mai 25, 2024

Cendrillon – Sans Ame ni Imagination

350162.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original : Cinderella

De : Kenneth Branagh

Avec Lily James, Cate Blanchett, Richard Madden, Holliday Grainger, Sophie McShera, Helene Bonham Carter, …

Année : 2015

Pays : Etats-Unis

Genre : conte de fée

Scénario : Aline Brosh McKenna, Chris Weitz

Résumé :

Le père de la jeune Ella, un marchand, s’est remarié après la mort tragique de la mère de la jeune fille. Pour l’amour de son père elle accueille à bras ouverts sa nouvelle belle-mère ainsi que ses deux affreuses filles. Mais lorsque le père d’Ella disparaît à son tour, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle famille, jalouse et cruelle. Les trois méchantes femmes font d’elle leur servante, et la surnomment avec mépris Cendrillon. Pourtant, malgré la cruauté dont elle est victime, Elle est déterminée à respecter la promesse faite à sa mère avant de mourir, elle sera courageuse et bienveillante…

Avis :

Les adaptations live sont depuis quelques temps devenues monnaies courantes. Après le surprenant Maléfique, nous sommes en droit de nous attendre au meilleur, d’autant que c’est Kenneth Branagh derrière la caméra, réalisateur capable du meilleur (Frankenstein, Hamlet, …), comme du pire (Thor).

046767.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ce qui fit le succès de Maléfique, c’est la nouveauté de son propos. Plutôt que nous recycler bêtement la Belle au Bois Dormant, on a droit à une vision totalement nouvelle du conte originel loin des simples adaptations sans charme ni âme que sont en règle générale les adaptations live de dessins animés (les 101 dalmatiens pour ne citer que celui-là).

Et force est de constater que ce Cendrillon version 2015 se classe dans cette catégorie de péloche sans âme, insipide, remplie de guimauve et autre mièvrerie. Même s’il est clair que le film s’adresse clairement aux petites filles de 6 à 10 ans, les adultes dans la salle baillent d’ennui tant tout est absolument prévisible dans ce film. Evidemment, on connait tous l’histoire, mais ce qu’il manque cruellement à ce film, c’est la vision personnelle de son réalisateur. Ajoutez à ça une imagerie kitsch à crever et vous obtiendrez un film très difficile à digérer.

Dans le rôle-titre, Lily James (Downton Abbey, La colère des titans, …) est parfaitement imbuvable. Son personnage de grande gentille qui ne se rebellera jamais n’est absolument pas crédible, mais surtout irritant au plus haut point. Cate Blanchett (Le seigneur des anneaux, Aviator, …) est, quant à elle, excellente et porte le film à elle seule car il faut bien avouer que les autres rôles ne volent pas bien haut (entre la stupidité exaspérante des deux sœurs (Holliday Grainger, Sophie McShera) et la niaiserie du prince (Richard Madden). Seule éclaircie parmi les seconds rôles, la brève mais hilarante apparition d’Helena Bonham Carter (Fight Club, Sweeney Todd – Le diabolique Barbier de Fleet Street, …) est une véritable bouffée d’air frais dans ce film si convenu.

Si les décors sont très beaux et les costumes réussis, s’il y a bien une chose dont on était en droit d’espérer un grain de folie, c’est bien avec les effets spéciaux (la transformation du carrosse, les souris, …) mais même ici, les effets numériques se révèlent plats et par moments parfaitement hideux. Sans parler des dialogues tous aussi prévisibles et niais les uns que les autres.

392013.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Cendrillon est un copier-coller du dessin animé de 1950, ni plus ni moins. Cette adaptation n’a pas la moindre ambition et c’est bien là le problème majeur car l’enjeu est connu depuis le début et peine à captiver. Un film convenu qui souffre d’un cruel manque de personnalité et d’un sentiment de déjà-vu dont on attendait plus de folie de la part de Disney qui nous avait habitué à tordre le cou au mythe et à moderniser ses adaptations (Alice au Pays des merveilles, Maléfique, …).

La magie n’opère tout simplement pas, un comble pour ce genre de film et ceux qui comme moi pensaient que la présence derrière la caméra d’un cador comme Kenneth Brannagh allait apporter une plus-value au film n’en furent que plus déçus. On est en droit d’avoir peur pour la future adaptation de …. Dumbo par Tim Burton (au point où on en est me direz-vous).

Note : 08/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=EvLwP5SXbIA[/youtube]

Par Trasher

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.