janvier 24, 2022

There Will Be Blood

De : Paul Thomas Anderson

Avec Daniel Day-Lewis, Paul Dano, Dillon Freasier, Russell Harvard

Année : 2008

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

Lorsque Daniel Plainview entend parler d’une petite ville de Californie où l’on dit qu’un océan de pétrole coulerait littéralement du sol, il décide d’aller tenter sa chance et part avec son fils H.W. à Little Boston. Dans cet endroit perdu où chacun lutte pour survivre et où l’unique distraction est l’église animée par le charismatique prêtre Eli Sunday, Plainview et son fils voient le sort leur sourire.
Même si le pétrole comble leurs attentes et fait leur fortune, plus rien ne sera comme avant : les tensions s’intensifient, les conflits éclatent et les valeurs humaines comme l’amour, l’espoir, le sens de la communauté, les croyances, l’ambition et même les liens entre père et fils sont mis en péril par la corruption, la trahison… Et le pétrole.

Avis :

Les années 2000 pour Paul Thomas Anderson, ce sont deux films, une comédie et un drame. Après avoir plus que convaincu avec un début de carrière impeccable, entre « Boogie Night » et « Magnolia« , Paul Thomas Anderson fait face à son premier « flop » avec sa comédie « Punch-drunk love – Ivre d’amour« , une comédie sortie en 2003. Face à cet échec, le cinéaste va donc mettre cinq ans avant de revenir sur le devant de la scène.

Paul Thomas Anderson revient donc cinq ans après être passé par la case comédie avec un western d’un « nouveau genre ». Car oui, il ne fait aucun doute que « There Will Be Blood » est bien un western. Et comme tout bon western qui se respecte celui-ci aussi à son fil rouge, et ici, il est bien original, puisque c’est un duel entre un pétrolier, à l’heure des balbutiements de l’or noir, et un pasteur autoritaire possédé par sa foi qui nous est offert. Le récit âpre décrit le parcours de cet homme avide de pouvoir qui ne déteste rien de plus que l’espèce humaine, et qui va trouver un adversaire à sa taille en la personne d’un pasteur illuminé.

Amérique, au début du siècle dernier, Daniel Plainview est un pétrolier qui commence à se faire un nom. Quand ce dernier entend parler d’un possible océan de pétrole dans une petite ville appelé Little Boston, il tente sa chance. Et alors qu’il va y faire fortune, très vite, Daniel Plainview se fait un ennemi.

« There Will Be Blood » ou le chef d’œuvre de Paul Thomas Anderson ! Incroyable et passionnant, « There Will Be Blood » est une claque de tous les instants. Superbement écrit et réalisé par un Paul Thomas Anderson très inspiré, ce film est une fresque puissante sur le monde des pionniers du pétrole.

Après une ouverture de film d’un quart d’heure sans dialogue juste à la force des images, Paul Thomas Anderson place son récit au milieu du désert Californien, dans des paysages aussi beaux qu’ils sont froids. Un récit aussi bouleversant qu’il est prenant. Un récit qui ne manquera pas de profondeur, de labeur, de haine, de confrontation, et même de critique envers le mythique American dream. Un récit qui nous immerge totalement et qu’on suit avec énormément d’intérêt, n’en manquant pas une miette, au point qu’on peut se demander où sont passées les deux heures quarante que dure le film.

Magnifique, « There Will Be Blood » l’est aussi visuellement, car en plus d’avoir une photo à tomber par terre et des plans tous plus fous les uns que les autres, avec ce film, le cinéaste retranscrit à merveille l’ambiance de l’époque, aidé de décors fabuleux, et sa mise en scène passionnante. Une mise en scène qui a le souci du détail. Ainsi, tout y est poussé et tenu, en particulier pour les camps de forages, que personnellement, j’ai trouvés particulièrement bien reconstruit. Ce film respire les heures de recherches et le travail derrière pour nous offrir le meilleur et le plus véridique à l’image.

« There Will Be Blood« , c’est aussi une œuvre portée par un Daniel Day-Lewis au sommet ! L’acteur qui joue cet homme avide de pouvoir est tout simplement stupéfiant, au point d’en être méconnaissable en tout et on peut dire que le comédien déjà Oscarisé pour « My Left Foot » en 1994 , n’a absolument pas volé sa deuxième statuette. Son physique, sa démarche, ses mimiques ne semblent pas lui appartenir. Il disparaît totalement derrière ce personnage fort peu attachant et tellement passionnant. Un grand rôle pour un grand acteur.

Face à lui pour incarner le pasteur, Paul Thomas Anderson a fait un choix judicieux en choisissant le jeune Paul Dano (« Little Miss Sunshine« ). Le comédien est à couper le souffle, ses sermons sont dits avec une telle intensité qu’on le croit possédé par ses paroles. Il méritait toutes les récompenses, c’est le grand oublié des Oscars de cette année-là.

Claque incroyable, film passionnant de bout en bout, tenu par des acteurs terrifiants et le tout offert dans un écrin visuellement magnifique et fascinant, « There Will Be Blood » est de ces grands, très grands films, qui marqueront la décennie 2000 à n’en point douter.

Note : 20/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=FeSLPELpMeM[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « There Will Be Blood »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.