novembre 30, 2021

Lara Croft Tomb Raider – Le Berceau de la Vie

Titre Original : Lara Croft Tomb Raider : The Cradle of Life

De : Jan de Bont

Avec Angelina Jolie, Gerard Butler, Djimon Hounsou, Ciaran Hinds

Année : 2003

Pays : Etats-Unis, Angleterre, Japon, Allemagne

Genre : Aventure

Résumé :

Aux abords du Kilimandjaro, le « Berceau de la Vie » abrite le plus mystérieux et le plus terrifiant des fléaux : la Boîte de Pandore, dont les germes pourraient en quelques heures anéantir l’Humanité. Au moment où Lara Croft, l’archéologue de charme, s’apprête à prendre possession de l’orbe contenant les coordonnées de ce trésor, un commando chinois fait irruption dans le temple sous-marin et s’en empare.
Sauvée de la mort par ses fidèles assistants Bryce et Hillary, l’aventurière regagne son manoir, où elle reçoit bientôt la visite de deux émissaires du MI 6. Elle apprend ainsi que le commanditaire des tueurs et de leur chef Chen Lo n’est autre que le Dr. Jonathan Reiss, un mégalomane cynique, soupçonné de fournir des armes biologiques high-tech aux plus offrants…

Avis :

En 2001, les studios Paramount s’offrent un joli succès commercial en adaptant « Tomb Raider » sur grand écran. À l’époque, la réalisation est alors confiée à Simon West. Après ce succès, Paramount met en chantier une suite, et si Angelina Jolie rempile, c’est cette fois-ci c’est Jan De Bont qui assure la réalisation. Réalisateur néerlandais, Jan De Bont s’est d’abord fait connaître comme un grand directeur de la photographie, avant de passer avec succès à la réalisation en 1994 avec « Speed« , puis « Twister« .

Or, depuis ces deux succès, Jan de Bont n’a plus vraiment brillé. Sa suite de « Speed » est une véritable catastrophe, et quand le metteur en scène a fait une incursion dans le domaine du film d’horreur, avec « Hantise« , l’expérience ne fut pas concluante. Pour se redorer son blason, il a donc accepté de réaliser la suite des aventures de « Lara Croft« . Après le succès du premier, cette suite s’est alors vue bien plus riche dans sa production, voulant offrir une aventure bien plus grande, mais malheureusement, ce n’est pas avec ce film que Jan De Bont aura réussi à retrouver le succès, puisque ce deuxième « Lara Croft : Tomb Raider … » aura enterré la carrière du réalisateur, qui depuis n’aura plus refait de film, préférant se retirer du monde du cinéma pour faire de la photo.

Lara Croft, archéologue de premier ordre, est à la recherche, près de Santorin en Grèce, d’un des temples d’Alexandre Le Grand. Le temple fut englouti après une éruption volcanique, personne ne l’a jamais retrouvé. Enfin personne, jusqu’à ce que Lara s’occupe de la recherche. Mais en cherchant et trouvant ce temple, l’aventurière était alors très loin de se douter que ça l’emmènerait sur d’autres sentiers, à la recherche de la terrible boite de Pandore.

Un plus gros budget, des décors immenses, un tournage de huit mois autour du monde, pour un résultat qui est une catastrophe. Le premier « Lara Croft … » est un film pour lequel j’ai beaucoup de sympathie, demeurant un petit film d’aventures certes tiré par les cheveux, mais sommes toutes divertissant et attachant. J’aurais adoré prolonger ce petit divertissement encore une fois, retrouvant l’héroïne que j’aime bien tenu par cette Angelina jolie qui s’éclate. Mais rien n’y aura fait, et ce deuxième « Lara Croft … » peine à divertir tant le scénario de Jan De Bont ressemble plus à une publicité décathlon qu’à un film d’aventures.

Le premier avait une intrigue qui se perdait et qui laissait un sentiment d’être tirée par les cheveux, mais sur l’ensemble, il y avait suffisamment de matière pour qu’on se laisse gentiment entraîner dans ce complot. Pour celui-ci, ce n’est pas le cas du tout et cette histoire de militaire qui veut trouver la boite de Pandore pour répandre un mal sur le monde et livrer un antidote au mal, sans même savoir ce qu’il y a dans la boite, a bien du mal à passer. On peut même dire que plus l’intrigue se dévoile, et plus cette dernière, que ce soit sur son ensemble ou dans ses rebondissements pris à part, vire au ridicule. Franchement, on ne comprend rien à cette histoire, qui enchaîne les invraisemblances pour simplement faire du rebondissement (on notera aussi la facilité déconcertante et complétement idiote qu’ont ces personnages à se déplacer autour du monde en deux temps trois mouvements, et ils arrivent tous à se retrouver avec des indications très approximatives).

Les trois scénaristes de ce film ne se sont pas dit à un moment donné que ça ne fonctionnait pas et qu’enchaîner des rebondissements sur rebondissements, sans clarifier l’ensemble, ça ne marche pas. Certes, le film est généreux en aventures, mais quand on les prend une part une, là encore ça ne tient pas. Entre Lara Croft contre un requin, Lara Croft qui déglingue un avion pour aller plus vite en Chine, Lara Croft qui fait du cross sur la grande muraille ou encore Lara Croft qui fait du base jump à Hong Kong, ou un petit safari entre amis, ça ne marche pas forcément et parfois même, à force d’étirer ces scènes, ce deuxième film ressemble plus à une publicité ou à une émission de sport extrême qu’à un film. Surtout que le tout est servi par des effets spéciaux assez affreux à l’époque, et le temps qui passe n’a rien arrangé. Puis là où Simon West s’éclatait à la réalisation et s’amusait à iconiser son personnage avec des plans qui avaient leur petit cachet, ici Jan De Bont ne fait rien avec son film et son personnage. C’est même assez affolant, car même Angelina Jolie n’y croit plus. Il y avait possiblement un troisième film de prévu, et l’actrice n’a même pas voulu rempiler.

Reste seulement la dernière partie, où il se passe quelque chose d’intéressant, aussi bien la forêt avant d’entrer dans la caverne, que ce qui se passe dans cette caverne. Là, pour le coup, l’espace d’un petit quart d’heure, le film a un petit quelque chose. Pas assez pour rattraper tout ce qui a été fait en amont, mais c’est suffisamment bien fait pour être noté.

Côté casting, outre Angeline Jolie qui n’y croit plus vraiment, on trouve un Gerard Butler hyper commun et un Ciarán Hinds dont on ne comprend pas le personnage. J’y reviens, car c’est assez aberrant, mais ce personnage n’a pas de sens, comment ce mec peut avoir un antidote sans savoir ce que la boite de Pandore renferme… Il n’y a personne qui s’est rendu compte de ça avant de livrer le film fini ? Ce n’est pas possible, il y a un truc que j’ai dû louper.

Ce deuxième « Lara Croft … » est donc une belle déception. Oui, une belle déception, car après un premier appréciable, je savais où je mettais les yeux, et même si je savais bien que ce ne serait pas du grand cinéma, je m’attendais à un petit divertissant honnête, et ce film est surprenant par la facilité avec laquelle il enchaîne les mauvais choix, les improbabilités, le kitschouille et cette image d’immense publicité sportive. Bref, oubliable et déjà oublié.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.