février 9, 2023

Underworld 3 – Le Soulèvement des Lycans

Titre Original : Underworld : Rise of the Lycans

De: Patrick Tatopoulos

Avec Michael Sheen, Bill Nighy, Rhona Mitra, Steven Mackintosh

Année: 2009

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique

Résumé:

Au Moyen-Age, l’équilibre règne entre les Vampires dirigés d’une main de fer par Victor et leurs serviteurs les Lycans. Mais lorsque la fille de Victor s’éprend de Lucian, un Lycan, c’est le début d’une longue guerre sanglante qui continuera jusqu’à aujourd’hui.

Avis:

Il est évident que lorsque l’on tient un filon qui rapporte beaucoup d’argent, on a du mal à le lâcher et on souhaite bien souvent étirer les univers jusqu’à la corde. Parmi les sagas fantastiques les plus lucratives du septième art, on retrouve Underworld, une guerre entre vampires et loups-garous initiée par Len Wiseman au cinéma. Si le premier était une mise en bouche urbaine percluse de clichés, le deuxième opus avait le mérite de s’ouvrir un peu plus et d’offrir des scènes d’action plaisante, même si on sentait que l’univers tournait un peu en rond. Sauf que l’argent étant le nerf de la guerre, un troisième opus vit le jour en 2009 mais ne se posa pas en suite. Le film, préférant jouer sur la sécurité et les origines de cette guerre séculaire, est en fait une préquelle qui narre la naissance de Lucian, l’un des protagonistes principaux du premier, et de son drame suite à son idylle interdit avec Sonya, la fille du chef des vampires. Plus une note d’intention afin de faire du blé qu’un vrai film, Underworld 3 – Le Soulèvement des Lycans est aussi à ce jour la seule et unique direction de Patrick Tatopoulos, qui gérait jusqu’alors les effets spéciaux.

Et ce troisième opus a toutes les scories du premier film. Tout d’abord dans sa réalisation. Si les lycans demeurent bien fichus, (il faut dire que c’est Tatopoulos qui les gère depuis le tout début de la saga) et que les environnements sont plutôt bien exploités, on restera sur notre faim lors des scènes d’action. Shaky cam frénétique, illisibilité de ce qui se passe devant son écran, montage hyper cut et trop rapide pour voir quoi que ce soit, le film ne parvient jamais à se calmer pour montrer les chorégraphies des combats. Même le combat final, entre Sonya et Viktor son père, qui demeure un duel, est mal filmé et rend l’ensemble complètement illisible. Mais ce n’est pas tout, la gestion de la lumière est super mal foutue. Au trois quart de nuit et sous la pluie, Underworld 3 est sursaturé en bleu et noir et les éclairs apportant du blanc sont trop tranchants et font franchement mal aux yeux. Une déception de ce point de vue donc, d’autant plus que certains moments sont carrément cheap, notamment lorsque Michael Sheen regarde au loin en haut du château et que le ciel est incrusté, ou encore lorsqu’il couche avec Sonya, le corps à moitié dans le vide. Tous ces éléments font que ce troisième épisode se révèle moins prenant que le deuxième.

Et c’est bien dommage car au niveau des décors, ce n’est pas trop mal. Le château fait suffisamment gothique et médiéval pour avoir une entité propre même si on ne le voit pas suffisamment en entier. Les costumes sont plutôt jolis et représentent bien les différentes castes. Mais ce sera bien les seules choses à sauver de ce film, si ce n’est une action quasi frénétique et des moments plutôt intéressants comme la manipulation de certains pour accéder au trône comme l’infâme Tanis.

Malheureusement, dès le départ le projet aurait dû mettre la puce à l’oreille des producteurs sur son échec scénaristique. Faire une préquelle, pourquoi pas? Mais pourquoi se centrer sur la naissance de Lucian, alors mort et absent du deuxième épisode, et pourquoi raconter son histoire d’amour interdite avec Sonya alors que l’on a déjà vu les images sur les précédents épisodes. Le film perd tous ses enjeux dramatiques dès l’évocation du pitch puisque tout le monde sait comment va se finir l’histoire et les raisons de la mort de Sonya. Ainsi, le film n’a aucun sens si ce n’est de surfer sur une franchise lucrative et d’attirer un public en manque de fantastique durant une période de vache maigre. D’autant plus que de ce scénario, Patrick Tatopoulos n’en fait pas grand-chose, ne livrant rien de sulfureux, ni de touchant et ce ne sont pas les prestations catastrophiques de Rhona Mitra et de Bill Nighy, en perpétuel surjeu et tout en grimaces, qui vont rattraper le coup. Seul Michael Sheen semble convaincu par son rôle qu’il interprète avec justesse.

L’autre gros reproche que l’on peut faire au scénario, c’est de ne proposer que de simples allers-retours entre la forêt qui entoure le château et le château lui-même. C’est bien simple, le film débute avec l’arrivée de Sonya dans l’enceinte du château, puis Lucian lance une rébellion pour partir dans les bois avant de revenir au château pour tenter de sauver Sonya. Il n’y a aucune volonté de grandeur dans ce film et cela se ressent dans tous les plans et dans toutes les actions. Les lieux sont similaires, les enjeux sont minimes et surtout, l’histoire d’amour est expédiée manu militari sans que l’on ressente de l’empathie pour les personnages. En fait, Underworld 3 manque de tout et se sauve seulement avec sa courte durée et son action généreuse mélangeant à quelques fulgurances gores comme ce pauvre lycan tranché en deux.

Au final, Underworld 3 – Le Soulèvement des Lycans est un film en deçà des deux premiers. Déjà que ce n’était pas bien reluisant (mais que l’ensemble faisait quand même le taf, à savoir divertir son public), ce troisième opus enfonce la saga dans un domaine trop cheap et surtout sans envie de grandeur. On a la désagréable sensation de regarder un blockbuster qui n’a aucune ambition et qui fait le minimum syndical, préférant jouer sur son nom que sur sa qualité. Bref, un film sans intérêt, qui détient quelques bonnes idées, mais qui part avec une histoire connue de tous et qui n’a pas le moindre intérêt d’être mis en scène.

Note: 08/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=EGlVyJk8mio[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.