janvier 16, 2022

New York Stories

18659415.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Martin Scorsese, Francis Ford Coppola, Woody Allen

Avec Nick Nolte, Rosanna Arquette, Patrick O’Neal, Steve Buscemi

Année : 1989

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie Dramatique

Résumé :

3 sketchs qui ont pour cadre la ville de New York : Apprentissages (Life Lessons) de Martin Scorsese : Tandis qu’il se sépare de sa compagne et assistante, un peintre prépare une exposition. / La Vie sans Zoe (Life Without Zoe) de Francis Ford Coppola : Une fillette de 12 ans, qui vit dans un palace, découvre une boucle d’oreille offerte par une princesse à son père. / Le Complot d’Oedipe (Oedipus Wrecks) de Woody Allen : Lors d’un spectacle de magie, la mère envahissante de Sheldon disparaît. Mais son visage continue d’apparaître dans le ciel de New York.

Avis :

Scorsese, Coppola, Allen, trois des plus grands cinéastes contemporains réunis derrière la même caméra ou presque pour nous parler de la grosse pomme. Le projet a de quoi faire rêver d’emblée n’importe quel cinéphile. Bon je vous rassure et je casse un peu le mythe, j’ai écrit plus haut, presque, car les trois réalisateurs ont bien collaboré ensembles, pour ce film, mais chacun de son côté car « New-York Stories » est en fait l’ensemble de trois courts-métrages, ayant pour toile de fond la ville de New-York, comme quoi le film « Paris, je t’aime » n’avait rien inventé à l’époque de sa sortie.

179086.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

On va donc suivre trois histoires toutes très différentes, ayant simplement en commun la ville de New-York. En premier lieu, on découvre Lionel Dobie peintre de renommée qui prépare sa nouvelle exposition. Comme d’habitude, il angoisse et les histoires avec Paulette sa petite, enfin ex petite amie, ou peut être bien actuelle, lui-même est perdu, n’arrange vraiment pas les choses. Ensuite, on fait la connaissance de Zoe, une petite fille riche, qui va faire une découverte, lors d’un hold-up. Et enfin, un avocat emmène sa mère envahissante voir un spectacle de magie. Mais le magicien fait disparaître pour de vrai la veille dame. Alors que Shelton recommence à vivre un peu, l’image de la vieille dame apparait alors dans le ciel pour surveiller et sermonner son fils.

Comme je le disais, « New-York Stories » c’est trois histoires totalement différentes qui se passent dans la grosse pomme.

Si dans son ensemble, le film est bien, il n’en reste pas moins inégal, les trois courts-métrages étant plus ou moins intéressants. Avant d’aborder les trois histoires choisies par les réalisateurs, je tiens à parler d’un gros point noir dans le film qui m’a vraiment dérangé et si jamais après ce texte, vous vous laissez tenter par l’expérience « New-York Stories » je pense que vous devriez être au courant des génériques qui apparaissent entre chaque film. Alors qu’on aurait pu passer d’une histoire à l’autre avec un fondu noir, les réalisateurs ont préféré introduire leur générique à la fin de chaque histoire et j’avoue que c’est chiant, puisque ça casse le rythme du film, alors qu’un générique d’ensemble à la fin aurait été plus fluide. Et à mon sens, ce procédé est le gros défaut du film.

Pour le reste, les films sont plutôt agréables. Bien sûr, sur les trois, on aura nos préférés, pour ma part, ce sera le dernier, celui-ci de Woody qui m’a vraiment éclaté.

Le film s’ouvre sur celui de Martin Scorsese, qui va traiter de la relation de couple dans un milieu artistique. Le réalisateur nous offre-là un très bon court métrage, aussi bien dans sa forme que dans ce qu’il y raconte. Le scénario est très bien et développe cette amour/haine que peuvent ressentir ces personnes vivant de leur art. Les questionnements et les réflexions sont justes. L’histoire « d’amour » est belle et c’est avec plaisir qu’on suit ces quarante premières minutes. On notera également une mise en scène radieuse de la part de Scorsese, nous offrant des images de malades surtout quand Nick Nolte (excellent en peintre) travaille. Scorsese nous entrainera en beauté et intensité dans son court. Et c’est presque avec regrets qu’on quittera ce film.

Pour le suivant, c’est le grand Francis Ford Coppola qui s’y colle. Son film suit une petite fille riche dans son quotidien. Si le premier film m’a enchanté, celui-ci est quelque peu chiant. Je n’ai pas accroché avec cette famille. Le réalisateur aborde les relations père/fille, mais le film en lui-même est long, et ce qui se passe à l’écran n’est pas intéressant. Avec cette histoire, Coppola fait redescendre tout l’engouement que Martin Scorsese avait réussi à créer d’emblée. De plus, le rendu à l’image est assez fade, et c’est assez décevant de la part de Coppola. Enfin, les acteurs choisis pour les différents rôles n’ont pas réussi à me donner envie de les suivre. Enfants ou adultes, je trouve qu’ils sont mal dirigés et ils n’ont aucune conviction. C’est vraiment le court-métrage qui dans son histoire comme dans sa qualité se démarque des trois et est bien inférieur par rapport aux autres.

Enfin, le film se conclura sur le court-métrage de Woody Allen qui sera tout simplement magique, le comique new-yorkais nous a inventé une histoire totalement absurde, qui traite avec drôlerie, de la famille, et surtout de l’importance de celle-ci. Le scénario est donc loufoque et sérieux à la fois et c’est entre rire et émotion que le réalisateur va nous toucher avec cette mère de famille qui revient d’on ne sait où pour surveiller, épauler, et aider son fils dans sa vie de tous les jours, même si elle le ridiculise beaucoup. Ce film est un vrai bon moment de cinéma Allenien. Et je dois dire que cela me fait réellement plaisir, après toutes les déceptions que la filmographie de la fin des années 80 du réalisateur m’a procurées.

18857611.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Cet ensemble de courts métrages est donc intéressant à voir, en particulier pour découvrir les deux perles de deux des réalisateurs les plus influents du septième art.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé suivre ce film, et même si je n’ai pas accroché sur le film de Francis Ford Coppola, je suis très content de mon achat, car « New-York Stories » vaut le coup d’œil.

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=r0MtQ1s_A_4[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.