mai 16, 2021

Devil Inside

DI_Billing_RATED

Titre Original: The Devil Inside

De : William Brent Bell

Avec Fernanda Andrade, Simon Quarterman, Evan Helmuth, Suzan Crowley

Année : 2012

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Un soir de 1989, la police reçoit un appel d’une certaine Maria Rossi qui reconnaît avoir sauvagement assassiné trois personnes. Vingt ans plus tard, sa fille, Isabella cherche à comprendre ce qui s’est vraiment passé cette nuit-là. Elle se rend en Italie, à l’hôpital Centrino pour psychopathes où Maria est enfermée, pour savoir si sa mère est déséquilibrée ou possédée par le diable. Pour soigner la démente, Isabella fait appel à deux jeunes exorcistes qui utilisent des méthodes peu orthodoxes, mêlant la science et la religion. Ils devront alors affronter le Mal absolu qui a pris possession de Maria : quatre démons d’une puissance redoutable…

Avis :

Initialement lancé par Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato, le found-footage ou Documenteur en français a connu un petit vent de fraîcheur avec le très surestimé Projet Blair Witch. Il faudra par la suite attendre quelques années pour revoir ce genre prospérer et proliférer, notamment grâce à un marketing et un buzz éhonté sur le premier film de la saga Paranormal Activity. Rameutant une pléiade de jeunes puceaux en matière de film d’horreur, le found-footage se veut plus réaliste, et donc plus effrayant. Malheureusement, comme on a pu le voir, la majorité des films ne sont que des daubes honteuses qui ne font ni peur, ni envie. On pourra citer Apollo 18, ennuyeux au possible, Atrocious, qui ne raconte que du vent ou encore les derniers Paranormal Activity, vide de sens. Après, les araignées de l’espace, la schizophrénie, ou encore les démons invisibles, c’est logiquement que l’exorcisme arrive avec son petit documentaire tout moisi. Car oui, The Devil Inside, c’est de la merde. Mais pourquoi suis-je si méchant ? Allons faire un petit tour à Rome.

Box-office-US-du-8-janvier-The-Devil-Inside-exorcise-Tom-Cruise_image_article_paysage_new

Consulte le kamasutra, je ne suis pas sûr qu’elle y soit cette position…

Quand on parle de found-footage, il faut bien évidemment mettre en avant le côté secret, document officiel que personne ne veut révéler, et pourtant, ça tombe dans nos salles de cinéma. Ca commence mal, on nous prend pour des cons ! On va donc voir une jolie jeune femme qui veut faire un documentaire sur sa mère. En effet, il y a 25 ans, cette maman aurait buté trois personnes lors d’un exorcisme la visant. Internée à Rome dans un centre spécialisé, sa fille souhaite véritablement voir si sa mère est possédée et surtout voir comment se déroulent les exorcismes. Sur place, elle rencontre deux jeunes prêtres qui veulent bien lui venir en aide et qui lui montre un exorcisme. Le sujet en lui-même aurait pu être intéressant, si l’on avait pas déjà vu cela des millions de fois et cela fait quelques années que l’on se tape des films de possession à tire larigot. Ici, il n’y a rien de neuf, une mère folle et scarifiée de croix à l’envers, deux prêtres inexpérimentés agaçants, une jolie héroïne qui va en prendre plein la gueule et un caméraman débile. Bref, tous les clichés sont réunis et l’ennui va vite prendre le dessus devant autant de maladresse et de bêtises. Parce qu’il faut se rendre à l’évidence, le film ne raconte rien et surtout, on voit la négligence des scénaristes et du réalisateur en proposant une fin brusque et complètement débile.

Alors que certains films de possession sont vraiment effrayants et imposent une ambiance lourde et glauque, comme La Malédiction de Richard Donner ou encore L’Exorciste de William Friedkin, The Devil Inside se contente de resucer les codes déjà établis et ne force pas le côté ambiance. Il faut dire que le film n’a rien pour lui, avec un scénario faible et inexistant. Se basant sur des scare jump à tout bout de champ, le film ne surprend plus et se révèle parfois grotesque, comme le passage du cours d’exorcisme avec la vidéo qui est censée faire peur ou encore la fameuse scène de la contorsionniste. Mais si l’on doit pousser le vice encore plus loin, il aurait été facile et peut-être intéressant de voir le côté religieux et tabou au sein de l’église par rapport à l’exorcisme. Hors, le sujet est vite éludé avec deux ou trois dialogues sur la volonté de cacher ses phénomènes pour ne pas apeurer la populace. Du coup, tout cela reste très superficiel, rattaché à une seule personne et dans laquelle on n’attache que très peu d’importance. Messieurs les scénaristes, il ne suffit de mettre en avant un beau cul pour qu’on l’apprécie ! Et j’ai même envie de dire que tout cela sent l’esbroufe et le coup marketing à plein nez, avec un film fait à la va-vite pour surfer sur deux vagues, celle du documenteur et de l’exorcisme/possession.

images

PPPPPoooooooooooouuuuuuuurrrrrrrqqqqqqqqqquuuuuuuuooooooooiiiiiii ??????? J’ai joué dans ce film de merde !!!!!!!

Et encore une fois, les acteurs ne font rien pour sauver le film du naufrage. Il doit être de plus en plus difficile de recruter des acteurs bankable pour faire ce genre de métrage, déjà que le genre horrifique est assez pauvre en matière d’acteurs expérimentés, alors pour faire du found-footage… C’est donc avec des acteurs peu connus qu’il va falloir se faire les dents. En tête de liste, nous avons la belle Fernanda Andrade, qui joue le rôle de la nana qui souhaite retrouver sa mère. Bien que mignonne, elle joue comme une patate, surjouant toutes les émotions et ne suscitant aucune empathie, ce qui est problématique quand est l’héroïne d’un film. Mais finalement, ce n’est pas elle la pire, on va plutôt se concentrer sur la mère, véritable tronche de cake, qui ressemble plus à Régine après un soir de murge qu’à une femme possédée par un démon très puissant. Se révélant plus drôle qu’effrayante, elle va nous faire rire au lieu de nous faire peur, ce qui est comble. Du côté masculin, c’est à peu de chose près la même chose. Parmi les deux prêtres, un seul reste assez crédible, notamment lors d’une scène de baptême, mais le second, le plus maigre est assez risible et ne dégage rien du tout. Enfin, le caméraman demeure assez nuisible et pénible, notamment dans ces réflexions. Bref, ce ne sont pas les acteurs qui sauveront le film du naufrage.

Mais le pire dans tout ce marasme, c’est le vide sidéral qui émane du film. Le film n’est même pas creux, il est abyssal tellement il ne dénonce rien et ne transmet rien. Voulant être sulfureux auprès de l’église et de la religion, il ne fait qu’effleurer cet aspect. Voulant faire peur à grand renfort d’effets de surprise et de déplacements rapides, il ne fait que reprendre des choses déjà vues mille fois dans d’autres films. Voulant être un faux documentaire, il arrive à se parodier lui-même en offrant une fin inutile et surtout en osant un gros coup marketing avec un site internet à aller voir si on souhaite en savoir plus. Mais de qui se moque-t-on ? Alors bien entendu, après, certaines personnes pourront dire qu’il fait peur, surtout avec la scène d’exorcisme dans la cave, histoire de rajouter un lieu sombre et glauque, où une jeune femme se fait craquer les os, mais c’est tellement mal mis en scène que cela n’est pas crédible une seule fois. Bref, on se fait chier et le film ne pense qu’à surfer sur une vague de succès plus ou moins mérités. Le pompon revient bien entendu à la bonne sœur aveugle que l’on voit un quart de seconde et qui a droit à sa gueule sur un poster du film ! A croire que c’est la seule chose effrayante que les producteurs aient trouvé dans ce film !

zz father david possessed The-Devil-Inside1

Merde, il est allergique à la pénicilline !

Au final, The Devil Inside est un film merdique, qui ne sert à rien et qui n’apporte rien au cinéma de genre. Ah si, pardon, il démontre une volonté de fer de se faire du fric au dépend de la qualité et espère arnaquer des jeunes personnes avides de sensations fortes en faisant le minimum. Il faut croire que c’est la crise même dans l’industrie du cinéma discount. A ranger à côté de Atrocious, dans la catégorie des films vides et inutiles !

Note : 03/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.