octobre 18, 2021

Oxygène

Titre Original : O2

De : Alexandre Aja

Avec Mélanie Laurent, Malik Zidi, Marc Saez, Laura Boujenah

Année : 2021

Pays : France

Genre : Science-Fiction, Thriller

Résumé :

Une jeune femme se réveille seule dans une unité cryogénique. Elle ne sait plus qui elle est, ni comment elle a pu finir enfermée dans une capsule de la taille d’un cercueil. Tandis qu’elle commence à manquer d’oxygène, elle va devoir recomposer les éléments de sa mémoire pour sortir de ce cauchemar.

Avis :

En un peu plus d’une vingtaine d’années, Alexandre Aja s’est fait un joli nom dans le domaine du cinéma de genre. Il faut dire que le cinéaste n’y a pas été avec le dos de la cuillère, ayant fait sensation avec son deuxième film « Haute tension« . Alexandre Aja s’est alors envolé pour les Etats-Unis et là, il n’a fait que confirmer les espoirs placés en lui. Après ses crocodiles déjantés dans « Crawl« , pour son nouveau film, Alexandre Aja fait quelque chose qu’on attendait depuis longtemps, il était de retour chez nous. Choisissant Netflix pour faire son retour, dix-huit ans après « Haute tension« , Alexandre Aja s’aventure dans le thriller étouffant, enfermant Mélanie Laurent dans un caisson de cryogénisation dans lequel il lui reste une petite heure d’air avant de trépasser.

Intéressant, assez classique tout en ayant son empreinte et son originalité, ce neuvième film pour Alexandre Aja est une belle proposition de cinéma qui nous tient très bien de son début à sa fin. Ce retour d’Aja comme qui dirait au bercail fait du bien et il est dommage que le réalisateur ait choisi le format plateforme plutôt que la salle, car sur grand écran, il est sûr qu’ »Oxygène » aurait fait encore plus d’effet.

Une femme se réveille dans un caisson cryogénique. Elle n’était pas censée se réveiller et personne ne l’entend. Coincée, elle va vite découvrir que ce réveil est dû à un accident dans le système et bientôt, il ne lui reste plus que quarante minutes d’oxygène avant qu’elle ne finisse par suffoquer.

Traînant dans les placards d’Alexandre Aja depuis un petit bout de temps déjà, « Oxygène » devait être au départ réalisé par Franck Khalfoun (fidèle complice d’Alexandre Aja) et tenu par Anne Hathaway. Finalement, Hathaway fut remplacée par Noomi Rapace, puis le Covid passant par-là, « Oxygène » a échoué, par chance on va dire, en France et c’est donc Alexandre Aja qui reprit en main le tout, marquant ainsi le retour du fils prodigue en terre et « pellicule » natale.

Sentant le « Buried » à plein nez, il ne faut pas se mentir, « Oxygène » faisait partie de ces films qu’on avait toutefois très envie de découvrir, car malgré un manque d’originalité dans son concept au départ, Alexandre Aja faisait toute la curiosité autour de ce film. Et si Aja fera moins percutant que le film de Rodrigo Cortés, il arrive à se démarquer de son aîné pour livrer un bon divertissement qui ne va cesser de renouveler son intrigue.

Ainsi, hormis l’idée d’avoir deux personnages coincés dans une sorte de cercueil, les deux films n’auront que ça en commun et l’on pourra désormais laisser « Buried » de côté. Oscillant entre le thriller étouffant, le film de science-fiction et l’enquête, « Oxygène » se pose comme un bon film qui tient avant tout un scénario qui sait intéresser et tenir en intrigue son spectateur. On voyait déjà l’histoire toute faite et finalement, Alexandre Aja prend des chemins de traverses qui sont vraiment plaisants. Certes, il y aura bien quelques rebondissements qu’on verra venir, mais sur l’ensemble, « Oxygène » arrive bien à tenir sa ligne et il pique la curiosité, en plus de jouer la carte du suspens. On sera aussi étonné et séduit par ces rebondissements et ces twists qui réinventent l’intrigue en permanence, mais en plus de ça, beaucoup d’entre eux épaississent le tout, servent encore et toujours l’intérêt de l’intrigue qu’Aja nous raconte.

Une intrigue qui est aussi très bien tenue par une mise en scène qui, elle aussi, tient bien la route. Certes, on aurait aimé un film qui soit plus fort et marquant, tout comme « Buried » l’était, mais force est de constater que même s’il y a cette déception, « Oxygène » tient une belle montée en tension, et de très bons moments en apesanteur. Puis Alexandre Aja s’en sort très bien avec un concept qui n’est pas si facile que cela, puisque rappelons que toute l’intrigue doit tenir dans un caisson. À noter aussi une excellente BO de Rob, qui décidément après des BO comme « Populaire« , « Maniac« , « Horns » ou encore « Trois jours et une vie« , se pose comme l’un des compositeurs français les plus intéressants de ces dernières années.

Enfin, si le film tient la voix d’un Mathieu Amalric horripilant, ou les quelques petits rôles disséminés ici et là, « Oxygène« , c’est avant tout une Mélanie Laurent excellente de bout en bout. Une Mélanie Laurent qu’on n’avait pas vu depuis deux ans sur les écrans, et qui fait un joli retour et tient toutes les émotions et les intrigues sur ses épaules.

« Oxygène » aurait pu aller plus loin que ce qu’il offre, avec le talent d’Alexandre Aja, il est vrai qu’on était en droit d’en avoir plus, mais même s’il peut y avoir un petit sentiment de déception de ce côté-là, ça n’empêchera pas « Oxygène« , entre son actrice impeccable, ses twists qui réinventent et fournissent l’intrigue, d’être un bon film et un bon divertissement. Bref, ce retour d’Alexandre Aja dans nos contrées fait du bien et l’on espère bien que le réalisateur restera quelque temps chez nous avant de repartir vers d’autres horizons.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.