janvier 21, 2022

Je Suis un Soldat

12087542_1175167459163328_2112173841_n

De : Laurent Larivière

Avec Louise Bourgoin, Jean-Hugues Anglade, Anne Benoit, Laurent Capelluto

Année : 2015

Pays : France, Belgique

Genre : Drame

Résumé :

Sandrine, trente ans, est obligée de retourner vivre chez sa mère à Roubaix. Sans emploi, elle accepte de travailler pour son oncle dans un chenil qui s’avère être la plaque tournante d’un trafic de chiens venus des pays de l’est. Elle acquiert rapidement autorité et respect dans ce milieu d’hommes et gagne l’argent qui manque à sa liberté. Mais parfois les bons soldats cessent d’obéir.

Avis :

Entre 1999 et 2011, Laurent Larivière a réalisé en tout six courts-métrages. Des courts-métrages qui ne sont pas passés inaperçus dans les différents festivals auxquels ils ont été présentés, et certains ont même été primés. Après des années de travail et d’investissement, le réalisateur a enfin pu passer à la réalisation de son premier long métrage. Un long-métrage dont il a écrit le scénario en pensant à Louise Bourgoin, le réalisateur ne voulait personne d’autre.

« Je suis un soldat » est le genre de film que l’on n’attendait pas et qui pourrait en surprendre plus d’un. Petit film qui oscille entre le drame, le social, et le thriller, Laurent Larivière démontre une envie de nous offrir autre chose que ce que le cinéma français nous sert d’ordinaire, et ce « Je suis un soldat » a son petit charme et ses petites scènes rudes, qui devraient faire passer un moment aussi agréable que dérangeant aux spectateurs qui se laisseront tenter par ce premier film.

12077286_1175167575829983_1874003793_n

Sandrine, la trentaine, a perdu son emploi. Depuis, c’est le parcours du combattant, entretiens sur entretiens, elle n’arrive plus à joindre les deux bouts. Alors Sandrine rend les clefs de son appartement et quitte la capitale pour revenir vivre chez sa mère à Roubaix. Sur place, elle trouve du travail chez son oncle Henri qui tient un chenil. Le job est ingrat, mais qu’importe, Sandrine veut retrouver sa liberté. Mais ce job, si innocent au départ, va très vite devenir autre chose, car elle va se rendre compte que son oncle a monté son chenil autour d’un trafic de chiens qui viennent de l’est. Très vite Sandrine s’impose dans le milieu.

Ce que j’ai beaucoup aimé avec le film de Laurent Larivière, c’est qu’il a réussi à me surprendre avec une intrigue qui évolue en permanence. Le film commence de manière très familière. L’histoire suit une jeune femme de trente ans qui a tout perdu, et qui se sent terriblement mal et honteuse de retourner vivre chez sa mère. Mais là où le film change de registre, c’est une fois la proposition de travail chez l’oncle acceptée. Dès lors, le film va être un parcours. Alors certes, un parcours comme on en voit très souvent, avec découverte, réussite et réalité, mais un parcours plutôt étonnant dans son sujet, ainsi que par la maîtrise de son réalisateur et l’audace de son actrice. Très vite, le film devient inquiétant, l’atmosphère peut faire penser à un thriller. Le réalisateur joue avec l’ambiance, il assombrit le tout, et il arrive même à nous mettre mal à l’aise parfois. Avec « Je suis un soldat« , Laurent Larivière va prendre la « détresse » d’une jeune trentenaire pour parler aussi bien d’elle, de sa génération, que des trafics de chiens, et toute l’organisation qu’il y a autour. Du prix du kilo aux faux carnets de vaccination, en passant par le jeu du chat et de la souris avec la police, Laurent Larivière a bien bossé son sujet et pour un premier film, « Je suis un soldat » est aussi couillu qu’abouti.

Malheureusement, même si le film est bon, il souffre aussi de quelques petites longueurs qui ont tendance, parfois, à faire retomber le tout. Parfois, le film tombe aussi dans le misérabilisme familial et c’est dommage, car là aussi ça peut faire retomber le tout. Ce qui est étonnant, c’est que le réalisateur tient un sujet excellent dont on ne parle pas souvent, voire même jamais, et il l’emporte avec conviction, mais pourtant, il faut qu’il développe quelques petites intrigues à côté qui ne servent pas l’histoire, comme les problèmes de boulot de la mère ou les angoisses du beau-frère. C’est dommage, car bien souvent, on ne comprend pas ce que cela fait ici et où le réalisateur veut en venir. Le réalisateur aurait dû plus se concentrer sur son intrigue autour du trafic et la relation qui unit Sandrine à son oncle et le regard que la jeune femme jette dessus, cela aurait été plu pertinent.

Comme dis plus haut, Laurent Larivière a écrit cette intrigue en pensant à Louise Bourgoin. Un choix étonnant, car on a rarement vu l’actrice dans un tel rôle, mais Louise Bourgoin est vraiment très convaincante et trouve là son meilleur rôle. Sandrine est sincère, drôle, émouvante et elle nous ressemble, même si elle va faire des choix assez contestables et le regard de Louise Bourgoin, son jeu et son investissement concluent le beau travail engagé par Laurent Larivière. Pour jouer la grosse brute au cœur tendre, le réalisateur a fait appel à Jean-Hugues Anglade qui est l’oncle, et même si personnellement, je trouve son choix facile, à aucun moment, on ne peut dire que l’acteur est mauvais, il est même assez étonnant dans sa dernière scène. Laurent Capelluto apportera un petit côté drôle à l’intrigue et enfin, on découvre Nathanaël Maïni.

12162892_1175167562496651_881648320_o

De par certains de ses choix, de par son intrigue, ses sujets, ou encore son casting, le premier film de Laurent Larivière est un bon moment qui laisse à penser à un bel avenir pour le réalisateur. Sans être mémorable ou même indispensable, pour les causes évoquées plus haut, « Je suis un soldat » vaut tout de même son petit coup, du moins pour ceux qui auront la chance que leur cinéma le programme, car je crains fort qu’il soit assez peu distribué.

Note : 13/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=mOHgZxSKdW0[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.