décembre 6, 2021

King Kong

De : Peter Jackson

Avec Naomi Watts, Jack Black, Adrien Brody, Andy Serkis

Année: 2005

Pays: Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Allemagne

Genre : Fantastique

Résumé :

New York, 1933. Ann Darrow est une artiste de music-hall dont la carrière a été brisée net par la Dépression. Se retrouvant sans emploi ni ressources, la jeune femme rencontre l’audacieux explorateur-réalisateur Carl Denham et se laisse entraîner par lui dans la plus périlleuse des aventures…
Ce dernier a dérobé à ses producteurs le négatif de son film inachevé. Il n’a que quelques heures pour trouver une nouvelle star et l’embarquer pour Singapour avec son scénariste, Jack Driscoll, et une équipe réduite. Objectif avoué : achever sous ces cieux lointains son génial film d’action.
Mais Denham nourrit en secret une autre ambition, bien plus folle : être le premier homme à explorer la mystérieuse Skull Island et à en ramener des images. Sur cette île de légende, Denham sait que « quelque chose » l’attend, qui changera à jamais le cours de sa vie…

Avis :

Peter Jackson a traversé les années 90 avec de petits films fun et dégueulasses au départ, puis petit à petit, il s’est assagi, offrant un drame d’une poésie cauchemardesque avec « Créatures célestes« . Vers la fin des années 90, sa carrière prend un très large virage. Un virage que l’on disait inadaptable et que Peter Jackson va non seulement réussir avec une incroyable maîtrise, mais en plus, il va faire de ce virage un chef d’œuvre qui marquera le cinéma à jamais. Je parle bien sûr de sa trilogie du  » … Seigneur des anneaux« .

Après sept années de travail acharné et pas moins de dix-sept Oscars plus tard, Peter Jackson est le roi du monde et peut alors faire ce qu’il veut. Et ce que le réalisateur veut, c’est nous raconter l’histoire de « King Kong« . Le voici donc replongé dans un tournage dantesque et si parfois certains remakes seront plus que discutables, le « King Kong » de Peter Jackson va être une véritable merveille. Alors que le film de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack sorti en 1933, un bijou de cinéma lui aussi, ne fait qu’une heure et quarante minutes, Peter Jackson va développer l’univers et l’histoire et il va nous emporter dans une fresque titanesque de plus de trois heures. Trois heures d’un très très grand cinéma d’aventure, d’amour et de passion !

New-York 1933, Ann Darrow est une actrice de talent, dont la carrière a bien du mal à décoller. Un soir, elle se fait engager de manière rapide et étrange par Carl Denham, un réalisateur passionné et ambitieux. Elle embarque le soir même sur un bateau qui est censé partir pour Singapour où Denham doit finir son film. Mais la vérité est tout autre, car Denham a une carte qui amènerait à une mystérieuse île, appelée Skull Island. Cette île, introuvable, serait le dernier endroit inexploré du globe et Denham compte bien la trouver et qu’elle lui serve de décor pour son nouveau film. L’île, qu’il va trouver avec son équipe et l’équipage du navire, va être très différent de ce à quoi il s’attendait et l’aventure dans laquelle il engouffre tout le monde va être bien plus dangereuse et spectaculaire qu’il ne l’avait imaginée.

Le « King Kong » de 1933 est l’une des plus belles merveilles de l’histoire du cinéma et il était presque dangereux de vouloir en faire un remake, même si on ne pouvait que comprendre que Peter Jackson ait eu envie de nous raconter l’histoire fabuleuse entre Ann Darrow et le roi de Skull Island.

Mais comme ce remake vient de Peter Jackson, on gardait une certaine confiance dans le réalisateur et l’on peut dire qu’on a été très loin d’être déçu à l’époque de sa sortie, et même douze ans après sa sortie, cette version de 2005 a encore et toujours le goût des merveilles.

Grand film d’aventure, Peter Jackson s’est totalement réapproprié l’histoire de « King Kong » et nous offre un film de trois heures qui passe comme une heure trente. La réécriture du film est incroyable et se trouve être aussi prenante et géniale que le film de 1933. Ici, Peter Jackson et ses scénaristes développent et approfondissent toute la trame du film de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack tout en respectant scrupuleusement l’original. Ainsi, cette nouvelle version sera aussi bien un hommage qu’un film très différent et adapté à son époque.

Peter Jackson prend tout le temps dont il a besoin dans son entrée de film pour nous présenter l’époque et sa crise, ainsi que chacun de ses personnages. Peter Jackson ne veut pas nous entraîner dans son aventure d’emblée et c’est très bien vu, car pendant plus d’une heure, on apprend à découvrir ses personnages. Pendant cette heure, le réalisateur va aussi petit à petit amener la présence, le mystère et la tension de Skull Island. Une présence qui peu à peu finit par hanter ce navire ainsi que l’espoir et la crainte de plusieurs membres de l’équipage.

Puis arrive la seconde partie, et si Peter Jackson a pris tout son temps, une fois arrivé à cette seconde partie, son « King Kong » ne va plus jamais s’arrêter. Aventures, terreur, mystères, action, bastons (le combat de King Kong avec trois tyrannosaures est un modèle de maitrise et « d’épique » !), allant même chercher dans le film fantastique, bref, Peter Jackson nous entraîne dans un immense film d’exploration.

Un film où les idées de mise en scène sont dingues, la caméra de Jackson touche à la virtuosité, passant inlassablement d’un style à l’autre. Évoluant en permanence, offrant toujours quelque chose d’intéressant à suivre à l’écran, développant encore et toujours l’univers aussi magique que dangereux de Skull Island. Le spectateur reste bluffé et vit cette grande aventure au plus près des personnages. Plusieurs séquences seront même terriblement marquantes et nous imprègnent à jamais. Je pense personnellement à l’espèce de canal dans lequel tombent les personnages. Un canal peuplé d’araignées géantes, de sauterelles géantes et de créatures plus effrayantes que jamais.

On connaît tous l’histoire de « King Kong » et cette version de Jackson dégage comme une fatalité, car tout ici est fait pour que le piège involontaire se referme sur le roi de son île. Développant un peu plus la relation entre Ann Darrow (incroyable Naomi Watts, le choix parfait) et King Kong, Peter Jackson se permettra même d’aller dans un film romantique. Un romantisme qui en sera des plus bouleversants. Un romantisme magique, qui sera aussi une critique lourde de la bêtise de l’être humain, de ses peurs, de son narcissisme, de son envie de tout contrôler pour afficher sa supériorité.

Le « King Kong » de Peter Jackson, c’est aussi un travail incroyable sur l’ambiance, les décors et les effets visuels. Bon, il y a bien quelques séquences qui auront vieilli, mais dans l’ensemble, le film reste visuellement une sacrée claque. King Kong est à la hauteur des attentes. Impressionnant, supérieur et incroyablement incarné par un Andy Serkis qui démontre encore une fois, l’incroyable talent qu’il a.

D’ailleurs, en parlant du casting, on peut dire que Peter Jackson s’est incroyablement bien entouré. Jack Black, Adrien Brody, Jamie Bell, Kyle Chandler, Colin Hanks, Thomas Kretschmann sont parfaits, tout comme les figurants et autres comédiens qui incarnent la tribu barbare de l’arrivée sur Skull Island. Peter Jackson dirige tout ce petit monde à la perfection et chacun, même le plus petit rôle, trouve sa place et se laisse apprécier, même si c’est pour juste mourir dévoré par un poisson-serpent…

On notera aussi la sublime BO de James Newton Howard qui souligne parfaitement les différentes actions et émotions que l’on trouve à l’image. Une BO que l’on prendra même grand plaisir à écouter en dehors même du film, tant les notes de James Newton Howard sont belles.

Ce remake est donc hors du commun. Époustouflant, sublime, superbe, épique, aventureux, incroyable, romantique, bouleversant, bref, les mots manquent pour évoquer les émotions, la fascination et la passion qu’apporte cet immense film.

Le pari était risqué, et même dangereux au vu de la merveille qu’est le film de 1933, et Peter Jackson l’a bien plus que simplement réussi. Il s’est réapproprié « King Kong« , son histoire, son ambiance et ses personnages et il nous a offerts un chef d’œuvre d’aventure et d’amour !

Note : 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=AYaTCPbYGdk[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.