octobre 29, 2020

Snowpiercer, le Transperceneige

arton24127

Titre Original: Snowpiercer

De : Bong Joon Ho

Avec Chris Evans, Song Kang-Ho, Ed Harris, John Hurt

Année: 2013

Pays: Corée du Sud

Genre: Science-Fiction

Résumé :

2031. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans ce microcosme futuriste de métal fendant la glace, s’est recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d’hommes entraînés par l’un d’eux tente de lutter. Car l’être humain ne changera jamais…

Avis :

Jusque-là, je n’avais vu que « The host » de Bong Joon Ho. Un film que j’ai bien aimé. A la vision de la bande annonce de « Snowpiercer, Le Transperceneige« , j’étais aussi intrigué qu’impatient de voir le film, car je trouvais le concept excellent et je m’attendais à un film bien original avec une histoire comme on n’en avait jamais vu et c’est ce que le film m’a offert. « Snowpiercer » est l’un de mes coups de cœur de l’année, j’ai adoré ce voyage à bord de ce train aussi affreux que dépaysant.

snow3

2031, les hommes ont détruit la Terre. Notre monde est entré dans une nouvelle période glacière. Rien ne peut survivre aux températures qui glacent tout. Le seul espoir de l’humanité est alors un train, fruit d’un ingénieur un peu fou. Ce train parcourt le monde, mais ne s’arrête jamais.

Les passagers sont répartis en trois classes. Les premières vivent dans le luxe et l’opulence alors que la troisième classe peine à survivre dans un wagon sans fenêtres qui ressemble plus à un bidon ville.

Curtis, l’un des passagers de cette troisième classe va alors mener une révolte pour changer les choses. Son plan ? Remonter les wagons un par un et aller à l’avant du train, parce qu’il part du principe que celui qui contrôle le train, contrôle le monde. Mais la remontée va être longue, dangereuse et difficile.

Si je m’attendais à un tel film. « Snowpiercer » m’a surpris à bien des égards. Bong Joon Ho signe là une belle pépite innovante et esthétique. Ce film est l’adaptation d’une bande dessinée que je ne connais pas, la surprise fut donc totale.

Ce que j’ai adoré quand je regardais ce film, c’est qu’on peut y voir deux films en un. Le premier est donc un film de science-fiction et d’anticipation très bien vu, imaginé et réalisé. Un film violent, glauque et poisseux dans ce monde blanc et enneigé. C’est une histoire qui sort de ce que l’on a l’habitude de voir, ça fait du bien un peu de nouveauté, j’ai adoré le principe d’un nouveau wagon, un nouveau monde, ce train est aussi riche que la Terre pouvait l’être avant cette période glacière. J’ai trouvé qu’il y avait des séquences d’action palpitantes, incroyables et esthétiquement parfaites (Le troisième wagon, un combat nocturne … C’est dingue), il y a aussi énormément de suspens et le film tient en haleine jusqu’au générique final.

Il y a bien quelques moments que j’ai trouvé moins bons que d’autres, comme une scène dans un sauna qui m’a plus agacé qu’autre chose, mais le scénario est tellement surprenant et imprévisible que je suis resté scotché à mon fauteuil. « Snowpiercer » ne nous laisse pas une seconde tranquille et le danger peut venir à n’importe quel moment. De ce fait, on est constamment sur le qui-vive, c’est brillant.

Puis dans ce deuxième film, il y a une énorme critique sur l’homme, de la société et du monde. Bong Joon Ho y dresse un portrait cinglant de l’humanité, y parlant avec violence et subtilité de la lutte des classes, de l’envie et de l’ascension d’une minorité au pouvoir, de la folie d’un homme, du désespoir d’autres. Le constat est aussi intelligent que virulant et démontre dans un sens encore une fois la bêtise de l’être humain. Je ne m’attendais tellement pas à ça. Ce fut une belle surprise et le film hante encore mes pensées longtemps après l’avoir vu.

Pour ce film, le réalisateur a choisi un excellent casting international à l’image de son humanité dans son train. Emmené par un Chris Evans charismatique qui démontre qu’en dehors de « Captain America » l’acteur est bon (Oui j’ai énormément de mal avec lui dans ce personnage). Ensuite il y a Tilda Swinton, sidérante, son personnage que j’ai adoré détester, elle m’a tellement mis hors de moi. J’aime Jamie Bell et c’est avec plaisir que je le retrouve dans ce film, dans un petit rôle, l’acteur est bon et touchant. On y trouvera aussi l’oscarisée Octavia Spencer, John Hurt (fabuleux), Ewen Bremner (Notre Spud de « Trainspotting« ), Song Kang-Ho (« Old Boy » génial en drogué) ou Alison Pill et Tomas Lemarquis.

snowpiercer1

Ce « Transperceneige » est donc une très bonne surprise. J’en attendais beaucoup au vu de la bande annonce et le film m’a donné plus encore. C’est un film qui m’a passionné, devant lequel je me suis énervé aussi et qui m’a conquis jusqu’à ce plan final beau et symbolique. Surement dans le top de l’année précédente.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

ServalNote de Serval: 14/20

IscarioteNote de Iscariote: 17/20 Un film sans compromis avec des séquences d’action dantesque.

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.