mai 28, 2024

Annihilation

De : Alex Garland

Avec Natalie Portman, Jennifer Jason Leigh, Gina Rodriguez, Tessa Thompson

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Lena, biologiste et ancienne militaire, participe à une mission destinée à comprendre ce qui est arrivé à son mari dans une zone où un mystérieux et sinistre phénomène se propage le long des côtes américaines. Une fois sur place, les membres de l’expédition découvrent que paysages et créatures ont subi des mutations, et malgré la beauté des lieux, le danger règne et menace leur vie, mais aussi leur intégrité mentale.

Avis :

Alex Garland, réalisateur britannique, s’est tout d’abord fait connaître dans les années 2000 en tant que scénariste et pas sur n’importe quel film, puisque c’est à lui qu’on doit les intrigues de « 28 Jours plus tard » ou « Sunshine » de Danny Boyle, autant dire du très lourd. On notera aussi qu’il se cache derrière le scénario de « Never let me go« . Puis en 2015, Alex Garland a fait une entrée plus que remarquée dans le monde du cinéma en réalisant un premier film incroyable, « Ex-Machina« .

« Ex-Machina« , huis-clos SF piégé dans une belle demeure au milieu de nulle part, fut une très belle claque, au point que n’importe quel film signé Alex Garland était attendu. Et nous y voilà, trois ans plus tard, Alex Garland nous revient avec « Annihilation« , un projet étrange, qui est injustement privé de sortie cinéma, notre cher Netflix nous le proposant sur sa chaîne (on essaie encore de digérer le fait que le film soit privé d’écran, ou encore de sortie DVD).

« Annihilation » est un film qui a grandement divisé au moment de sa sortie. Certains y ont vu un petit chef d’œuvre SF, quand d’autres y ont vu une purge incompréhensible. Très curieux, laissant quelque peu le temps passer, histoire de s’éloigner de l’euphorisme ou non de la nouveauté, je me lance enfin de « Annihilation » et sans être l’horreur annoncée par beaucoup, je dois dire que j’en ressors déçu, face à un film qui a du mal à choisir ce qu’il est, et ce qu’il veut nous raconter. Puis déçu aussi de tomber « si bas », après un premier film aussi incroyable qu’ »Ex-machina » … Bref, « Annihilation » est donc une déception, qui a toutefois su piquer ma curiosité, au point qu’il mérite qu’on s’y arrête au moins une seconde fois, histoire de s’assurer de ce que l’on vu et compris.

Voilà un an que le mari de Lena, une prof en biologie, a disparu après une mission secrète. Un matin comme un autre, ce dernier est de retour sans grande explication. Très vite, il tombe malade, et Lena voit des militaires débarquer. Lena découvre où son mari est parti si longtemps. Quelque part en Angleterre, un mystérieux phénomène est apparu et tous les personnages qui sont entrés dans son champ n’en sont jamais ressortis hormis le mari de Lena. Une nouvelle expédition va être envoyée sur le terrain, afin d’essayer d’en apprendre quelque chose et Lena en tant que biologiste, demande alors à en faire partie.

Beau, intriguant et troublant, « Annihilation » est un film particulièrement inégal, qui se laisse suivre parfois sans déplaisir et d’autres fois avec agacement. Ce second film pour Alex Garland est une petite énigme à lui seul, car quand on en ressort (intrigués), les premières choses qui viennent en tête, c’est ce que le film aurait pu être, s’il avait été réussi. Oui, je sais, c’est un peu bête dit comme ça, mais « Annihilation » est un film qui fourmille d’idées à tout instant. C’est incroyable, toutes les pistes que le scénario peut explorer, mais le souci, c’est qu’il ne va jamais vraiment au bout de l’une d’entre elles. Pire encore, on a l’impression que beaucoup sont laissées tombées comme ça, sans vraiment de sens, comme si ce film n’était qu’un test, ne sachant finalement quoi raconter et quoi faire avec cette géniale idée. Alors bien sûr, « Annihilation » demande un minimum de réflexion, mais il lui reste beaucoup de zones d’ombre et d’incohérences assez évidentes (on a quand même un personnage qui disparaît comme ça, donnant l’impression que l’intrigue ne savait plus quoi faire avec …). Puis, il y a ce final assez déroutant. Un final qui en a perdu plus d’un tant ce dernier est étrange. Un final qui, dans un sens, mérite qu’on s’arrête encore sur le film, tant il tranche avec ce qui a été fait et finalement pique la curiosité. Peut-être qu’au deuxième visionnage, « Annihilation » ne serait pas le même film. Le souci, c’est que la déception est présente et qu’un deuxième visionnage ne donne pas envie de suite.

Mais alors, si l’intrigue n’est pas incroyable, que reste-il de « Annihilation » ? Il lui reste son ambiance étouffante, qui demeure efficace. Il lui reste ses idées de mise en scène, qui pour certaines fonctionnent parfaitement. Lui reste sa BO incroyable, qui offre une mesure en plus dans le ressenti dérangeant que l’on ressent face au film. Il reste aussi la beauté de ses effets spéciaux, de ses créatures, et de la richesse de son monde. Puis il lui reste ses acteurs convaincus et convaincants, même s’ils ne seront pas attachants ou même touchants.

Bref, entre les bonnes idées et celles oubliées, le nouveau film d’Alex Garland se regarde avec intrigue, mais n’arrive pas à passionner. Le projet est aussi ambitieux qu’il est étrange, et malgré la déception, l’ennui parfois, et le sentiment qu’il manque une partie à ce film, « Annihilation » réussit aussi à intriguer, au point de vouloir s’y replonger une deuxième fois, afin de s’assurer de ce que l’on en comprend et ce que l’on en pense.

Note : 11/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=_iKmTBhcg7g[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « Annihilation »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.