suite, il nous la faut immédiatement.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=NTzycsqxYJ0[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.