novembre 30, 2020

Sur le Chemin de la Rédemption

Titre Original : First Reformed

De : Paul Schrader

Avec Ethan Hawke, Amanda Seyfried, Michael Gaston, Victoria Hill

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame, Thriller

Résumé :

Un ancien aumônier militaire est ravagé par la douleur après la mort de son fils.

Avis :

Paul Schrader est un cinéaste américain quelque peu oublié aujourd’hui et c’est bien dommage, car que ce soit en tant que cinéaste ou scénariste, il a su depuis les années 70 se bâtir une filmographie, certes pas toujours juste, mais toutefois intéressante, offrant parfois même des œuvres bouleversantes qui tirent vers le chef-d’œuvre. Quand on pense au cinéma de Paul Schrader, d’emblée on pense à « Hardcore« , à « American Gigolo« , on pense au scénario de « Taxi Driver » ou encore à son film « Affliction« . Mais depuis pas mal d’années maintenant, le cinéma de Paul Schrader n’est plus aussi bon et bien souvent, si ce dernier arrive jusqu’à chez nous, c’est par le biais de la sortie du direct en DVD.

Après deux films avec Nicolas Cage qui ont eu du mal à convaincre, « La sentinelle » et « Dog eat dog« , Paul Schrader est de retour avec un film pour le moins étrange, très étrange. Allant jusqu’aux Oscars dans la catégorie meilleure scénario, « Sur le chemin de la rédemption » est une œuvre très atypique. Une œuvre malade, triste, presque testamentaire tant cette dernière explore avec terreur ce qui fait le monde d’aujourd’hui. Visuellement très beau, scénaristiquement aussi impactant que perturbant, ce vingt et unième film du réalisateur américain se pose comme son meilleur depuis bien longtemps et il est bien triste qu’avec un film pareil, Paul Schrader soit privé d’une sortie en salle.

L’aumônier Ernest Toller essaie tant bien que mal d’accepter la mort de fils, survenue il y a quelques années, alors que ce dernier était parti combattre en Irak. Alors qu’il essaie de gérer sa douleur comme il le peut, une jeune femme, Mary, qui attend un enfant, vient demander de l’aide à Toller, car son ami, futur père de l’enfant en question, culpabilise de donner la vie à un enfant dans un monde tel que le nôtre.

« Sur le chemin de la rédemption » ou le grand retour de Paul Schrader après des années sans livrer un film véritablement marquant. D’ailleurs, quand on regarde la filmographie de Paul Schrader, il faut remonter à plus de dix ans pour retrouver un film qui soit au moins aussi bon.

« Sur le chemin de la rédemption« , c’est une œuvre lourde et sombre qui s’avère être d’une très grande richesse dans son scénario. Il est même logique, au vu de la qualité du scénario, que celui-ci se soit retrouvé aux Oscars.

Avec ce film, qui résonne comme un chant du cygne pour Paul Schrader, le cinéaste américain aborde beaucoup de thématiques qui sont importantes. « Sur le chemin de la rédemption » parlera aussi bien du pardon et de l’acceptation de ses fautes, que de spiritualité, ou de l’avenir de l’homme et de la terre elle-même. Paul Schrader parle ici d’écologie, de patriotisme, il parle aussi bien de l’église, que de la surconsommation et alors même que l’on pourrait se dire qu’autant de sujets, pour un film de moins de deux heures, offriraient un film lourd et bâclé, Paul Schrader démonte avec talent qu’il peut tout explorer en peu de temps, avec cohérence, fluidité et surtout en proposant un morceau de cinéma qui sait marquer son spectateur. Car oui, en plus d’assurer dans tous les thèmes et les genres qui habitent son film, Paul Schrader convoque non sans fascination un soupçon très bien venu de fantastique, ce qui marquera (et peut-être perdra aussi) son spectateur.

« Sur le chemin de la rédemption« , comme je le disais plus haut, est une œuvre terriblement atypique aussi, et il est clair que la démarche de cinéma est radicale et qu’elle ne plaira pas à tous. Le film de Paul Schrader a un côté très auteuriste et il est vrai qu’il faut se laisser prendre par ce « délire » si l’on peut dire.

Du côté de sa mise en scène, « Sur le chemin de la rédemption » est assez classique, mais ce n’est pas pour cela que ça l’empêche d’être prenant et là encore impactant. Ici, Paul Schrader soigne énormément l’ambiance que dégage son métrage. « Sur le chemin de la rédemption » est une œuvre sombre, froide, triste, malade, mais c’est aussi une œuvre qui apportera un peu d’espoir, et même de la lumière avec un plan final sublimissime qui restera longtemps dans les esprits.

« Sur le chemin de la rédemption« , c’est avant tout un duo d’acteurs parfait tous deux dans le rôle. Mais si Amanda Seyfried sort de sa zone de confort et livre une très jolie performance dans la peau de cette jeune femme terrifiée, il est vrai que le film de Paul Schrader est porté par un Ethan Hawke incroyable. Un Ethan Hawke bluffant de bout en bout. Un Ethan Hawke qui trouve là un personnage passionnant et presque bouleversant, tant il est profond, complétement perdu.

Cela faisait bien des années donc qu’on n’avait pas eu un Paul Schrader aussi bon. « Sur le chemin de la rédemption » est un film qui ne laissera pas indifférent, qu’on l’aime ou non. Très atypique, très spécial et en même temps proposition de cinéma audacieuse, le film de Paul Schrader mérite bien plus de lumière. Drame terrible parcouru de thématiques très actuels, si cela devait être le dernier film de Paul Schrader, alors il se poserait comme un clap de fin quasi-parfait pour son réalisateur !

Note : 15/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.