janvier 28, 2022

Evil Dead

evil-dead-affiche

De : Fede Alvarez

Avec Jane Levy, Shiloh Fernandez, Lou Taylor Pucci, Jessica Lucas

Année : 2013

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Mia a déjà connu pas mal de galères dans sa vie, et elle est décidée à en finir une bonne fois pour toutes avec ses addictions. Pour réussir à se sevrer de tout, elle demande à son frère David, sa petite amie Natalie et deux amis d’enfance, Olivia et Eric, de l’accompagner dans la cabane familiale perdue au fond des bois. Dans la cabane isolée, les jeunes gens découvrent un étrange autel, et surtout un livre très ancien, dont Eric commet l’erreur de lire un passage à haute voix. Les plus épouvantables des forces vont se déchaîner sur eux…

Avis :

Sam Raimi est un réalisateur de génie. Quand on fait un premier film aussi marquant et violent que Evil Dead, on ne peut qu’avoir un talent certain. Sa filmographie parle d’elle-même d’ailleurs, avec des métrages excellents comme Un Plan Simple, Jusqu’en Enfer ou encore Mort sur le Grill. Evil Dead aura d’ailleurs soulevé pas mal de foule, aura droit à un remake quelques années plus tars par le même réalisateur, mais avec plus de moyens, et il est devenu avec le temps, un film culte dans le domaine de l’horreur. La mode étant aux remakes ou aux reboots, il n’était pas improbable de voir débouler un nouveau Evil Dead. Mais chose surprenante, on confie le projet à un jeune réalisateur qui s’est fait remarquer avec un court métrage percutant. Mais maintenant, difficile de concurrencer le grand Sam Raimi. Alors Fede Alvarez a-t-il des corones suffisantes pour relever ce défi ? Le film est-il à la hauteur de nos espérances ? Allons faire un petit tour dans la cabane au fond des bois.

Elizabeth-Blackmore-in-Evil-Dead-2013

On se paye une petite tranche ?

Si l’on doit comparer les deux œuvres, on est presque dans le similaire. A une différence près, c’est que Fede Alvarez a voulu inclure quelque chose de neuf, dans l’air du temps, une addiction à la drogue de la part de l’héroïne/méchante. En gros, son frère et sa petite amie vont rejoindre sa sœur et deux amis d’enfance pour l’aider à combattre son addiction à la drogue. Seulement, une odeur fétide se répand dans la cabane en bois familiale et en fouillant le sous-sol, nos personnages trouvent des chats pendus avec du barbelé et un livre dans un sac poubelle noir et du barbelé. Bien évidemment, le benêt de service va ouvrir le livre, et lire à voix haute un passage, libérant un démon qui prend possession des corps. Le cauchemar va alors commencer, les scènes gores se succéder et la survie devient l’enjeu principal. Le problème, c’est qu’en voulant rendre hommage au film de Sam Raimi, on se retrouve devant un film relativement vide de sens, où les dialogues stupides s’enchainent et où l’arrivée d’un démon est dû à un débile qui lit à voix haute un livre occulte et caché. La situation devient cocasse surtout quand on voit que le débile en question lit en mettant l’intonation. A ce moment là, on se retrouve dans quelque chose de grotesque où seul le gore compte sans grands effets de style, ni envie de faire quelque chose de nouveau.

Mais finalement, on peut laisser passer cet affront qui fait passer le petit américain pour un gros débile lisant à voix haute un passage d’un livre relié en peau humaine et enfermé sous fils barbelés et sac plastique au fond d’une cave dans une vieille cabane perdue au fond des bois. L’autre gros défaut du film, c’est que tous les acteurs sont vraiment mauvais, ou tout du moins mal dirigés. Si Jane Levy s’en sort à peu près grâce à un maquillage plutôt efficace, elle devient ridicule, notamment lors de la scène où elle parle à voix basse à son frère, jouant grossièrement la peur et la folie. Shiloh Fernandez, déjà vu dans Dead Girl, un film où deux jeunes s’amusent à violer une femme zombie bien foutue, joue ici David, le grand frère et il possède le charisme d’une pomme de pin. Le beau gosse de service peine à nous faire verser une larme et il demeure très peu convaincant. La faut surement à un personnage sans relief, garagiste de son état mais qui possède aussi des notions en réanimation des morts vraisemblablement. Mais le pire du pire, c’est résolument Lou Taylor Pucci, que l’on a pu voir dans l’intéressant mais mou Infectés, qui s’en prend plein la gueule durant tout le film sans broncher, sans jouer la douleur, sans crier et qui reste un moment debout. Cela aurait certainement fonctionné avec Sam Raimi, qui donne toujours un ton humoristique dans ses films, mais comme dans ce Evil Dead nouvelle mouture, tout est au premier degré, rien ne fonctionne. Les deux autres nanas sont plutôt risibles et inintéressantes.

evil dead remake deadite

Quand on vous dit que la drogue c’est de la merde !

Cela étant dit, on reste dans l’air du temps. On nous présente des personnages qui pourraient jouer dans Les Anges de la Téléréalité tellement ils sont antipathiques. Mais le pire du pire dans tout ça, c’est la compréhension qui est mâchouillée jusqu’à la moelle pour le spectateur idiot. L’introduction ne sert à rien, à part montrer une direction très gore et sans concession, mais c’est surtout l’explication grossière qui en découle, comme si l’être humain avide d’horreur était un débile profond. Tout n’est pas à jeter non plus dans ce film qui est plus un hommage à Sam Raimi qu’un remake pur et dur. La réalisation et la photographie sont très belles, on voit que Fede Alvarez maîtrise l’outil et qu’il n’est pas un manchot. On peut rechigner sur le fait que l’image soit trop propre et que le film de Raimi possède un véritable grain, il faut être honnête, ce Evil Dead version 2013 est savamment mis en scène. On regrettera cependant une absence concrète de prise de risque et l’absence d’une ambiance prégnante et angoissante, voire brumeuse, comme celle du premier. Alors certes, les décors sont assez beaux, assez lugubres, mais il manque ce petit côté fantastique, un peu lugubre et lourd qui régnait vraiment dans le film de Sam Raimi.

Le gros point fort du film provient bien entendu du gore. Alors là, on est servi et ça y va à fond. Vous vouliez du grand guignol sur grand écran, alors vous allez être servi. Entre de multiples démembrements, des coups de clous dans la gueule, de l’arrachage de peau avec du verre, du dégueulis sanguinolent ou encore une pluie rouge sang, on en prend plein la trogne. Alors c’est plutôt bien fait et le parti pris de Fede Alvarez de revenir vers des effets old school avec maquillage et mannequin est une très bonne chose. Tout cela a de la gueule, mais c’est bien tout et il faut avoir peu d’ambition pour penser réjouir les foules avec du gore pour du gore sur grand écran. Le plus gros problème avec ce gore, c’est que les prestations des acteurs et actrices sont affligeantes. On a l’impression qu’à aucun moment ils ont mal et cela nuit vraiment à la crédibilité des blessures. La musique est plutôt pas mal, mais là encore, pourquoi mettre des sonorités d’alarme incendie lors de la bataille finale alors que l’on est perdu dans les bois. Si cela rajoute un sentiment d’urgence et d’oppression, on a quand même une grosse rupture avec l’environnement perdu. D’autant plus que le film n’est pas terrifiant, il ne fait pas peur puisqu’il se contente d’aligner des scènes gores. On rigolera plutôt du sort de certains protagonistes.

EvilDead2013_RedBand1_1

Je pense qu’il est grand temps de changer les lames du rasoir…

Au final, Evil Dead est loin d’être une purge grâce à ses effets spéciaux et gores très convaincants et au rythme soutenu qui démarre tambour battant. La réalisation de Fede Alvarez est loin d’être dégueulasse même si cela manque d’initiative. Néanmoins, le scénario indigent, les dialogues stupides et les acteurs mauvais rendent le film moins intense qu’il n’y parait et on se retrouve face à un beau projet qui manque d’ampleur et qui se contente de son statut de film gore et trash. C’est dommage, on en attendait plus et il est difficile de se réjouir face à simplement du gore craspec sur grand écran. On attend encore le film gore doté d’un scénario solide et de personnages charismatiques et crédibles.

Note : 12/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=hpDR9P52Jc8[/youtube]

Par AqME

cobra-original-1-290x290Note de Casey Slyback: 15/20 inespéré de voir du gore de cette qualité de nos jours sur grand écran, de plus ce remake est convaincant

316356_10201093379436910_1464413393_nNote de Trasher: 17/20 Evil Dead version 2013 ne fait pas peur pour un sou, mais est diablement efficace. Alvarez est un réal à suivre de très près

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.