décembre 2, 2020

Douce Nuit Sanglante Nuit 5 Les Jouets de la Mort

62880017

Titre Original: Silent Night Deadly Night the Toy Maker

De : Martin Kitrosser

Avec William Thorne, Jane Higginson, Van Quattro, Tracy Fraim

Année : 1992

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé:

Ce film tourne autour d’un jeune garçon qui a vu son propre père se faire assassiner quelques jours avant noël par des jouets meurtriers. Il fait sa petite enquête et celle-ci va le mener au créateur des jouets maléfiques, un certain Joe Petto…

Avis:

Après une longue, très longue, trop longue série de films relativement médiocres, voici enfin le dernier opus des « douce nuit, sanglante nuit« . Après avoir mis des pères noël tueurs, puis un père noël zombie tueur, puis des femmes faisant un culte à Lilith avec des insectes géants, il ne manquait plus qu’une seule chose pour que la série soit complète dans le non-sens. En effet, le dernier épisode fait mettre en scène des jouets tueurs, qui sont visiblement doués d’une vie après l’ouverture des cadeaux au pied du sapin. Mais en parlant de sapin, est-ce que la série sent le sapin justement? Ce dernier opus est-il celui de trop (sachant que du 2 au 4, ils étaient déjà de trop)? L’idée des jouets tueurs n’est-il pas une facilité dans les années 90? Bref, après un clodo déguisé en Pinocchio, nous voici avec un père noël alcoolique qui se nomme Joe Petto, ça laisse déjà rêveur…

vlcsnap-2010-12-19-19h33m35s86

Ote ta main de mon cul petit sacripant!

Le scénario, s’il faut l’expliquer, surfe sur la vague des films de Chucky et des Puppet Master qui ont été produit entre 1988 et 1991. Le succès de cette dernière série a surement du plaire aux producteurs des douce nuit, sanglante nuit et ils ont dû y voir le filon doré pour faire un maximum de blé. Ici, il ne s’agit pas d’une seule poupée, mais d’une quantité de jouets qui prennent vie pour la retirer justement. L’histoire commence avec un enfant qui reçoit un cadeau la veille de noël. Il commence à l’ouvrir mais il se fait chopper par son père juste avant. Il met le gosse au lit et, il va ouvrir le cadeau pour voir de quoi il s’agit. Il découvre alors une boule à l’effigie du père noël qui fait de la musique. Sauf que cette boule va se jeter à la bouche de l’homme qui va finir asphyxié. La maman va mener l’enquête et va découvrir que tout cela provient d’un magasin de jouet artisanal qui n’a pas beaucoup de succès. Sans être passionnant, le film se révèle être tout de même assez curieux, notamment sur les raisons du gérant du magasin et sur son fils qui semble être très bizarre. Donc, niveau histoire, ça se laisse suivre, même si tout cela n’a plus aucun rapport avec le premier douce nuit, sanglante nuit.

D’habitude, un film d’horreur est censé faire peur. Au-delà de tout l’aspect gore, sanglant ou encore fantastique, un bon film d’horreur doit instaurer une ambiance particulière qui va mettre le spectateur mal à l’aise, ou qui va le surprendre et le mettre aux aguets. Malheureusement, ce film reste d’une platitude décevante et malgré l’idée d’exploiter les jouets de noël, on ne sera pas beaucoup surpris. Il faut dire qu’entre quelques scènes un peu gore ou déroutante, comme la chenille qui prend vie dans la voiture d’un mec, on se tape des scènes qui dédramatisent toute la tension et qui prêtent plus à sourire qu’à avoir peur. Je prends pour exemple le gosse avec les patins à roulettes qui prennent vie et qui se retrouve à faire le zouave dans la rue, à la manière des mecs de Jackass, ou encore lorsque un jeune couple commence à baiser et qu’une main en plastique va palper les fesses du mec avant de l’étrangler. Bref, tout cela ne sert pas trop à faire peur.

07

Le père Noël, c’est moi, alors tu veux toujours t’asseoir sur mes genoux?

Au niveau des acteurs, ce n’est pas la panacée non plus. Le rôle le plus important revient au fils un peu bizarre qui crée et offre des cadeaux plus que chelous et qui se terre le plus souvent dans la cave. L’acteur l’incarnant reste sympathique mais pas inoubliable. Et le plus gênant, c’est que c’est la même chose avec tous les acteurs du film. L’enfant découvrant les cadeaux maudits et se faisant kidnapper n’est pas très intéressant, sa mère reste dans la norme mais ce n’est pas non plus à sauter au plafond, et je ne parle même pas du père héros mais que l’on apprend de qui il s’agit qu’à la fin histoire de rajouter en plus un twist inopportun. Reste le rôle de Joe Petto, un vieux bouffi qui reste malgré tout assez crédible, oscillant entre le gros méchant et l’homme qui subit une sorte de malédiction. Bon, c’est toujours pareil, il n’y a pas de quoi être extasié. Ah, et j’oubliais le jeune couple qui baise! Bon, ben, y’a pas à dire, ils sont très mauvais et pas du tout crédibles même pendant la scène de baise.

Il nous reste à espérer un petit côté gore, un petit côté malsain et bien dégueulasse. Mais ce n’est pas ce qui est prévu au programme. De toute façon, depuis l’épisode trois, les effets gores sont passés aux oubliettes. Alors il est vrai que cela ne garantit pas un bon film d’horreur, mais tout de même, suivant les tueurs et les morts, cela rajoute un petit plus non négligeable. Bon, dans celui-ci, on a quelques effets spéciaux pas dégueulasses, mais parfois franchement visibles. Je pense notamment à la toute fin où l’on voit la combinaison de l’acteur qui joue le méchant et ce n’est pas le top. Après, il y a bien la scène de l’espèce de chenille qui tue le conducteur ou encore lorsque la multitude de jouets attaque le jeune couple qui baise et que par moments on envoie le sirop de framboises, mais sinon, c’est plutôt vache maigre. La fin reste sympathique et assez inattendu, et pour le coup, elle vaut le coup!

vlcsnap-2010-12-19-22h56m39s78

Cette année, le père Noël est défectueux, donc vous n’aurez pas de cadeaux bande de sales mioches!

Au final, douce nuit sanglante nuit 5, les jouets de la mort demeure le moins mauvais des quatre suites. Je l’ai tout de même trouvé moins bon que le premier qui reste bien plus sympathique bien que très basique. Néanmoins, des défauts majeurs viennent un peu pollué ce métrage dont des acteurs pas très marquants, une histoire pas géniale qui surfe sur le succès des jouets tueurs et surtout le fait qu’il n’y ait plus aucune attache par rapport au tout premier film. Bref, un film moyen avec des qualités minimes, comme une fin surprenante et quelques effets spéciaux rigolos. La série des douce nuit, sanglante nuit est une bien piètre saga. Comme quoi, la quantité ne supplante pas la qualité.

Note: 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.