novembre 30, 2021

La Fracture – Gilets Jaunes et Crise Hospitalière

De : Catherine Corsini

Avec Pio Marmai, Valeria Bruni Tedeschi, Marina Foïs, Aïssatou Diallo Sagna

Année : 2021

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Raf et Julie, un couple au bord de la rupture, se retrouvent dans un service d’Urgences proche de l’asphyxie le soir d’une manifestation parisienne des Gilets Jaunes. Leur rencontre avec Yann, un manifestant blessé et en colère, va faire voler en éclats les certitudes et les préjugés de chacun. À l’extérieur, la tension monte. L’hôpital, sous pression, doit fermer ses portes. Le personnel est débordé. La nuit va être longue…  

Avis :

Réalisatrice française, Catherine Corsini est une auteure qui exerce depuis la fin des années 80. Si au départ, elle se passionne pour le métier d’actrice, ce sera finalement vers la réalisation qu’elle se tourne. Oscillant entre les genres, enchaînant les films qui trouveront plus ou moins de succès, Catherine Corsini fait partie de ces cinéastes dont finalement, on n’entend jamais vraiment parler et qui pourtant sont passionnants. Ainsi, des films comme « La répétition« , « Un amour impossible« , « Les ambitieux« , « Partir » ou encore « La belle saison« , méritent qu’on s’y arrête.

Et en parlant d’arrêt, son dernier film en date, « La fracture« , mérite bien lui aussi qu’on se pose dans une salle de cinéma. Très différent de tout ce que la cinéaste a pu faire jusqu’à aujourd’hui, pour son onzième long-métrage, Catherine Corsini s’arrête sur une période compliquée de « l’histoire récente ». Livrant un film très riche qui oscille entre le drame, la critique de société et la comédie, Catherine Corsini avec sa « … fracture » nous entraîne dans une œuvre politique, cliché d’une époque, qui se pose comme un huis clos mouvementé, qui parfois en fera un peu trop dans son scénario, mais qui n’en demeure pas moins intéressant et prenant de bout en bout.

Rafaëlle et Julie sont au bord de la rupture. Après une chute dans la rue, ce soir-là, les deux femmes « terminent » aux urgences d’un hôpital parisien. Elles vont alors y rencontrer Yann, un gilet jaune en colère, qui vient d’être blessé à la jambe. Alors que les urgences se remplissent, que dans les rues la tension ne fait qu’augmenter, cette nuit, qui s’annonçait comme une autre, va finalement se faire très longue.

Après s’être aventuré à raconter une histoire d’amour toxique, Catherine Corsini est de retour dans les salles obscures pour un nouveau film, qui cette fois-ci se pose comme une photographie d’une époque difficile et complexe. Particulièrement riche (peut-être même un peu trop d’ailleurs), « La fracture » est un film qui va en l’espace d’une nuit aborder un grand nombre de sujets et se poser comme un chronique et critique de société.

Écrit par Corsini elle-même, « La fracture » est un film qui abordera aussi bien la crise des gilets jaunes, que la crise de l’hôpital, ou encore une crise de couple. Nous enfermant dans les couloirs des services des urgences, fait de discussions animées et de rebondissements qui vont dresser un constat difficile, « La fracture » porte très bien son titre tant cette fracture se ressent dans chaque scène ou presque. Cette « … fracture« , c’est celle de bien des personnages. Cette « … fracture« , c’est celle d’un homme en colère, qui aimerait une vie moins complexe, une vie dans laquelle il espérerait faire autre chose que « survivre ». Cette « … fracture« , c’est celle d’un couple en crise, qui se trouve être déconnecté d’une réalité. Cette « … fracture« , c’est celle de l’hôpital publique, qui survit avec des restrictions toujours plus difficiles. Cette « … fracture« , c’est celle de CRS qui ne comprennent plus les ordres d’en haut. Bref, cette « … fracture« , dans une plus ou moins grande mesure, se fait sentir dans toutes les classes, tous les milieux, tous les métiers et au-delà de ça, avec ce film, Catherine Corsini dresse un constat, celui d’une France qui se fissure petit à petit.

Une France qui ne s’écoute plus, une France en révolte et sous tension. Alors bien sûr, tout n’est pas juste et comme je le disais plus haut, dans cette longue nuit mouvementée, il arrive que le scénario en fasse un peu trop dans ses rebondissements. Certes, chacun des rebonds de cette intrigue est là pour dresser le constat que la metteuse en scène veut faire, et si bien souvent, elle arrive à trouver un juste milieu, d’autre fois, un peu plus de subtilités aurait été le bienvenu, car certains des événements poussent le film vers une caricature.

« La fracture« , comme je le disais, est un film très différent de ce que Catherine Corsini a l’habitude de faire. Ici, la réalisatrice sort radicalement de sa zone, et s’aventure dans un film qui a réuni tous les ingrédients d’une cocotte-minute. Huis clos sous tension, au fur et à mesure que les heures passent dans ce service d’urgence, on sent vraiment une corde qui se tend et l’ensemble ne demande qu’à exploser. Très réaliste dans son ambiance, sombre, difficile parfois, Catherine Corsini a la géniale idée d’injecter aussi beaucoup de comédie à travers les déboires d’un couple, et ce ton plus léger, si l’on peut dire, fait du bien, car il évite au film de tomber dans le pathos ou le plombant. Avec cette « … fracture« , Catherine Corsini fait évoluer son cinéma et livre là, à coup sûr, son film le plus difficile, aussi bien dans ses intrigues qui ne cessent de se croiser, que dans sa mise en scène, qui arrive à nous tenir tout du long, sans rien lâcher, imposant parfois des scènes percutantes.

Enfin, « La fracture » est un film qui est parfaitement tenu par ses acteurs. Si au départ, face à toute cette colère, on peut avoir des craintes, celles de tomber dans un film qui gueule en permanence, très vite Corsini et ses comédiens affinent les personnages et l’on se plaît à suivre cette tripotée d’acteurs tous plus excellents les uns que les autres. Après, si Marina Foïs, Valeria Bruni Tedeschi et Pio Marmai sont remarquables, il faut bien dire qu’il y a une comédienne qui s’envole au-dessus des autres. Une jeune comédienne dont c’est le premier film et elle crève tout simplement l’écran. Cette comédienne, c’est Aïssatou Diallo Sagna et elle tient le rôle d’une infirmière en grève, qui enchaîne les heures, au sein d’un hôpital qui craque petit à petit.

Au sein de sa filmographie, Catherine Corsini a toujours aimé s’aventurer sur des sujets de société et à travers eux, livrer des films politiques, qui dans une plus ou grande mesure, peignaient la société française. Avec « La fracture« , la cinéaste s’aventure autre part, et livre là son film le plus percutant. Récit d’une nuit très mouvementée, avec cette « … fracture« , Catherine Corsini dresse les portraits d’une France qui va mal. Une France précaire, où chaque personnage et chaque service de l’état sont impactés, et si parfois le scénario pousse à l’extrême, sur son ensemble, « La fracture » est une œuvre aussi passionnante que percutante.

Note : 14,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.