septembre 22, 2020

Cuits à Point – Elodie Serrano

Auteure : Elodie Serrano

Editeur : ActuSF

Genre : Steampunk

Résumé :

Gauthier Guillet et Anna Cargali parcourent la France pour résoudre des mystères qui relèvent plus souvent d’arnaques que de véritables phénomènes surnaturels. Mais leur nouvelle affaire est d’un tout autre calibre : pourquoi la ville de Londres subit-elle une véritable canicule alors qu’on est en plein hiver et que le reste de l’Angleterre ploie sous la neige ? Se pourrait-il que cette fois des forces inexpliquées soient vraiment en jeu ?

Avis :

Cuits à point constitue un roman one-shot (du moins pour le moment), qui se déroule dans un univers steampunk à la française. On y reconnaît aisément les codes, notamment grâce à une couverture magnifique et éloquente, à de nombreuses utilisations de machines fonctionnant à la vapeur, à l’habillement typique de l’époque victorienne, à la présence des dirigeables dans le ciel, et à l’état d’esprit hérité des grandes avancées technologiques de l’époque. Le roman innove en ajoutant une pointe d’humour ensorcelant, des héros addictifs, et quelques pincées de magie savoureuses.

Les deux personnages principaux de ce récit s’avèrent particulièrement croustillants. D’un côté, Gauthier Guillet ne croit pas en la magie, bien que son métier soit justement de la déceler et d’en interrompre ses effets néfastes. Le jeune homme n’a eu qu’affaire à des sabotages, des coups montés ou des arnaques de la part de ses clients, et a perdu foi en son métier comme en la magie. De l’autre côté, sa collègue démystificatrice italienne, Anna Cargali, bien que n’y croyant pas spécialement non plus, arbore un esprit plus ouvert que celui de son ancien maître, qui est désormais son partenaire.

Le duo fonctionne par ses complémentarités et ses échanges succulents, emplis de piques agaçantes, d’échanges sarcastiques et de remontrances. Malgré leurs disputes, leurs liens restent soudés. Anna possède un caractère effronté, qu’elle qualifie elle-même comme provenant d’Italie, et Gauthier ronchonne, grince des dents, râle, tel l’honorable français qui se respecte. Cuits à pointse veut léger, rafraîchissant et foncièrement amusant. Ainsi, les comportements quelques fois stéréotypés des personnages, ne dérangent pas du tout. Au contraire, le lecteur éprouve plutôt du plaisir en se les imaginant, et en redemande !

Les français et les italiens ne constituent pas les seules mentalités à se voir « maltraiter » par le roman. Effectivement, les anglais en prennent également pour leur grade ! Ceux-ci s’avèrent un peu trop droits, notamment en politique, hypocrites et possédant un humour douteux. Le personnage d’Anton, un autre démystificateur anglais avec qui nos héros devront faire équipe, enthousiaste et habitué au surnaturel, ne s’accorde pas du tout avec la personnalité abrupte de Gautier. Cela amène des conversations alléchantes et des mimiques toujours aussi séduisantes. Le trio d’enquêteurs mystiques constitue la force de ce roman atypique, à l’humour subtil et bien dosé.

L’intrigue principale démarre doucement, nous laissant ainsi le temps de mieux s’attacher à Gauthier et à Anna, partis aider une pauvre dame, assaillie par de soi-disant fantômes. Une fois ce travail terminé, nos héros sont appelés en Angleterre, un pays habituellement voué au mauvais temps et au froid en hiver, mais qui tremble sous une chaleur anormalement élevée et des effets inattendus sur leur environnement et climat. Anna, Gauthier et Anton vont devoir enquêter sur cet étrange phénomène, et toutes leurs croyances s’en trouveront à jamais troublées. Aidés dans leur entreprise par Maggie, la nièce apprentie magicienne d’Anton, des politiciens peu coopératifs, des employés curieux et une sorcière puissante, nos héros sauveront l’Angleterre et la ville de Londres !

Le rythme de l’histoire ne s’avère pas constant. Une fois la source des perturbations climatiques trouvée, le roman change de forme et de ton. La première partie, emplie de mystères, de suspense, de dialogues drôles et de découvertes étonnantes, se poursuit par une seconde partie bien moins prenante, basée sur un enchaînement d’actions répétitives et qui traine quelque peu sur la longueur. Malgré cette perte d’énergie, l’intrigue reste suffisamment captivante, et les personnages fascinent toujours autant. De plus, les combats épiques de la fin du texte, alliant magie et flammes, nous happent de nouveau, tant ils sont grandioses et écrits avec une belle plume, imaginative et visuelle.

Cuits à point nous transmet également quelques messages intéressants sur la condition féminine, les différentes cultures de nos héros, le réchauffement climatique, la fragilité de nos croyances ancestrales, la peur de l’inconnu et la stupidité des Hommes à vouloir souvent agir avant de parlementer. Le lecteur s’amuse tout en réfléchissant.

Cuits à point présente un univers génial, dans lequel le lecteur s’immerge immédiatement, mis en valeur par des personnages riches et complexes, et aussi amusants qu’attachants. Une petite pépite de l’urban fantasy, malgré un rythme en dents de scie et quelques pages à l’action qui s’éternise. La fin s’avère satisfaisante et intelligemment trouvée, concluant ce roman avec brio.

Aurons-nous droit à d’autres aventures de nos démystificateurs préférés ?

Note : 15/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.