octobre 24, 2020

Mr. Wonderful

De : Anthony Minghella

Avec Matt Dillon, Annabella Sciorra, Mary-Louise Parker, William Hurt

Année : 1993

Pays : Etats-Unis

Genre : Romance

Résumé :

Gus a la possibilité de réaliser un rêve d’enfant : s’acheter un vieux bowling avec des amis. Seulement, la pension alimentaire qu’il doit à son ex-femme pèse lourdement sur son budget. Il se met donc en tête de trouver un nouveau mari à son ancienne épouse.

Avis :

Anthony Minghella, c’est le réalisateur du « … patient anglais« , film qui connu un incroyable succès et qui fut couronné de pas moins de neuf Oscars, dont les prestigieux meilleur réalisateur et meilleur film. Mais au-delà de ce film, Anthony Minghella est un réalisateur qui a une courte carrière (il est décédé prématurément des suites d’une opération sur une tumeur dans le cou à l’âge de cinquante-quatre ans) qui fut intéressante. Des films comme « Par effraction« , « Retour à Cold Mountain » ou encore le remake du film de René Clément, « Le talentueux Mr. Ripley » valent leur coup d’œil.

Parmi sa courte filmographie, il n’a réalisé que six films. Aujourd’hui, on revient sur son deuxième film, le méconnu « Mr. Wonderful« . Après s’être offert un succès surprise avec son premier film, le fantomatique « Truly, Madly, Deeply« , Anthony Minghella s’envole pour les États-Unis afin d’y tourner une petite romance avec un soupçon de comédie. Emmené par Matt Dillon, Annabella Sciorra et Mary Louise Parker, je n’attendais pas grand-chose de ce « Mr. Wonderful » et je dois dire que même comme ça, j’en ressors déçu. Romance convenue, si le film trouvera bien le petit charme des années 90, il demeure néanmoins sans surprise, et l’on finit par s’ennuyer devant.

Gus a la possibilité d’acheter un vieux bowling avec quatre amis, mais cette possibilité est contrariée par son ex-femme, à qui il doit une pension tous les mois. La possibilité pour que Gus soit libéré de cette obligation pécuniaire est que son ex-femme se remarie, chose qui n’a pas l’air d’être à l’ordre du jour. Pour accélérer le pas, Gus décide de lui présenter des hommes…

Je ne m’attendais pas à un grand film, je peux même dire qu’avec un sujet comme ce « Mr. Wonderful« , je m’attendais plutôt à un petit film lambda. Un petit film qui aurait son petit charme, notamment grâce à son casting que j’apprécie énormément. Bref, un petit film qui saurait habiller une soirée comme il le faut et finalement, ce « Mr. Wonderful » fut une déception.

Joliment filmé, touché par le charme des années 90, doté d’acteurs qui sont bons dans les rôles que leur a confié Anthony Minghella, il est difficile de ne pas succomber au talent et au charme fou d’Annabella Sciorra et Matt Dillon qui forment un sympathique couple de cinéma. Pourtant, malgré tout ceci, « Mr. Wonderful » n’arrive pas plus que ça à nous embarquer dans son intrigue. Si l’idée de départ est bonne et peut être amusante, une fois transposée à l’écran, il ne va pas se passer grand-chose. Très convenu, sans surprise et déjà vu, « Mr. Wonderful » aura bien quelques scènes dispersées à droite et à gauche qui vont être sympathiques, mais dans l’ensemble, on reste dans l’attente que le film d’Anthony Minghella nous offre quelque chose qui nous surprenne, puis derrière ça, quelque chose qui nous passionne et nous touche.

Ce sentiment est d’autant plus dommage car « Mr. Wonderful« , comme je le disais, est joliment filmé, et au-delà de ça, la mise en scène d’Anthony Minghella est loin d’être mauvaise. Il est vrai que le rythme aurait pu être plus travaillé, tout comme les côtés romances ou comédie, mais sur l’ensemble, le film a son charme et il est parcouru de jolies scènes. On retient beaucoup de scènes entre Dillon et Sciorra, ou encore des scènes entre Annabella Sciorra et Vincent D’Onofrio qui trouve là un rôle très étonnant et à contre-emploi de ceux qu’on lui connaît aujourd’hui. Idem en ce qui concerne Mary Louise Parker, ou encore les scènes entre potes.

« Mr. Wonderful« , c’est plein de jolis moments, c’est donc dommage que sur l’ensemble, le film ne prenne pas. Anthony Minghella avait tout pour faire une jolie petite comédie romantique, et peut-être qu’elle l’était à sa sortie, mais aujourd’hui, « Mr. Wonderful » est une histoire terriblement convenue, c’est une histoire qu’on connaît par cœur et qu’on a dans un sens déjà vu et en beaucoup mieux. Bref, « Mr. Wonderful » se pose comme une déception et c’est vraiment dommage, car pour le coup, c’est la première venant d’Anthony Minghella.

Note : 09/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.